Tendances 2014 : gare à l'e-colère de l'e-citoyen !

 |   |  568  mots
Que révèle la révolte des bonnets rouges bretons lors de la protestation sur l'écotaxe?/ Reuters
Que révèle la révolte des "bonnets rouges" bretons lors de la protestation sur l'écotaxe?/ Reuters (Crédits : reuters.com)
La Tribune vous propose sa sélection des 14 tendances destinées à nous aider à innover encore plus en 2014. Aujourd'hui, dépassés les syndicats ou les partis politiques ? Entre les « Pigeons », les « bonnets » multicolores et autres volatiles, les oppositions s'expriment désormais sur les réseaux sociaux.

Dans une société hyper-connectée, la démocratie passe aussi à l'ère numérique. Désormais, la colère citoyenne naît sur les réseaux sociaux avant de se propager à la rue. Twitter, Facebook, les blogs et les médias en ligne agissent comme des « accélérateurs » de la prise de conscience collective. Depuis les révolutions arabes de 2011 jusqu'aux manifestations contre la Coupe du monde de 2014 au Brésil, la Toile démultiplie l'accès à l'information, créé le débat, favorise les mouvements populaires.

« Internet et les réseaux sociaux facilitent la capacité des citoyens à se mobiliser et influer sur le cours des événements », explique Jean-Michel Huet, le directeur associé du cabinet de conseil Bearing Point.

Ainsi, dans le tourbillon des jacqueries sociales, ou plutôt fiscales, qui sillonne actuellement la France, les collectifs - bonnets rouges, pigeons, dindons, poussins, moutons... - éclipsent les acteurs traditionnels de la contestation. Syndicats et partis politiques peinent à contrôler et à tirer profit de l'e-révolte.

Dépassé par la puissance de ces collectifs citoyens, le pouvoir vacille. Les pigeons ont donné le signal avec la révolte contre la taxation des plus-values. Les bonnets rouges ont obtenu le report de l'écotaxe. Et les centaines de milliers de manifestants contre le mariage pour tous ont tant effrayé le gouvernement que la PMA (procréation médicalement assistée) et la GPA (gestation pour autrui) ne seront pas abordées dans la grande loi sur la famille prévue pour 2014.

Le « porte-à-porte numérique »

En cette année d'élections municipales et européennes, l'e-citoyen restera au coeur des préoccupations. Peu de candidats oseront défier le suffrage universel sans recourir à Internet et aux réseaux sociaux dans leur campagne, en s'inspirant de ce qu'a fait Obama aux États-Unis. À l'heure du Netcitizen, ou Netizen, on invente le « porte-à-porte numérique ». Les nouvelles technologies peuvent-elles aider la démocratie ?

De plus en plus de voix, à commencer par la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) s'élèvent pour réclamer le vote électronique et la carte électorale biométrique. Peu utilisés dans l'Hexagone, ces outils pourraient se révéler très efficaces pour lutter contre l'abstention... À condition d'éviter les triches et les bugs qui ont parasité, en juin dernier, le vote électronique pour désigner la candidate UMP à la mairie de Paris.

« Techniquement, il est tout à fait possible d'organiser un vote en ligne sécurisé et à grande échelle. Mais la classe politique française n'a pas encore pris la mesure de l'importance de l'ecitoyenneté », déplore Jean-Michel Huet.

En plus d'améliorer le taux de participation, le vote électronique pourrait simplifier l'organisation des élections, éviter les votes nuls et les erreurs de dépouillement. Un prochain combat e-citoyen ?

____

Lire aussi :

1>> LA LIBERTÉ DU NET MENACÉE ?

2>> GARE À L'E-COLÈRE DE L'E-CITOYEN !

3>> LA FIN DE LA PROPRIÉTÉ ?

4>> SUR-MESURE ET ME.COM

5>> TOUJOURS MIEUX, ET PLUS VITE

6>> ANTICIPER FACE À L'IMPRÉVISIBLE

7>> TOUT CONTRÔLER À DISTANCE

8>> ÉNERGIE : L'ÈRE DE LA SOBRIÉTÉ

9>> DES PÉTAOCTETS DE DONNÉES

10>> TRAVAILLER PLUS, OU MIEUX ?

11>> VIVRE LONGTEMPS EN BONNE SANTÉ

12>> L'ÉPOQUE DU ROBOTCÈNE

13>> VIVRE UNE VILLE CONNECTÉE

14>> DU TEMPS, POUR QUOI FAIRE ?

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2014 à 9:30 :
Pour la fraude il y aura toujours des "petits malins" pour tenter de frauder, mais aujourd'hui les technologies sont de plus en plus fiables et c'est probablement la raison pour laquelle les paiements électroniques sont en forte progression comparativement aux paiements par chèques. Pour les élus ou futures élus le grand danger qui commence à s'imposer est leur e-réputation et là c'est plus compliqué à gérer et les moyens nécessaires sont tout aussi humains que technologiques.
Pour le participatif encore faudrait-il être dans la co-construction ce que les élus ou futurs élus ne font surtout pas et c'est là où le bas blesse ! A force de vouloir plaire à tout le monde ont fini par devenir impopulaire !

A méditer Mesdames et messieurs !
a écrit le 26/12/2013 à 20:39 :
Le VOTE ÉLECTRONIQUE sera à coup sûr une FUTURE FRAUDE MASSIVE !
Pour le jour j des élections, le bureau électoral reçoit une valise électronique programmée avec le nombre exacte d'électeurs, puis à la fin des votes un petit programme donne les meilleures répartitions à l'UMP et le PS et élimine les autres. Bien entendu le résultat n'est pas calculé sur le choix des votants mais par une répartition fixe et automatique ....
S'ils mettent ça en place, je n'y vais plus!!!!
a écrit le 26/12/2013 à 19:54 :
"De plus en plus de voix, à commencer par la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) s'élèvent pour réclamer le vote électronique et la carte électorale biométrique". Comment la protection des citoyens viendrai du fait de confier de plus en plus de donnée dans un "cloud" informatique? Pour de l'enfumage et de la manipulation on comptera sur la CNIL, comme on compte sur des syndicats "représentatifs" pour nous défendre...!
a écrit le 26/12/2013 à 19:52 :
"De plus en plus de voix, à commencer par la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) s'élèvent pour réclamer le vote électronique et la carte électorale biométrique". Comment la protection des citoyens viendrai du fait de confier de plus en plus de donnée dans un "cloud" informatique? Pour de l'enfumage et de la manipulation on comptera sur la CNIL, comme on compte sur des syndicats "représentatifs" pour nous défendre...!
a écrit le 26/12/2013 à 19:23 :
Ca fait quelques années que certains politiques parlent de démocratie participative, d'experts citoyens, en proposant de redonner la parole au peuple... Evidemment, aucun politique n'a été au bout de cette logique, qui pourtant révélait sans doute un besoin de l'électeur. Et finalement, c'est le peuple lui-même qui a fini par prendre le pouvoir, qu'on ne lui accordait pas ! C'est une excellente chose...
a écrit le 26/12/2013 à 19:23 :
Ca fait quelques années que certains politiques parlent de démocratie participative, d'experts citoyens, en proposant de redonner la parole au peuple... Evidemment, aucun politique n'a été au bout de cette logique, qui pourtant révélait sans doute un besoin de l'électeur. Et finalement, c'est le peuple lui-même qui a fini par prendre le pouvoir, qu'on ne lui accordait pas ! C'est une excellente chose...
a écrit le 26/12/2013 à 16:07 :
La cyber-colère du cyber-citoyen. Merci.
Réponse de le 27/12/2013 à 6:44 :
Par contre, déclarer ses impôts en ligne, vous êtes pour ?
a écrit le 26/12/2013 à 14:36 :
Le vote électronique, je refuse d'utiliser ce machin absolument pas fiable, pas question.
a écrit le 26/12/2013 à 13:04 :
les urnes électronique ou en bois c'est tout pareil ...on s' en fout ! Aujourd'hui l'appel du peuple c'est , rendez nous la France ! pas le Mali ou la Centre Afrique .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :