Une bonne nouvelle pour le pouvoir d’achat des ménages

Le prix du panier moyen des consommateurs a baissé de 1,32% en 2013, selon l’Observatoire annuel des prix réalisé par Familles rurales. Ce sont les produits « premiers prix » qui ont vu leur tarifs reculer le plus fortement.
Fabien Piliu
Les prix des produits alimentaires ont cédé 0,4% entre 2012 et 2013
Les prix des produits alimentaires ont cédé 0,4% entre 2012 et 2013

Après avoir augmenté de 3,49% en 2012 à un niveau historiquement élevé, le panier moyen des consommateurs a cédé 1,32% en 2013, et ce presque dans toutes les catégories de produits, relève l'Observatoire annuel des prix réalisé par Familles rurales. " C'est une pause bienvenue dans cette période de crise où les salaires sont gelés tandis que le coût d'autres services augmente, comme le gaz et l'électricité ", explique le président de l'association de consommateurs Thierry Damien, cité dans le quotidien La Croix qui publie cette enquête.

La valeur du panier : 135, 26 euros

Composé de bouteilles d'eau, de biscuits, de jus de fruits, de desserts, de confitures, de produits laitiers, de lessive ou encore de produits d'hygiène, le panier de Familles Rurales s'est acheté en moyenne à 135,26 euros en 2013 contre 137,07 euros en 2012. Il revient ainsi à son niveau de 2011. Pour réaliser cette enquête, l'association a effectué six relevés effectués dans plusieurs dizaines de magasins

Dans son panel, l'association compare les prix par type de magasins (hyper, supermarchés, magasins de proximité et hard-discount) mais aussi par catégories de produits (marques nationales, marques de distributeurs, premiers prix).

Ce sont les "premiers prix" qui enregistrent la baisse la plus importante (-4,32%), cette gamme de produits étant par ailleurs soumise depuis 2008 aux plus fortes variations" selon l'étude. " Mais ce ne sont pas les seuls, presque toutes les catégories de produits constituant le panel et toutes les surfaces de vente étant concernées par cette baisse, même si celle-ci n'est "pas forcément perçue par les consommateurs ", souligne Thierry Damien.

Pour expliquer cette baisse, l'Observatoire évoque concurrence acharnée entre les enseignes, les hypermarchés tentant de contrer le hard-discount en étant très compétitifs sur les prix des produits d'entrée de gamme, avec en filigrane des conséquences inévitables sur les fournisseurs. Concrètement, comme en 2012, le panel "marques nationales" est moins cher dans les supermarchés alors que ce sont les hypermarchés qui pratiquent les meilleurs prix pour les "marques de distributeur" et les produits "premiers prix".

Les hard-discounters méritent-ils leur nom ?

Concernant cette catégorie, l'écart s'est encore accru entre les hard-discounters où le panier moyen "premiers prix" est paradoxalement le plus cher à 103,65 euros, comparé aux supermarchés (94,13 euros) et surtout aux hypers (90,4 euros).

Une autre explication peut être avancée. Cette guerre des prix entre enseignes intervient dans un contexte de faible inflation. Entre décembre 2012 et décembre 2013, l'indice des prix à la consommation n'a progressé que de 0,7% selon l'Insee. Les prix de l'alimentation mais aussi des produits frais n'ont augmenté que de 0,4%. Les tarifs de l'énergie ont avancé de 1%. Certains produits ont même vu leurs tarifs reculer. C'est le cas des transports et des communications (-0,2%), des produits manufacturés (-0,6%) ou encore des produits de santé (-3,1%),

Le chariot-type de Thierry Breton

Comparer ainsi les prix des produits n'est pas une nouveauté. Lors de son passage au ministère de l'Economie entre 2005 et 2007, Thierry Breton avait lancé une initiative de ce type pour que les ménages puissent avoir une autre perception du coût de la vie: le chariot type. En coordination avec les associations de consommateurs, Bercy avait déterminé quatre catégories de chariot en fonction du profil familial des consommateurs.

Ce chariot se voulait plus évocateur qu'un indice puisqu'il s'agissait d'une somme censée être dépensée chaque semaine par un célibataire, dont la référence de base en février 2005 était de 50 euros, un couple de 65 ans sans enfants (105 euros), un couple avec 2 enfants (130 euros) et un couple avec trois enfants et plus (145 euros). A ces chariots s'en ajoutait un cinquième dit "moyen», qui pondérait les résultats des quatre autres. Tous contenaient environ 135 produits de grande consommation (alimentaire, entretien et hygiène-beauté) dont les prix étaient comparés chaque trimestre. Si l'expérience nationale a tourné court, puisqu'elle n'a pas été reconduite lors du quinquennat 2008-2012, elle a fait des petits. Ainsi, l'Observatoire des prix, des marges et des revenus de La Réunion continue à suivre l'évolution de son propre chariot-type.

 

Fabien Piliu

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 26
à écrit le 22/01/2014 à 4:47
Signaler
Promo :3paquets de couches ,3 pots de galia 6 mois ,un pack d orangina 80€ cette après-midi oui je sais j aurai pas du acheter le pack!!!

à écrit le 21/01/2014 à 22:52
Signaler
Commence à bien faire ces annonces d'inflation quasi nulle quand ce n'est pas comme ici une baisse. Quiconque gère un budget moyen ou faible le sait.

à écrit le 21/01/2014 à 20:20
Signaler
Et ce que contiens le panier de 50%...

à écrit le 21/01/2014 à 17:08
Signaler
Et thierry Breton il depense combien par semaine 1300, 23000, 50000 ?

à écrit le 21/01/2014 à 16:14
Signaler
En ex Urss le pouvoir d'achat des ménages augmentait aussi tous les ans et dans l'assiette il n'yavait que du choux,en France il n'ya que des pates après le 15 du mois,et poutant il augmente ;cherchez l'erreur

le 21/01/2014 à 17:10
Signaler
Le socialisme n'existe plus maintenant c'est l'UMPS au service de l' allemagne.

le 21/01/2014 à 20:22
Signaler
Vous avez de la chance les pâtes pour moi c'est a partir du 10... Et je ne fait pas partie des plus a plaindre...

le 21/01/2014 à 23:20
Signaler
Les pâtes c'est cher (environ 2 euros/kg), le riz c'est plus économique (environ 1 euro/kg). Comment croyez-vous que les asiatiques réussissent à nourrir plus d'un milliard de pauvres?

à écrit le 21/01/2014 à 16:07
Signaler
Donc le panier avec 2 enfants c'est 130€ et avec 3 c'est 145€,j'en conclus que le 3ème mange pour 15€ par semaine et le 4ème mange rien.

le 21/01/2014 à 16:32
Signaler
Vous avez raison ils ont utilisé la calculatrice de hollande

le 21/01/2014 à 23:28
Signaler
C'est faux. Le troisième permet aux deux premiers de consommer moins cher par le volume d'achat et si on tient compte de la prépondérance des adultes par rapport aux enfants en bas âge, le faible écart peut est crédible. Par ailleurs, les familles de...

le 22/01/2014 à 6:18
Signaler
En fait, il ne faut garder que le 3ème enfant pour s'en sortir.

à écrit le 21/01/2014 à 14:41
Signaler
On se rattrape aux branches dans le dernier paragraphe ? Car il y a une sacrée différence conceptuelle entre panier MOYEN et chariot (panier) TYPE !

à écrit le 21/01/2014 à 14:21
Signaler
M Piliu, la déflation cela vous dit quelque chose car moi,je l'a sens au bout de la rue.

le 21/01/2014 à 15:23
Signaler
Pas déflation, mais récession. Juste cachée par une augmentation artificielle des "PIB".

à écrit le 21/01/2014 à 14:00
Signaler
Une bonne nouvelle: le pouvoir d'achat des ménages baisse.....

le 21/01/2014 à 14:37
Signaler
Moscovici à enfin réussi quelque chose !

le 21/01/2014 à 17:09
Signaler
Si vous lisez ce que dit le monsieur, c'est exactement le contraire.

à écrit le 21/01/2014 à 13:53
Signaler
Celui qui a écrit l'article ne doit pas aller souvent aux courses.

à écrit le 21/01/2014 à 13:36
Signaler
Les pensions de retraite aussi ...

à écrit le 21/01/2014 à 13:07
Signaler
Pour faire des économies il ne suffit d aller au magasin le moins cher il faut choisir des magasins qui offrent une offre réduite pour chaque besoin, c est pourquoi il faut exclure les hypermarchés avec leurs 300 000 références qui vous poussent vers...

le 21/01/2014 à 13:20
Signaler
300000 références, vous y allez un peu fort. Auchan Velizy, le plus gros hyper français doit en aligner 210000 sur ses quelque 19000 m2 Reste que votre réflexion a du sens.

le 21/01/2014 à 23:31
Signaler
Le moins cher sur quel critère. Prix affiché ou prix payé transport compris? Quid de la qualité? L'économie sur la qualité se paie sur la santé.

à écrit le 21/01/2014 à 12:30
Signaler
Avec le nombre de nouveaux chômeurs par mois, qui voient leurs revenus diminuer de moitié tant mieux

à écrit le 21/01/2014 à 12:10
Signaler
on augmente tous les prix des produits les plus consommés et on diminue fortement le prix des bérêts et autres produits non consommés ,on les inclut dans le calcul et le tour est joué .les gogols naïfs sont bernés.

à écrit le 21/01/2014 à 11:43
Signaler
Article optimiste qui salue l'arrivée de la déflation...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.