Hollande jugé "réformiste", "courageux", "ultralibéral", "soumis"...

 |   |  597  mots
Hollande a séduit la tête de son parti et s'est attiré les encouragements du centre. Mais les critiques ont plu à l'extrême gauche, à droite et à l'extrême droite. (Photo : Reuters)
Hollande a séduit la tête de son parti et s'est attiré les encouragements du centre. Mais les critiques ont plu à l'extrême gauche, à droite et à l'extrême droite. (Photo : Reuters) (Crédits : Reuters)
Les réactions au tournant-social démocrate de François Hollande ont été nombreuses parmi les responsables politiques. Les soutiens viennent essentiellement du Parti socialiste en plus de quelques encouragements au centre.

Le positionnement "social-démocrate" assumé par François Hollande aurait pu provoquer quelques réactions surprenantes dans la classe politique. Finalement, hormis un soutien de principe de l'UDI de Jean-Louis Borloo au pacte de responsabilité, il n'en aura rien été, chacun restant dans une position de soutien ou d'opposition classique. Revue de détail.

Tantôt trop libéral, tantôt pas assez...

Les critiques les plus sévères à gauche sont venues sans surprise de Jean-Luc Mélenchon, le leader du Parti du Gauche, qui a accusé le président de la République de faire le jeu du Medef.

Et pourtant, cette idylle supposée entre François Hollande et le patron des patrons n'est pas de nature à adoucir les attaques en provenance de l'UMP. Ainsi son président Jean-François Copé s'est il fendu d'un réquisitoire à l'encontre du président de la République. En clair, après avoir réclamé des baisses d'impôts, les annonces de mardi ne sont pas suffisantes.

"Pensez-vous vraiment, monsieur le président, qu'une baisse hypothétique de 10 milliards d'euros des charges d'ici trois ans est à la hauteur de l'enjeu pour redonner de la compétitivité aux entreprises françaises?" s'est-il interrogé, déplorant l'absence de calendrier, "vital pour les entreprises".

Quant à la présidente du Front National Marine Le Pen, elle a critiqué l'absence de protectionnisme économique et le positionnement européen du président de la République. D'après elle, "François Hollande ne change pas de cap" dans "conférence de soumission totale aux dogmes européistes", "c'est le cap de l'ultralibéralisme".

Soutien du bout des lèvres au centre et dans la majorité

Finalement, François Hollande se sera principalement attiré les louanges des ténors du parti socialiste et un timide soutien des leaders centristes.

Malgré quelques critiques ces derniers jours, sur le positionnement en faveur d'une politique de l'offre, notamment de la député socialiste du Doubs Barbara Romagnan dans les Echos, le président s'est attiré les louange du socialiste Jean-Pierre Bel.

Le président du Sénat a en effet salué "l'offensive courageuse (...) dans la bataille de l'emploi, fondée sur un contrat social ambitieux entre les pouvoirs publics, les entreprises et les salariés et sur un effort poursuivi de simplification."

Même son de cloche du côté du patron du PS, Harlem Désir, qui a salué "le grand compromis social pour la croissance et l'emploi", répondant à ce qui prétendent au tournant libéral de François Hollande que c'est bel et bien "une politique de gauche qui est menée".

Jean-Louis Borloo s'est quant à lui déclaré prêt à soutenir le Pacte de responsabilité, estimant que le chef de l'État avait "confirmé ses aveux du 31 décembre dernier, notamment le fait d'avoir nié l'ampleur de la crise économique et sociale" et s'est dit satisfait de cette "prise de conscience". Mais selon lui, l'horizon 2017 pour les mesures annoncées, au demeurant imprécises, n'est pas suffisant.

Enfin, le président du MoDem François Bayrou a constaté "le tournant".

"Il a enfin évoqué la nécessité de réformes structurelles profondes pour que le pays puisse se replacer dans le dynamisme qui n'aurait jamais dû cesser d'être le sien", a-t-il dit. "Il s'est placé verbalement dans la ligne de la politique réformiste que la situation de la France exige", s'est-il encore félicité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2014 à 18:05 :
Tous ces commentaires oublient un point essentiel: Hollande ment comme il respire. Il a menti pendant sa campagne, il a menti pendant sa conférence de presse. C'est aussi simple que cela. Mais c'est vrai que ça fait moins vendre de papier ! "Demain on rase gratis?" Oui, mais aujourd'hui qu'est ce qu'on morfle !! La France économique est à l'agonie, à cause des mesures de FH depuis qu'il a volé le pouvoir, avec l'aide de la presse de gauche, aussi coupable que lui
a écrit le 16/01/2014 à 16:47 :
Je suis prêt a prendre les paris que les effets d'annonce de FH vont se perdrent dans les méandres des lobbys et diverses courants du PS. Les Karine Berger, Christian Eckert et autre Benoit Hamon se feront un plaisir de torpiller en douce ce projet: Montebourg a d'ailleurs deja commence.Au final la montagne va accoucher d'une sourie. Comme d'hab...
Réponse de le 16/01/2014 à 18:06 :
Il n'y a jamais eu de projet. Il y a juste des mots, prétentieux et suffisants dans la bouche d'un menteur professionnel...
a écrit le 16/01/2014 à 15:44 :
C'est bien nous allons faire ces réformes qui ne marcheront pas Ainsi on comprendera que le problème de la france c'est l'euro. On avance
a écrit le 16/01/2014 à 15:23 :
Le souci, c'est que l'on ne comprend plus rien ! Il est juste en train d'annoncer le contraire de son programme en copiant celui de son ex-concurrent à la présidentielle... Bien sûr, la très grande majorité des politiques manipulent les concepts et ne font pas toujours ce qu'ils disent, mais de là à faire systématiquement le contraire de ce qui avait été annoncé... Comment lui faire confiance ? Et quoique l'on en dise, les récents éclairages sur sa vie privée ne donnent pas franchement confiance en lui. Après avoir été contraint de quitter Ségolène Royal pour Valérie Trierweiler à cause de fuites dans la presse, il récidive. Cela fait un an qu'il sort avec Julie Gayet ! ça n'est pas rien. Je ne le juge pas sur le fond, car il fréquente qui il veut et peut changer tous les mois de femme si cela lui chante, mais c'est quand même révélateur d'une personnalité capable de vivre complètement dans le mensonge. Il n'y a que sous la contrainte que ce monsieur dit la vérité... c'est quand même un vrai problème.
a écrit le 16/01/2014 à 10:32 :
Il est hypocrite, et ment aux français et inapte à exercer ses fonctions. La preuve son honneur, sa probité, sa moralité se tiennent en dessous de sa ceinture
a écrit le 16/01/2014 à 10:04 :
Les journaleux s'enflamment vite dans ce pays, ils sont à l'affût des moindres mots dès qu'un politique parle. Ils ne s'intéressent qu'aux mots et aux petites phrases mais point aux actes, normal me direz vous, car des actes il n'y a point.
FH n'est qu'un petit fonctionnaire qui a appris à parler pour ne rien dire, "sciences po" ça sert à ça, comme toujours les actes on les attendra.
Tant que ce pays sera gouverné par cette caste, il continuera à décliner inexorablement.
Réponse de le 16/01/2014 à 15:42 :
Lorsque tu feras sciences po tu seras en mesure de dire si ils n'apprennent qu'à parler pour ne rien dire. En attendant essaye ne serait-ce que de rentrer dans cette école.
Réponse de le 16/01/2014 à 18:09 :
Oui, Sciences Po ou l'ENA, ça blablate, MAIS EN ETANT PAYE AVEC NOS IMPOTS !!! c'est gens là sont une plaie pour la France. Inutile de se taper l'ENA pour faire cette analyse, y'a qu'a les écouter et observer ce qu'ils font en réalité... FH, grâce à ses mensonges a aujourd'hui une vie de milliardaire, avec son Airbus privé (qu'il utilise énormément), dans lequel il peut s'envoyer en l'air.... Et nous, on trinuqe, et on paie des impots pour payer son kérosène !
a écrit le 16/01/2014 à 8:37 :
chassez le naturel il revient au galop.Je sens que je vais bien me marrer quand la fronde socialiste va se lever contre ce menteur invétéré s'il engage ses propos.Je pense surtout qu'il cherche à gagner du temps et des voix aux prochains scrutins .
Il reste toujours les naïfs qui ont bu ses paroles persuadés de sa sincérité.
a écrit le 16/01/2014 à 0:46 :
Quand est-ce qu'un politique de gauche devient bon ? Quand il fait une politique de droite !
Certains mettent plus ou moins de temps, mais ils y arrivent tous un jour ! Pour Hollande le changement c'est maintenant !
a écrit le 15/01/2014 à 22:34 :
Brioche.
Comme a chaque intervention.
a écrit le 15/01/2014 à 19:02 :
Ne pas hésiter a s'inspirer du modèle suédois !
Ne pas se gêner pour les copier !
Peut-être embaucher M. Borg, ... Anders Borg !
a écrit le 15/01/2014 à 18:41 :
Il a fait son discours TAFTA à la française . Maintenant , il va pouvoir partir aux États-Unis pour dire qu'il a bien travaillé pour ....TAFTA
a écrit le 15/01/2014 à 16:45 :
il est toujours dommage que les commentaires ne soient pas structurés, on ne peut pas tout rejeter ! Messieurs sortaient un peu de ces clivages d'un autre temps gauche-droite, n'oublions pas la situation économique mondiale tout ne pas changer en quelques mois, on peut comprendre l'énervement succité par les errements de quelques uns de nos ministres mais finalement il faut y voir une certaine forme d'indépendance qui n'existait pas sous le pouvoir précédent. Une réflexion en 2012 je crois bien que ni l'un ni l'autre ne souhaitait être élu parce que conscient de la situation désastreuse dans laquelle nous nous trouvions.
Réponse de le 15/01/2014 à 20:25 :
Elu PS, sors de ce corps
Réponse de le 16/01/2014 à 15:26 :
"Messieurs sortaient un peu de ces clivages d'un autre temps gauche-droite" puis "il faut y voir une certaine forme d'indépendance qui n'existait pas sous le pouvoir précédent"... Outre l'énorme faute d'orthographe, on dirait que vous n'en n'êtes pas sorti vous-même de ce clivage droite-gauche !
a écrit le 15/01/2014 à 16:23 :
Ça crédibilité est a zéro !!! Alors des actes et on verra Des baisses de dépenses de 50 milliards ouf !!!
a écrit le 15/01/2014 à 16:01 :
Hollande a toujours menti, alors comment croire à toutes les belles paroles énoncées hier ?
Je doute vraiment de ses capacités et de son courage pour faire tout ce qu'il a dit.
a écrit le 15/01/2014 à 15:54 :
Le but n'étant pas de régler des problèmes mais de différer les solutions. Qui va y perdre a ce poker menteur ?
Suffirait que la droite entière soit contre et vote non a la question de confiance. Suivi par qq élus de gauche et de l'extrême gauche pour que tout vole en éclats. La véritable question : est ce que le PCF, le FG et une partie des verts sont prêts a renverser la table pour a faire cocu (cette fois) m. hollande ?
a écrit le 15/01/2014 à 15:48 :
Hollande : ayant menti pour être élu et discrédité la parole politique, ayant fait perdre 20 mois à la France par ses errements, défenadnt soudainement quoiqu'il en dise l'inverse de ce qu'il a toujours dit, bloquer toutes réformes difficiles lorsque la droite était au pouvoir . Faut-il croire cette homme et lui faire confiance ne serait ce pas immoral ? Le mensonge comme moyen politqiue ne dit-il pas être pour une fois être sanctioner ?
Réponse de le 15/01/2014 à 20:02 :
J'en connais un qui après 6 ans et non 20 mois a laissé une dette abyssale.Alors vous pourrez mieux juger dans 4 ans et moi aussi.
Réponse de le 15/01/2014 à 20:55 :
L'un comme l'autre vous avez raison, pas un pour racheter l'autre!.
Réponse de le 16/01/2014 à 15:28 :
La dette de Sarkozy est à peu près similaire à celle contractée par les autres pays suite à la crise de 2008. Par ailleurs rappelez vous que Hollande et les socialistes demandaient plus de dépenses publiques à l'époque pour relancer un peu plus la consommation ! Le bilan de Sarkozy n'est pas brillant, mais il faut arrêter tout de même la mauvaise foi.
a écrit le 15/01/2014 à 15:40 :
"La vérité d'un homme c'est d'abord se qu'il cache" - Malaraux.

Qui est le vrai Hollande ?
Réponse de le 15/01/2014 à 15:57 :
Quoi de plus révélateur qu'un masque...
a écrit le 15/01/2014 à 15:29 :
"La vérité d'un homme c'est d'abord se qu'il cache" - Malaraux.

Qui est le vrai Hollande ?
a écrit le 15/01/2014 à 15:02 :
je vois que chez vous aussi la censure est de mise! et mon commentaire SVP?
Réponse de le 15/01/2014 à 15:32 :
Maintenant la tribune est rentrée dans le rang, je lie les Échos mais mon commentaire sera de toute façon sencuré.
Réponse de le 15/01/2014 à 15:56 :
Un commentaire sencuré, c'est normal dans un pays laïque !
Réponse de le 15/01/2014 à 16:16 :
Toute la Presse en parle !
Le Dauphiné a changé de nom depuis la prise en main par Valls.

En Rhône Alpes nous avons maintenant le Dauphiné Endoctriné, le Dauphiné Enchaîné

Pour le Progrès c'est la même chose, nous avons maintenant le Progrès La Censure.
a écrit le 15/01/2014 à 14:22 :
FH jugé? sur quoi ? sur ses paroles ? Vu comme il a menti pour se faire élire, quel benêt peut le croire ?
a écrit le 15/01/2014 à 14:11 :
Ma conviction intime est que Hollande, grâce aux annonces dévoilées hier, pense qu’il va remonter dans les sondages. En filigrane nous pouvons penser que ce qui l’inquiète le plus c’est « son image auprès de Français ». Il pense par ailleurs qu’en s’alliant au diable (entreprises, capital, Finance qu’il a fermement fustigés au début de son élection) il va inverser la courbe du chômage. Enfin ses nouvelles « annonces », sa conversion fortuite à la social-démocratie ne sont qu’un écran de fumée. C’est donc un programme qui reste à négocier entre partenaires sociaux, à adopter concrètement et enfin à réaliser (2017 ?). Ce parcours sera long et semé d’embûches avec des aléas imprévisibles. Puis rien ne dit que ce programme va effectivement réussir. Avec cet effet d’annonce nous sommes donc dans le flou. La prudence et la modération s’imposent. Il ne faut pas s’emballer, ni s’extasier mais attendons que cela se traduise dans les faits. « Wait and see » disent nos voisins anglo-saxons !
a écrit le 15/01/2014 à 14:07 :
on commence ..... quand ?
a écrit le 15/01/2014 à 13:54 :
soumis à julie............ !!
a écrit le 15/01/2014 à 13:35 :
Je ne suis pas socialiste, loin s'en faut, mais je dois reconnaître que Hollande va dans la bonne direction, même si beaucoup de mesures annoncées sont encore très floues et ne sont pas à la hauteur des enjeux (diminution des charges sur les entreprises).
Je suis aussi très satisfait de constater que même des socialistes sont capables de dire publiquement que le problème de l'emploi en France ne se réglera que par la restauration de la compétitivité des entreprises. Les rêves utopiques pleins d'idéologie que la gauche trainait encore à ses basques depuis des lustres sont en train de s'effondrer… Il n'y a guerre que le clan Mélenchon pour contester cela… Mais que représente t-il dans l'opinion? Pas grand chose.
Réponse de le 15/01/2014 à 15:33 :
Et vous vous représentez quoi à part vous.
Réponse de le 15/01/2014 à 20:06 :
Je pense comme JLB. On est donc au moins 2.
Réponse de le 16/01/2014 à 15:31 :
@JLB Le bon sens, certes ! Mais le problème, c'est que ce ne sont que des mots à ce jour. Après 20 mois au pouvoir, on ne peut pas demander des miracles c'est certain, mais pour l'instant l'administration s'est encore un peu plus complexifiée, la dépense publique a augmenté et le nombre de fonctionnaires aussi... Donc maintenant on attend les actes. Hollande est tout à fait capable de dire le contraire de ce qu'il pense. Il n'y a qu'à écouter sa campagne !
a écrit le 15/01/2014 à 13:32 :
Il n'y a que le Président qui s'amuse...., les français trinquent! Ne devrait-on pas être heureux d'être français et de vivre en France? Ne serais-ce pas un objectif "normal" pour tout gouvernement qui se prévaut du vote populaire?
a écrit le 15/01/2014 à 12:56 :
les salariés cocus une fois de plus; et le MEDEF applaudit...triste spectacle venant d'une soi-disant "gauche"...
a écrit le 15/01/2014 à 12:45 :
soumis à bruxelles ? OUI
Réponse de le 15/01/2014 à 16:28 :
c'est Bruxelles qui fait que nos entreprises est le plus faible taux de marge en Europe? C'est Bruxelles qui nous oblige à avoir 10% de chômage depuis 30 ans? C'est Bruxelles qui nous oblige à dépenser plus que ce que l'on gagne depuis 30 ans? Allons arrêter cette petite politique du bouc émissaire.
a écrit le 15/01/2014 à 12:43 :
ils ne sont pas prêts a évoluer vers des réformes naturelles et saines, car c'est avec des obligations et des punitions que l'on essai de faire évoluer le tissu social ! (pacte de responsabilité) cela en dit long sur la démarche .
a écrit le 15/01/2014 à 11:39 :
son seul soucis est de faire perdurer des injustices .....de maintenir des des FRANÇAIS spéciaux .....pas un mot sur ce sujet ....aucune reprise ne sera possible sans une remise a plat des inégalités .
a écrit le 15/01/2014 à 11:21 :
LA BOITE A RIEN
RIEN
PAS AVANT 2017
DEMISSION
Réponse de le 15/01/2014 à 12:46 :
En parfait accord avec vos propos
Réponse de le 15/01/2014 à 16:48 :
lol et marie..............navrant !
a écrit le 15/01/2014 à 11:06 :
Si il arrive à économiser 50 milliards c'est déjà pas si mal. Reste encore 150 milliards à faire (quand la dépense publique absorbe 57% du PIB c'est nécessaire et possible). Par contre pourquoi encore créer des commissions et des gadget administratifs pour gérer ses économies? Quand on fait des économies on coupe et point.
Réponse de le 15/01/2014 à 15:09 :
dépense publique 57% du PIB!! ?citez vos sources
Réponse de le 16/01/2014 à 15:19 :
1100 milliards de dépenses publique, ça fait 57% du PIB (c'est même à 57,5%). Données disponibles et publiques, rien de secret. Avec ces 50 milliards d'économie on devrait retomber à 1050 milliards. Alors que pour retrouver l'équilibre budgétaire l'effort total devrait porter sur 200 milliards soit 900 milliards de dépense publique / an au maximum.
Réponse de le 16/01/2014 à 15:33 :
Ce sont les chiffres officiels, cités par FH dans sa conférence de presse et repris par tous les organismes officiels nationaux et internationaux.
Réponse de le 16/01/2014 à 18:29 :
Chiffre encore cité se jour 16/01/2014 par Gilles Carrez sur BFM business à 18h25… (il à même parlé de 1200 milliards en DP, mais il à dû arrondir le chiffre à la hausse)
a écrit le 15/01/2014 à 10:43 :
...par la Presse qui lui sert la soupe depuis trop longtemps. Que e nouveaux reniements n'a t il pas prononcé hier.
a écrit le 15/01/2014 à 10:13 :
Après toutes les balivernes antérieures, l'on pourrait se résoudre à conclure ainsi.
Malheureusement en dehors des forme et style, rien ne change depuis des décennies. Et, le mensonge contredit les faits et gestes : le discours du Bourget en 2.012 a violemment vitupéré contre les turpitudes des fabrications financières, tout comme celui de 2.010 à Davos. Même "menteries", même collusions.
a écrit le 15/01/2014 à 9:53 :
bon alors ! apres la pompadour ca sera la medicis ! au revoir et merci rdv en 2017 pour la faillite !
a écrit le 15/01/2014 à 9:37 :
L'essentiel est qu'il ne touche pas au statut des élus de tous poils (indemnités, retraites, défraiements etc.). Le reste n'est que du pipeau.
En 1914 tout a mal commencé pour la France puisque les généraux étaient tous franc maçons et surtout nuls. Il a fallu les remplacer rapidement. Ne parlons pas de 1940 "nous vaincrons parce que nous sommes les meilleurs".
Aujourd'hui c'est pareil, les fameuses élites ne valent pas un clou.
Réponse de le 15/01/2014 à 11:02 :
c'est juste ,mais c'est pas 500 millions d'économies qu'il faut faire mais 200 milliards. Apparemment là il y à déjà 50 milliards si ça va au bout, déjà un bon début.
Réponse de le 15/01/2014 à 11:11 :
Nous sommes très vigilants et en parfaite harmonie pour que nos avantages exorbitants soient préservés pour assurer la grande cohésion des nos Assemblées Nationales, Régionales, Départementales, du sénat et des Agglomérations que nous maitrisons. François loue nos services rendus chaque jour qui passe et nous lui en somme très reconnaissants.

Elus PS UMP UDI, tous ensembles, tous
a écrit le 15/01/2014 à 9:17 :
L'article resume bien l'etat d'esprit en France aujourd'hui. Tout le monde reclame un marechal tout en acceptant des orders de personne... a suivre

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :