La fusion entre impôt sur le revenu et CSG est l'un des "principaux axes de la réforme fiscale" (Benoît Hamon)

 |   |  258  mots
Le ministre délégué à l'Economie solidaire et à la Consommation estime qu'une fusion entre impôt sur le revenu et CSG est l'un des principaux axes de la réforme fiscale.
Le ministre délégué à l'Economie solidaire et à la Consommation estime qu'une fusion entre impôt sur le revenu et CSG est l'un des "principaux axes" de la réforme fiscale. (Crédits : ©REUTERS/Stephane Mahe)
Le ministre délégué à l'Economie sociale et solidaire a évoqué sa vision de la "remise à plat" de la fiscalité promise par Jean-Marc Ayrault.

Que signifie la "remise à plat" de la fiscalité" promise par le Premier ministre? Pendant que ce dernier accueille les partenaires sociaux pour en discuter, les membres du gouvernement tentent d'en expliquer les enjeux. Ce mardi, Benoît Hamon, ministre délégué à l'Economie sociale et solidaire et à la Consommation indiquait ainsi sur BFMTV et RMC:

"La question « où vont mes impôts » est tout l'enjeu de cette remise à plat. Ce qui n'est pas suffisamment simple, lisible et juste doit être discuté. (…) Le premier ministre a rappelé dans les principes la stabilité des prélèvements obligatoires."

Fusionner impôt sur le revenu et CSG

Concrètement, il a surtout confirmé que "l'un des principaux axes de la réforme" visait une fusion entre impôt sur le revenu et CSG. "Tout le monde sait que c'est une des pistes qui permettrait de rendre l'impôt plus simple", a-t-il affirmé. 

Un peu plus tôt dans la journée, le ministre du Travail s'était lui aussi exprimé sur le sujet. Sur France inter, Michel Sapin a prôné pour une progressivité de la contribution sociale généralisée. 

Prélèvement à la source? 

Par ailleurs, sur l'une des conséquences éventuelles d'une telle réforme, le prélèvement à la source, Benoît Hamon s'est dit plus hésitant. Il a précisé:

"ça aurait des conséquences sur l'administration fiscale qui verrait sa surface considérablement diminuer et un impact psychologique qui n'est pas nul ."

>> Réforme fiscale: ce que veulent syndicat et patronat

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/11/2013 à 14:57 :
Ajout à mon "billet" précédent:ne plus taxer les entreprises(pour le budget de l'Etat,les caisses
de retraite,l'AM,,etc... )qu'à hauteur de 15%,avec dégrèvement si création d'emplois et pas de
licenciements.
a écrit le 27/11/2013 à 14:52 :
Pour sortir du bourbier l'économie française,il n'y a qu'avec une lutte implacable au "dumping"
économique et social imposé par la Chine + les pays émergents qu'on y arrivera:
1)en vendant les produits fabriqués en France HT + HC/2)en élevant les salaires de 20%/3)en
taxant les produits importés pour les vendre au même prix que ceux fabriqués en France/4)en
abolissant l'IR des salariés et en reconvertissant les agents affectés à l'établissement de l'
IR à "surveiller" la "bonne santé" des entreprises
a écrit le 27/11/2013 à 13:57 :
Cela fait une dizaine d'année que je le dis, et on y arrive lentement mais sûrement... REVOLUTION!
Réponse de le 27/11/2013 à 15:46 :
Bien sûr,une révolution ferait le + grand bien au pays,qui n'en finit pas de mal vieillir!!Tout est
à refaire,notamment la carte administrative de la France + la constitution,qui est loin d'être un
modèle de démocratie,loin s'en faut,par rapport à celles qui sont en "vogue" dans les pays
"démocratiques" d'Europe...Le "sandwich administratif est loin d'être aboli...et nos élus s'en
disputent les avantages et les pouvoirs à qui mieux mieux...Aux Français de la vouloir,cette ré
volution,mais pas n'importe comment...!
a écrit le 27/11/2013 à 10:00 :
c'est une nouvelle version de "la folie des grandeurs" :
les pauvres sont fait pour être plus pauvres, les riches ( en exil) plus riche et : ceux qui paient ( contribuables captifs) l'impôt doivent payer encore plus. C'est bien vers une mise à plat du pays que l'on va...
Réponse de le 27/11/2013 à 12:35 :
Le gouvernement doit ramener le déficit budgétaire à 3% en 2015 selon les directives Européennes, et bien en prélevant à la source en 2015 , ils font un tour de passe passe car ils gagnent une année d'impôt mais cela est valable qu'une seule année. Donc ils diront vous voyez malgré les critiques nous avons tenu nos promesse . Mais QUID de l'année 2016 et 2017.
a écrit le 27/11/2013 à 8:21 :
avec certainement quelques hausses en prime .. pour notre confort cela va sans dire.
a écrit le 27/11/2013 à 7:32 :
Attention danger. Cela va finir dans la rue car la classe moyenne surimposée dans ce pays n'acceptera pas de se faire tondre une fois de plus!!!
La justice "sociale" ce n'est pas de piquer le maximum d'argent à ceux qui travailllent pour le redistribuer à votre electorat messieurs les socialistes !!!!
a écrit le 27/11/2013 à 3:28 :
Pour ceux qui veulent comprendre: tout est lié à la fin du monopole de la SS qu'ils ne peuvent plus cacher,bien qu'il ait effectivement pris fin il y a un bail.
On parle en ce moment de 30k à 40k par mois qui sortent du système, et tous de bons contribuables puisqu'il est encore quasiment impossible de le faire pour de simple salariés.
En particulier grâce aux inepties et méthodes incroyables du RSI qui se surpasse depuis quelques années, la coupe est pleine et les gens bougent.
Fusionner les deux, c'est rendre inopérante la sortie du système de cette manière (assurance maladie privée par exemple). On notera que concomitamment, se met en place l'assurance complémentaire obligatoire avec l'idée fixe de Madame Tourraine d'imposer des organismes de branche, et la révision de la formation professionnelle.
D'ailleurs, ce n'est pas à mon avis pour rien que les "partenaires sociaux" sont invités au débat sur la fiscalité. Ceux que cela révolte en raison de l'évidente ineptie de demander aux syndicats de représenter qui que ce soit pour la réforme de la fiscalité n'ont pas compris que ce n'était pas la fiscalité qui était concernée en premier lieu, mais les monopoles comme la Sécu qui ont vécu. D'où évidemment l'urgence de lancer ce débat pour parer au plus pressé.
Ceux qui croient en une prise de conscience de nos gouvernants quant à l'état de notre fiscalité se préparent des lendemains qui déchantent.
a écrit le 26/11/2013 à 22:40 :
Je suis cadre depuis 12 ans, ma femme aussi, on n'a pas un centime de côté, on met tout dans l'appart, la nounou, les impôts et mon oncle au RSA depuis 20 ans a plus de 15 000€ de côté. Va falloir m'expliquer comment fonctionne ce pays. Ce qui est sûr c'est que moi les impôts ils vont attendre leur chèque, plus rien à faire. D'ailleurs je les informe que je viens de revendre ma télé, ils n'auront déjà plus ma redevance!!
Réponse de le 27/11/2013 à 3:13 :
15000 euros de coté en 20 ans, ça fait 62 euros de coté par mois, c'est pas énorme... Si vous n'etes pas capables d'économiser 62 euros par mois, alors vous etes vraiment...
Réponse de le 27/11/2013 à 7:04 :
C’est clair ! 2 cadres qui n’arrivent pas à mettre 62 € de côtés par mois, ce n’est plus une question d’impôts : va falloir sacrément réduire votre train de vie les loulous. Surtout si vous en êtes au point de vendre la télé (pensez aux dessins animés des gamins)
Moi je suis « petit » cadre, ma femme ne l’est pas mais touche tout même 1750€ net, nous sommes en plein ce que l’on appelle la classe moyenne et nous mettons largement plus de 60€ de côtés. Certes nous mettons moins de côtes qu’il y a 3 ou 4 ans. Mais je pense que les Smicards doivent plus le ressentir que nous, car c’est dû également à l’augmentation du coût de la vie qui touche toutes les catégories. Il faut rester lucide dans ses raisonnements. Cela dit nous ne roulons pas en merco ou autre BM, nous avons juste une fiesta et une polo.
Réponse de le 27/11/2013 à 7:05 :
C’est clair ! 2 cadres qui n’arrivent pas à mettre 62 € de côtés par mois, ce n’est plus une question d’impôts : va falloir sacrément réduire votre train de vie les loulous. Surtout si vous en êtes au point de vendre la télé (pensez aux dessins animés des gamins)
Moi je suis « petit » cadre, ma femme ne l’est pas mais touche tout même 1750€ net, nous sommes en plein ce que l’on appelle la classe moyenne et nous mettons largement plus de 60€ de côtés. Certes nous mettons moins de côtes qu’il y a 3 ou 4 ans. Mais je pense que les Smicards doivent plus le ressentir que nous, car c’est dû également à l’augmentation du coût de la vie qui touche toutes les catégories. Il faut rester lucide dans ses raisonnements. Cela dit nous ne roulons pas en merco ou autre BM, nous avons juste une fiesta et une polo.
Réponse de le 27/11/2013 à 9:18 :
Vous êtes bien prompts à juger sans connaître grand-chose de sa vie. En RP notamment la vie est ruineuse sans qu'on ait le temps et/ou les moyens d'en profiter.
a écrit le 26/11/2013 à 22:33 :
fusion de l'impôt dans le salaire la meilleurs façon de prendre en fonction des besoins sans rien demander . Belle innovation ! on vous trait comme des ....;;;;
a écrit le 26/11/2013 à 21:39 :
Nous allons à l'évidence vers une confrontation entre les profiteurs du système, qui veulent encore plus de redistribution, et dont Hamon, le profiteur, l'inculte, le donneur de leçons qui n'a jamais travaille de sa vie, est l'exemple le plus criant, choquant, et ceux qui financent, et défendent un semblant de liberté disparue. Il est loin le temps des annees 70, où les gens de gauche se battaient pour plus de liberté...
a écrit le 26/11/2013 à 19:40 :
Pour les socialistes la réforme fiscale consiste à accroitre la ponction sur ceux qui ne votent pas pou eux afin d'augmenter le redistribution à leurs clients politiques. C'est donc bine une escroquerie de plus de la part de ces gens sans foi ni loi.
a écrit le 26/11/2013 à 18:00 :
On ne suivra pas les socialistes dans cette direction. La CSG Rocard, mensonge s'il en est, est destinée à disparaître. Il est donc nécessaire de mettre à plat les dépenses sociales, celles qui devraient être à la charge de l'état et pour cela revoir la question des niches fiscales par un rabotage en règle. Les "charges" qui sont une participation que l'on pourrait côté salariés dénommer "droits" devront logiquement être augmentées. Elles sont de moitié par rapport à la réalité des engagement pris par les entreprises. On ne peut cacher plus la vérité qui est que les salariés ont indirectement fiancé les entreprises. Il faut alors logiquement soit augmenter les "charges" "droits" soit que les salariés deviennent actionnaires captifs en bénéficiant de multiples cautions par exemple pour un achat immobilier. J'ai proposé la France-Action. Nous n'y échapperons pas!
a écrit le 26/11/2013 à 17:46 :
La solution adoptée sera celle qui permet de prendre le plus de fric possible aux Français ....
a écrit le 26/11/2013 à 16:44 :
Les classes moyennes vont subir cette réforme et payer encore plus d'impôts. Ils vont subir une augmentation de la CSG qui va devenir progressive et devoir continuer a payer l'IR qui sera encore plus lourd car les socialistes vont supprimer les niches et le quotient familial.
Pendant ce temps là, 50 % des ménages continueront à ne pas payer l'IR et les fonctionnaires auront leurs retraites financées par les contribuables soit 35 milliards d'euros cette année.
Réponse de le 26/11/2013 à 18:45 :
+1000000
C la crainte que je partage.
Je n'ai plus du tout confiance envers les politiciens (tous les bords)....
J'ai peur de perdre mon boulot avec tout ça....
AgainParis
a écrit le 26/11/2013 à 15:55 :
L'extrême gogôche croit qu'elle a carte blanche depuis deux jours ... Le résultat de cette agitation sera terrible.
a écrit le 26/11/2013 à 15:50 :
A la question "ou vont nos impôts" il n'y a que les ignares pour ne pas le savoir.....je crois que nous avons payé jusqu'au 27 juillet pour les dépenses de l'état !!!! il y a eu n rapports pour savoir ce qu'il faut changer. Et comme d'habitude les gouvernements successifs, ne feront ...rien....de peur de perdre leurs électeurs...du courage, regardez à la lettre c dans le dictionnaire...
a écrit le 26/11/2013 à 15:50 :
M. Hamon a peut-être des qualités - qu'il cache bien - mais ce certainement ni un économiste , ni un fiscaliste , encore moins un spécialiste de finances publiques . Je pourrais comprendre que La Tribune l'interroge sur l'économie "solidaire" , mais qu'on lui donne la parole sur le sujet le plus difficile ( une réforme fiscal de fond dans un pays développé ! …) , c'est comme si Hollande devenait socialiste , Copé intellectuellement honnête ou que Pécresse cite des chiffres exactes.
Réponse de le 27/11/2013 à 10:13 :
Il est intélligent , il a une license d'histoire….
a écrit le 26/11/2013 à 15:48 :
Très fort pour parler d'impôt et dire aux autres ce qu'ils doivent faire.
Mais cet homme à l'idéologie de courte vue qui ne connaît rien à l'économie veut encore taper sur ceux qui tentent de faire vivre ce pays. Sait-il pour autant ce qu'est une entreprise, comment vit le privé, ceux qui se battent tous les jours pour tenter de vivre et qui sont en permanence sur la sellette ?
Qu'il s'attaque par exemple au gouffre des retraites des fonctionnaires en alignant ce monde avec le privé (retraite, durée & règles de cotisation) avant de vouloir taper un peu plus sur ceux qui de plus en plus subissent de façon unilatérales ces mesures de bobos qui les haissent.
a écrit le 26/11/2013 à 15:37 :
Quid des 8% CSG-CRDS que me prend le RSI sur la totalité de mes revenus d'activités (appointements)? Ils vont bien encore nous sortir une machine à gaze...
a écrit le 26/11/2013 à 15:13 :
En route vers le grand soir communiste, Camarade !
a écrit le 26/11/2013 à 15:12 :
En route vers le grand soir communiste, Camarade !
a écrit le 26/11/2013 à 15:01 :
quand en fin d'annee ils vont se rendre compte que le rendement de l'irpp diminue au fur et a mesure qu'ils augmentent les impots, ils vont vite changer d'avis!
Réponse de le 26/11/2013 à 16:00 :
Le problème c'est qu'une fois que le rendement diminue, en baissant le taux les recettes diminuent encore. En gros, c'est une fuite en avant, jusqu'à avoir tué l'activité.
.
En tous cas moi, j'ajusterai mes revenus vers le bas, ce n'est pas très difficile à faire, et pourquoi travailler pour presque rien ?
a écrit le 26/11/2013 à 14:53 :
L'impôt, comme le reste, plus c'est compliqué, moins ça marche ! Avec en prime, un stress supplémentaire pour les équipes chargées de faire fonctionner les usines à gaz...
a écrit le 26/11/2013 à 14:23 :
Il est effectivement important de faire payer plus les classes moyennes et riches pour maintenir l'emploi et les retraites des fonctionnaires et augmenter la redistribution au service des allocataires .
Réponse de le 26/11/2013 à 14:45 :
Les classes moyennes et riches ne se révolteront pas et ne descendront pas dans la rue(car elles ont trop peur que le système s'écroule), et sont donc "taillable" à merci. C'est une minorité silencieuse, qui a pour habitude de ne pas revendiquer donc qui paiera plus, au bénéfice de la majorité.
Réponse de le 26/11/2013 à 15:15 :
Beh oui , vois avez raison ! Les classes moyennes n('ont qu'à payer ! C'est honteux qu'elles ne veuillent pas payer davantage !
Réponse de le 26/11/2013 à 17:25 :
Les classes moyennes ne révolteront pas (quoique?), mais risquent de plus en plus de voter vers les extrêmes, faute de se sentir soutenues par les partis mainstream. Je suis franchement inquiet quant à l'avenir de notre pays.
a écrit le 26/11/2013 à 14:21 :
demandez plutôt la fusion des impôts avec les salaires , cela serait plus juste et au plus près de la réalité.
a écrit le 26/11/2013 à 14:11 :
Il est effectivement important de faire payer plus les classes moyennes et riches pour financer les allocataires et les fonctionnaires .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :