Anne Hidalgo : "Paris doit devenir la capitale de l'économie sociale et solidaire"

 |   |  816  mots
Selon Anne Hidalgo, Paris a tout à gagner à encourager le développement de l’ESS. / DR
Selon Anne Hidalgo, Paris a tout à gagner à encourager le développement de l’ESS. / DR (Crédits : Reuters)
Première adjointe au maire de Paris, Anne Hidalgo soutient depuis huit ans l’entrepreneuriat social dans la capitale. Elle nourrit de grandes ambitions pour ce secteur.

LA TRIBUNE - Comment Paris peut-elle se renforcer économiquement et créer les conditions pour devenir une capitale en pointe à l'horizon 2030 ?

ANNE HIDALGO - Le XXIe siècle est le siècle des métropoles. À Paris, comme à New York, Shanghai ou Lagos, les décideurs doivent être plus inventifs que jamais pour trouver les clés de l'économie de demain. Les grandes villes du monde sont confrontées aux mêmes défis: l'approvisionnement alimentaire, l'énergie, les mutations du travail et de l'habitat, l'accueil de populations nombreuses…

Nous devons miser sur l'innovation, aussi bien sociale que technologique, et faire émerger des solutions inédites. Cela passe par la mutualisation des savoirs: plutôt que de les opposer, Paris doit faire travailler ensemble chercheurs, start-up, PME et grandes entreprises.

Pour cela, nous devons réinventer la ville et l'adapter aux nouvelles façons de créer, en construisant ces bâtiments d'un genre nouveau qui permettent le travail collaboratif, le télétravail, le bureau-logement, les pépinières. C'est dans cet esprit que je propose de transformer la bordure de Paris, de la porte de Versailles jusqu'à Clichy-Batignolles, en un grand « arc de l'innovation ».

Ce nouveau territoire mixte d'habitat, de développement économique sera l'occasion de repenser nos manières de se loger, de travailler et de créer: s'y mêleront universités, start-up, incubateurs d'entreprises, logements pour tous, des équipements publics sociaux, sportifs et culturels et des commerces. C'est comme cela que je conçois « l'innovation ouverte, sociale et culturelle ».

C'est aussi grâce à des projets comme celui-ci que nous construirons le Grand Paris, facteur déterminant de la croissance économique de la capitale. Nous bâtissons déjà des projets communs avec les villes qui nous entourent, pour effacer la frontière du périphérique. Et je veux consolider les secteurs très dynamiques de Paris tout en faisant émerger des activités nouvelles qui créeront des emplois pour tous, comme l'économie sociale et solidaire.

Comment aider Paris et les entreprises, mais aussi les Parisiens à vivre bien et à se développer ?

Nous devons investir dans des nouvelles formes d'économie qui concilient la rentabilité économique et l'innovation sociale. Je veux que Paris devienne la capitale de l'économie sociale et solidaire. Ce secteur représente un fort potentiel de création d'emplois et une solution durable aux problèmes rencontrés par les Parisiens les plus fragiles. J'en suis convaincue : les métropoles sont la bonne échelle pour changer le monde.

Par exemple, je m'engage à augmenter de 10% le nombre de marchés publics à clause sociale, afin de permettre aux personnes en insertion de bénéficier d'opportunités de retour à l'emploi. C'est pourquoi j'organiserai annuellement un grand forum international qui rassemblera les leaders du secteur de l'ESS et développerai des jumelages avec d'autres métropoles autour de ce thème.

Aider les Parisiens à bien vivre, c'est aussi promouvoir les bonnes politiques d'emploi et d'insertion. Beaucoup de démarches sont à simplifier: pour les chômeurs, je veux regrouper les dispositifs existants en un lieu unique et y associer l'accès à des formations.

De quelle manière Paris peut-elle devenir exemplaire en matière d'économie du partage ?

L'économie du partage, c'est le signe que les citoyens favorisent un modèle durable et collaboratif au détriment du gaspillage et de l'individualisme. Les Parisiens ont été assez avant-gardistes en adoptant Vélib' et Autolib'. Je suis fière de ce changement de paradigme que nous avons accompli, il nous servira de base pour de nouveaux services innovants que nous développerons à l'échelle du Grand Paris.

Ces initiatives publiques exemplaires ne font pas le tout de l'économie de partage: souvent, ce sont des entreprises ou des associations qui offrent de nouvelles façons de consommer ou de recycler les objets dans une démarche d'économie circulaire.

À Paris, je trouve aussi formidable le développement des Amap, qui mettent en réseau les producteurs locaux et les acheteurs, sans intermédiaires, ou encore les « accorderies » qui permettent aux gens d'un même quartier d'échanger des services gratuitement.

Dans le même temps, beaucoup de start-up ont commencé à révolutionner certains secteurs, plébiscitées par les consommateurs. Je pense que ce mouvement est positif pour l'économie même si, comme tout marché, celui-ci doit être réglementé pour ne pas fragiliser des emplois ou des écosystèmes en place.

L'économie du partage, c'est aussi le « crowdfunding ». Je veux lancer un outil de financement participatif pour les commerces de proximité et les associations de quartier du Grand Paris. Les Parisiens pourront découvrir les projets des commerçants, échanger avec eux et les soutenir financièrement. Il faut aller plus loin en termes d'économie collaborative et d'économie circulaire.

Pour moi, la co-gouvernance et l'administration de demain s'appuieront beaucoup sur les principes de partage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2013 à 18:43 :
C'est quoi l’économie sociale et solidaire: des pauvres qui offre leur service à bas coût aux bobo parisiens?
a écrit le 08/12/2013 à 18:43 :
C'est quoi l’économie sociale et solidaire: des pauvres qui offre leur service à bas coût aux bobo parisiens?
a écrit le 02/12/2013 à 11:04 :
Il vous faudra compléter le titre de votre journal....."La Tribune...du gouvernement"
a écrit le 02/12/2013 à 10:56 :
Ce nouveau concept semble porteur..d'un point de vue ..médiatique. Les Socialistes n'ont que ce mot à la bouche: ESS. C'est sans doute la période de Noël qui est propice a cette trouvaille..Il faut bien attendrir le peuple...qui commence à montrer les dents...
a écrit le 01/12/2013 à 17:33 :
difficile de voir la caille !
a écrit le 30/11/2013 à 19:17 :
C'est une retraite qui veut devenir maire d'une des grandes au monde. Boboland !!
a écrit le 30/11/2013 à 18:22 :
elle en a pas dis de trop depuis qu'on la connait!!!!!!!! cette charmante dame!!!!
a écrit le 30/11/2013 à 16:27 :
Quel discours convenu de prêt à penser. Les bobos parigots sont vraiment d'un ennuyeux. La pauvreté de leurs discours est sans limite.
a écrit le 30/11/2013 à 14:02 :
etre aussi compétente et efficace que delanoe sera difficile mais pas impossible!tout le monde souhaite qu'hidalgo ait la carrure,rendez vous en mai pour en avoir confirmation
Réponse de le 30/11/2013 à 16:42 :
Vous avez raison, effectivement difficile de faire pire que Delanoë,
a écrit le 30/11/2013 à 12:47 :
Comment dit-on : "ratisser large" ou "bouffer à tous les rateliers" ?
Mme Hidalgo parle d'économie solidaire aux pauvres, et, dans le même temps, elle aide Unibail-Rodamco à faire d'excellentes affaires à Paris : les Halles, Paris-Expo, la future Tour Triangle.
Mais, c'est bien connu : on ne parle pas d'argent devant les enfants.
a écrit le 30/11/2013 à 9:40 :
En tout état de cause, elle ne connait pas le mot solidarité: retraite chapeau à 51 ans ...
a écrit le 30/11/2013 à 8:45 :
Il va y avoir une place libre à Montreuil ; ça ne l'intéresse pas ?
a écrit le 29/11/2013 à 23:20 :
Propos édifiants bien dans la lignée de la politique bobo gaucho écolo festive de Delanoë.les socialo sont tellement prévisibles : c est toujours taxer pour dépenser ( avec l'argent des autres de préférence) le plus triste c est qu'elle va passer sans problèmes en mars prochain aux élections
a écrit le 29/11/2013 à 18:34 :
"économie sociale et solidaire" ? alors retraite à 52 ans, pour tous.
a écrit le 29/11/2013 à 17:20 :
Comme disait Dalida : " Paroles, Paroles "....
Que Paris soit déjà la capitale de toute la France !!!! avec une vraie décentralisation, pour que les gens ne soient pas attirés en Ile de france
a écrit le 29/11/2013 à 17:07 :
Madame super gâchis veut sans doute se faire élire sur la base de promesses mirifiques de redistribution avec l'argent qu'elle ira piquer dans les poches de ceux qui n'auront pas voté pour elle. Mais que ses "clients" ne s'y trompent pas, les riches partent pour Neuilly qui ne fait pas partie de Paris, et le reste est déjà essoré par ses copains socialo.
a écrit le 29/11/2013 à 16:53 :
Et pourquoi n'a t elle pas commencé le travail ?
Et pourquoi une élection doit faire changer les habitudes de ceux qui n'en ont pas changé lorsqu'il sétaient en place ?
Et pourquoi essayer encore de mentir aux parisiens puisqu'en final le vrai changement espagnol à la Mairie de pAris sera l'augmentation des impots si les parisiens votent pour une espagnole.
Y a t il un Maire français à Madrid ?

A suivre
a écrit le 29/11/2013 à 16:13 :
On ne peut pas avoir 2 priorités : la rentabilité économique et l'innovation sociale ! Comme entre boire ou conduire, il faut choisir LA priorité, c'est une question de logique...
a écrit le 29/11/2013 à 15:56 :
Hidalgo est visionnaire, l'économie solidaire c'est l'avenir. Elle refuse que Paris se transforme en un ghetto muséifié pour touristes japonais. Ca nous change de Kosciuscko-Morizet qui s'extasiait sur le métro "ce lieu de charme où on fait des rencontres incroyables" !
Réponse de le 30/11/2013 à 13:59 :
fait gaffe à ton portable et ton portefeuille !
a écrit le 29/11/2013 à 15:13 :
Quelle logorrhée socialo écolo bobo, de l'onanisme pseudo intellectuel, rien de plus.
a écrit le 29/11/2013 à 14:45 :
On peut savoir qui a réalisé cette interview ? Non, car il ne s'agit pas d'un journaliste de La Tribune mais de l'équipe de com' de Anne Hidalgo. A aucun moment, cela n'est bien sûr précisé. C'est même tout à fait déguisé sous la forme d'une fausse interview. En tant que journaliste, j'ai mal pour mon métier et j'ai surtout mal pour le lecteur.
Réponse de le 30/11/2013 à 9:56 :
A lire 99% des réactions, les lecteurs ne semblent pas dupes. Et après la presse va se plaindre de la baisse des ventes de journaux. Ce genre de propagande, digne d'un pays pratiquant le culte de la personnalité, on peut encore la lire gratuitement sur le net mais sûrement l'acheter.
a écrit le 29/11/2013 à 14:43 :
Toujours la même boite à outils de mots, de concepts, cela fait un peu bouillie pour bobo !
a écrit le 29/11/2013 à 14:31 :
Une fois que l'on a enlevé, les mutuelles, coopératives et autres établissements publics, qu'est ce qu'il reste de l'économie sociale et solidaire?
a écrit le 29/11/2013 à 13:57 :
soeur Anne ne vois-tu rien venir???
a écrit le 29/11/2013 à 13:55 :
les mots "social et solidaire" devraient être censurés comme la presque totalité de mes commentaires
a écrit le 29/11/2013 à 13:52 :
Elles est tout simplement incompréhensible si son ambition s'arrête à l'article !
a écrit le 29/11/2013 à 13:48 :
C’est quoi ces affiches derrière elle ? Franchement, plus ça va, plus la Tribune dérape. Là on en est au messages subliminaux pour sauver le soldat Hollande et son équipe... Pathétique.
a écrit le 29/11/2013 à 13:46 :
Ce qu'il y a de bien, c'est qu'avec Hollande aux manettes on est quasiment certain d'y arriver d'ici la fin de son mandat. Ah ! Vivement que Paris soit un grand centre d'aide par le travail. Les ESAT et consorts, y a que ça de vrai.
a écrit le 29/11/2013 à 13:31 :
Elle est au pouvoir avec le groupe socialistes depuis combien de temps ? Que veut-elle changer ? A Paris il y a de la place pour les pauvres et pour les riches. Cette idée de "Capitale sociale et solidaire" va-elle permettre aux classes moyennes de rester dans Paris ?
a écrit le 29/11/2013 à 13:00 :
Londres veut devenir la capitale de l économie numerique et conforter son leadership en business , nos socialo communistes veulent etre la capitale "sociale et solidaire"
ce pays est en train de totalement devisser , lentement mais surement , sous la ferule d une classe politique a coté de la plaque
a écrit le 29/11/2013 à 13:00 :
"Cela passe par la mutualisation des savoirs: plutôt que de les opposer"... c'est quoi ces formules creuses qui ne veulent rien dire?
Cette femme est #2 de la plus grande ville de France? Incroyable!
Réponse de le 29/11/2013 à 13:50 :
Moi je trouve au contraire cela plutôt cohérent avec la merde dans laquelle nous sommes. Son niveau laisse aussi présager de celui de son n°1 qui lui fait confiance... sans parler du grand n°1. Flippant !
a écrit le 29/11/2013 à 12:49 :
La France soviétique a de beaux jours devant elle...
Réponse de le 29/11/2013 à 14:11 :
@lol : "La France est l'un des derniers pays communistes avec Cuba et la Coree du Nord" (M. Gorbatchev)
Réponse de le 29/11/2013 à 14:11 :
@lol : "La France est l'un des derniers pays communistes avec Cuba et la Coree du Nord" (M. Gorbatchev)
Réponse de le 29/11/2013 à 23:13 :
c'est la RDA sans la stasi !
Réponse de le 30/11/2013 à 9:14 :
Selon un article du Fig, le gouvernemznt veut nous surveiller de plus près. Nous y arrivons donc !
a écrit le 29/11/2013 à 12:48 :
Elle a raison il faut vivre avec les riches tout près des prélèvements d'impôt , alors donc des HLM dans le 16 ème arrdt , le 7 ème , le 17ème et Neuilly des circuits cours pour l'écologie enfin!
Réponse de le 29/11/2013 à 18:51 :
ouai obrien t'as raison on sera sur les champs en un rien temps !
a écrit le 29/11/2013 à 12:37 :
Répétez 5 fois le "je vous salue Marie" et vos péchés seront pardonnés... et surtout n'oubliez pas de donner pour la communauté des hypocrites. De toute façon si vous ne donnez pas on vous le prendra car c'est cela l'économie solidaire façon socialiste.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :