Climat social : la lassitude des salariés face à la crise pèse sur la compétitivité

Une note de conjoncture sociale rédigée par deux grands spécialistes des questions sociales met le doigt sur le "mal être" et le désengagement des salariés dans les entreprises, ainsi que sur les erreurs de management. Autant de facteurs qui nuisent à la compétitivité.
Jean-Christophe Chanut

6 mn

La conflictualité est en baisse dans les entreprises mais la lassitude des salariés gagne du terrain
La conflictualité est en baisse dans les entreprises mais la lassitude des salariés gagne du terrain (Crédits : Reuters/Benoit Tessier)

Le « calme avant la tempête » ? Hubert Landier, expert en relations sociales spécialisé dans les audits de climat social, et François Geuze, intervenant au Master  Ressources Humaines de l'Université de Lille 1, viennent de publier leur note « de conjoncture sociale »*. Réalisée sur la base de 125 entretiens auprès de salariés d'entreprises de tailles et secteurs très divers ainsi qu'à partir des réponses à un questionnaire envoyé à 2.945 salariés représentatifs de la population française, cette étude, très complète, ne brille pas par son optimisme.

Toute la première partie, consacrée à l'environnement macro-économique et politique, montre des salariés désabusés par les hommes politiques, déçus par les promesses non tenues, fatigués par la crise économique et tentés par les extrêmes.

La deuxième partie, reproduite (en résumé) ici, décrit une sorte de lassitude au sein des entreprises qui n'est pas sans conséquence sur la productivité, à l'heure où l'on tente de revaloriser le « made in France ». Manifestement, ce n'est pas gagné.

Dans les entreprises, les auteurs observent deux phénomènes concomitants : « une baisse de la conflictualité laissant place à une tendance massive au désengagement beaucoup plus coûteuse pour les entreprises, quoique moins visible » ainsi qu'une « destruction des collectifs de travail par suite de la mise en œuvre de certaines méthodes de management ».

Une baisse de la conflictualité qui s'explique par différents facteurs

De nombreux facteurs jouent en faveur d'une baisse de la conflictualité. Les auteurs en mettent quelques unes  en exergue. Ainsi, la peur du chômage, qui peut inciter les intéressés à la prudence, sauf quand ils n'ont plus rien à perdre (menace de restructuration) ; les contraintes personnelles, liées notamment à l'existence d'engagements financiers comme des emprunts ; l'absence de tradition conflictuelle parmi les jeunes, qui raisonnent davantage d'une façon plus individualiste et en termes de fuite (« je ne suis pas satisfait, donc je me casse ») qu'en termes de résistance et d'action collective (« tous ensemble…. ») ; l'absence de crédibilité de nombre de mots d'ordre syndicaux et, d'une façon plus large, la perte d'influence du syndicalisme sous ses formes traditionnelles.

Pour autant, notent les auteurs, « bien qu'ils aient parfois un caractère anecdotique, les conflits n'en bénéficient pas moins d'une forte visibilité », notamment grâce à une forte médiatisation, comme à Aulnay chez PSA ou Goodyear à Amiens.. 

Le désengagement constaté des salariés

Mais selon la note de conjoncture, il y a peut-être pire que la conflictualité… c'est le désengagement. Nombre d'entreprises doivent en effet faire face à une tendance massive au désengagement des salariés. Celui-ci consiste à « faire ses heures », puisqu'il le faut, « sans pour autant véritablement s'investir dans son travail ». Le désengagement prend ainsi différentes formes : dans les services, il s'agira par exemple d'une attitude désinvolte à l'égard des clients, dans l'industrie, il prendra la forme de retards, d'erreurs, de malfaçons, de casses d'outillages, de détérioration de matériels. Ll'absentéisme de courte durée, dans la mesure où il ne correspond pas toujours à une impossibilité réelle de se rendre à son travail, représente également une forme de désengagement. Ce dernier, enfin, « peut prendre la forme d'une résistance passive au changement alors même que l'entreprise devrait pouvoir compter sur la pro-activité des salariés en vue d'assurer sa réussite ».

Les auteurs soulignent aussi que le problème du désengagement est « est d'autant plus grave que les coûts cachés qu'il entraine peuvent être très importants et réduire sensiblement la performance de l'entreprise. Il en va de même de la résistance au changement ».

Des pratiques de management qui "tuent" les collectifs de travail

Quant à la destruction des « collectifs de travail », les auteurs livrent sur cette question une analyse intéressante que nous reproduisons ici in extenso:

« Nombre d'entreprises ont mis en place des dispositifs d'évaluation individuelle. Ceux-ci passent par le canal d'entretiens, généralement annuels, avec le responsable hiérarchique et sont souvent accompagnés d'augmentations de salaire au mérite. La raison d'être de tels dispositifs fait partie des classiques du management humain tel qu'on l'enseigne : il s'agit de récompenser l'effort individuel et de ménager, au moins une fois par an, un entretien qui permette d'aborder un certain nombre de thèmes - évolution des performances, progrès à accomplir, besoins de formation, possibilités d'évolution, etc. Cela semble aller de soi ; le problème est qu'il y a parfois un écart sérieux entre la pratique et l'intention : entretiens bâclés ou réduits à une simple obligation administrative, « primes de mérite » attribuées de façon incompréhensible aux yeux des intéressés ou en fonction d'objectifs qui ne leur ont pas été expliqués. Et surtout, cette façon de vouloir juger la performance individuelle peut être très artificielle dès lors que celle-ci est fonction de l'efficacité du collectif de travail. C'est ainsi, par exemple, que l'on verra des salariés d'un niveau de compétence reconnu éviter de passer du temps à transmettre celle-ci aux jeunes par souci de « ne pas perdre du temps » compte tenu de leur objectif de résultat personnel ».

"Cette individualisation des objectifs, des rémunérations et des comportements se combine souvent avec les effets de réorganisations incessantes de l'entreprise. Ces réorganisations,décidées d'en haut, souvent sans aucune participation venant des intéressés auxquelles elles sont imposées, ne font pas nécessairement l'objet d'une information très soigneuse. Il en résulte que les salariés cessent de pouvoir se sentir parties prenantes d'un projet partagé ; ils subissent des décisions dont les tenants et les aboutissants leur échappent et dont ils contestent parfois - à tort ou à raison - le bien fondé. L'organisation de l'entreprise devient pour eux quelque chose qui leur est étranger. D'où leur jugement : « ça change tout le temps on ne sait plus qui fait quoi"".

 Un « mal être » et des dysfonctionnements qui devraient être analysés de très près et pris en considération dans le débat actuel sur la compétitivité.

 

* La note de conjoncture sociale complète peut-être commandée à :

Florence VIELCANET
florence.vielcanet@parlons-social.com

 

 

 

Jean-Christophe Chanut

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 78
à écrit le 23/03/2014 à 4:45
Signaler
Le désengagement des salariés découle d'une perte de sens. Et c'est bien au manager de donner du sens. Le problème c'est qu'aujourd'hui les managers ne managent plus mais ils gèrent. Ils sont victimes de systèmes qui ont fait d'eux des gestionnaires....

à écrit le 18/03/2014 à 12:31
Signaler
N'avons nous pas un petit souci de société: le chômage ne cesse de grimper, et on parle d'une révolte électorale qui s'exprimerait aux élections? Croix de bois, si je ments je vais en enfer! Le mensonge est-il un bon fonctionnement?

à écrit le 18/03/2014 à 8:36
Signaler
Si on supprime des usines et des emplois publics, si on baisse les retraites et le pouvoir d'achat en montant les tva, c'est qu'on est contre l'emploi, contre le travail, contre le pouvoir d'achat...

à écrit le 17/03/2014 à 20:08
Signaler
Olala, la température sociale fait des extrêmes... olala encore combien de chômeurs! Olala, en Europe du sud existent beaucoup de tanguys... 50% et chez nous 61% des diplômés, olala, ils sont vraiment des gastons en espadrilles! Mais alors pourquoi n...

à écrit le 17/03/2014 à 16:26
Signaler
Puisqu'on parle du travail, après la diminution de la compétitivité, quelle inertie, on nous serine la fiscalisation des heures sup pour 2014, et autres réjouissances, un déficit égal à 40% des recettes, 82 pour 203 en prévision... plus 20 à l'Europe...

à écrit le 17/03/2014 à 16:12
Signaler
Puisqu'on parle compétitivité, on parle du CICE, donc de la loi de finances: a quoi s'attendre en terme de PLF 2014? On tire sur les ménages, fin de la PAUSE FISCALE, Denfer a encore frappé! Le solde des postes est -2144 après -1287 hormis +2000 à pô...

le 17/03/2014 à 16:30
Signaler
Les recettes prévues sont de 224 nettes de prélèvements, donc un déficit de 37%... une paille!

à écrit le 17/03/2014 à 13:20
Signaler
« destruction des collectifs de travail par suite de la mise en œuvre de certaines méthodes de management ». Intéressant, il faudrait dire de quelles méthodes de management on parle car au quotidien ça ressemble plus à une absence totale de manage...

à écrit le 17/03/2014 à 9:26
Signaler
"Les surdoués sont-ils sous-employés ?" www.femina.ch/societe/news-societe/les-surdoues-sont-ils-sous-employes?page=0,0

le 17/03/2014 à 9:33
Signaler
Non ils sont méprisés par cette état médiocre et non d'autre chois que de quitter le pays.

le 17/03/2014 à 11:23
Signaler
Ils sont méprisés aussi au niveau de l'entreprise

à écrit le 16/03/2014 à 21:44
Signaler
En tout cas je travaille pour vivre mais je ne vis pas pour travailler! Vu l'augmentation de salaire que j'ai eu ( 6euros nets de plus par mois) alors que je me suis arraché 2 années de suite, maintenant je ralentis complètement la cadence!!

le 17/03/2014 à 8:18
Signaler
+ 6 euros en s arrachant 2 ans ? Peut etre que quand vous vous arrachez , ça décoiffe pas beaucoup

à écrit le 16/03/2014 à 19:12
Signaler
On a plus envie de bosser pour cette état voyou avec cette masse inactive de fonctionnaires!!!

à écrit le 16/03/2014 à 18:50
Signaler
On disait, travailler pour survivre, puis, travailler pour vivre, puis, vivre pour le travail, puis, mourir au travail.

le 17/03/2014 à 13:04
Signaler
...et que sont devenus ? - l'amour du travail bien fait récompensé - l'esprit d'initative - la solidarité confraternelle - le management participatif

le 17/03/2014 à 14:57
Signaler
Ils sont remplacés par: - du chiffre, du chiffre, du chiffre pour des produits ou de services standards - penser, c'est désobéir - la délation à l'égard des autres salariés (récompense promotionnelle) - la directivité

le 18/03/2014 à 8:38
Signaler
avec pour conséquence: - la démotivation - la consommation de produits psychoactifs - les "troubles musculo-squelettiques" - les "risques psycho-sociaux"

à écrit le 16/03/2014 à 10:24
Signaler
A force de taper sur les actionnaires et les dividendes les syndicalistes font du mal aux salariés

à écrit le 16/03/2014 à 10:21
Signaler
Les chefs d'entreprises, sont en général plutôt en accord avec le libéralisme, néo et ultra inclus. Mais cette belle idée qu'est le libéralisme débridé se heurte a une réalité humaine qui n'a pas les mêmes objectifs, n'adhère pas à ces idées. Alors ...

le 16/03/2014 à 13:23
Signaler
bravo pour votre description ! tout à fait réel!

le 16/03/2014 à 13:51
Signaler
Les chefs d'entreprise que vous décrivez et leur capos effectuent juste au retour aux sources de la révolution industrielle au milieu du 19ème siècle avant même Marx. C'est cela le capitalisme non régulé c'est du totalitarisme au même titre que l sta...

à écrit le 16/03/2014 à 1:22
Signaler
Etude absolument pertinente et à l’image du monde du travail d’aujourd’hui ; je suis jeune (- de la trentaine) et cette situation est devenue mon quotidien. La baisse de compétitivité et l’instabilité de la fiscalité des entreprises ont encouragé ces...

le 16/03/2014 à 8:47
Signaler
C'est tout à fait cela. On peut donc en conclure: la casse de la motivation, la casse des salariés...et des entreprises. Vive le court-termisme ;-)

à écrit le 15/03/2014 à 23:54
Signaler
Depuis la révolution libérale des années 80 ( Tatcher, Bush), les revenus de travail rapportent moins que le revenu de la rente ( + 25 % en 2013). Il ne faut donc pas s’étonner de ce mal être quand les bénéfices des entreprises sont envoyés dans le...

à écrit le 15/03/2014 à 18:14
Signaler
On est passé de patrons industriels et techniques à des patrons financiers qui n'ont plus considéré leurs personnels que comme une variable. Ont suivis des plans sociaux à répétition. Les jeunes qui ont vu leurs parents brisés et virés après 30 ans d...

le 15/03/2014 à 21:08
Signaler
Bien vu !

à écrit le 15/03/2014 à 18:13
Signaler
Leur grand truc, c'est: "la montée en compétence". Autant dire que quand vous démarrez sur un poste vous êtes potentiellement incompétent: c'est motivant. On vous rapppelle très vite les objectifs et les conséquences s'ils ne sont pas atteints: très ...

à écrit le 15/03/2014 à 17:44
Signaler
Il y a toujours un lien direct entre une proposition acceptée ou refusée de relation(s) sexuelle(s) de son chef et sa propre notation. Ce dernier ou cette dernière est à la fois chef, procureur, juge et bourreau. Et si les salariés à leur tour notaie...

le 16/03/2014 à 0:11
Signaler
les entreprises n arrivent pas au niveau des écoles. en allemagne, il y a des procédures anti-mobbing dans les écoles avec un label "école anti-mobbing". hélas les entreprises (Bosch ou autre) n ont pas de procédures anti-mobbing internes et le perso...

à écrit le 15/03/2014 à 16:14
Signaler
voilà plus d'une décennie que l'entreprise démobilise les salariés qui ne travaillent plus que pour payer leurs crédits ou survivre... triste époque ! c'était pourtant chouette de se motiver pour la réussite de sa boîte années 70 /80 ! un vrai remo...

le 15/03/2014 à 21:09
Signaler
en effet......nostalgie, vraiment !

à écrit le 15/03/2014 à 16:01
Signaler
Le Master Management des Ressources Humaines de l'université Lille 1 n'est absolument pas dirigé par François Geuze, mais par Sébastien Richard. D'autre part, il s'agit bien d'un master (reconnu par l'état) et non d'un mastère.

à écrit le 15/03/2014 à 13:41
Signaler
tant que les européens n aurons pas compris que l euros fort est un frein a l economie mondialisse ils continurons a detruire leurs economies? FACE aux developement des pays ui se developent plus vite que nous ,,,???

le 15/03/2014 à 16:27
Signaler
vous avez raison ! comment parler de compétitivité face à un euro surévalué ! pacte de compétitivité ? que de bourrage de crâne inutile ? COMPRENDS PLUS !

à écrit le 15/03/2014 à 13:05
Signaler
Problème économique? Quand on voit combien on achète les produits, combien on est payé (notre train de vie) et la même chose pour la par patronal, il y a d grosses différence... En plus les grandes entreprises font des bénéfices énormes et délocalise...

à écrit le 15/03/2014 à 13:02
Signaler
J'espère que Tom Enders lira cet article....

à écrit le 15/03/2014 à 12:36
Signaler
PERSonne ne veut conprendre en France que temp que les pays en voie de developement NAURONS PAS FINIE LEURS MUTATION les autre pays DOIVENT S ADAPTEZ , en baisent leurs monNaies???

le 15/03/2014 à 15:35
Signaler
Mon dieu! mon dieu ! "késako "?

le 15/03/2014 à 19:05
Signaler
C'est vous VERITE qui êtes en voie de développement, et il reste du boulot.....

à écrit le 15/03/2014 à 10:16
Signaler
Il y a de quoi être exaspéré même si on gagne très bien sa vie la classe politiques est vraiment minable et pourri c est la basse de nos. Soucis

le 15/03/2014 à 16:17
Signaler
ce n'est pas seulement la classe politique mais de nombreux chefs d'entreprise pourtant millionnaires et complètement pourris par la corruption et délits financiers sans morale....

à écrit le 15/03/2014 à 9:38
Signaler
Il y a effectivement un gros soucis, notamment avec le mid-management. On y trouve des personnes diplômées et frustrées par des salaires médiocres et une pression inouïe du top-management, pression qui se transforme en aggressivité ou simple relais d...

le 15/03/2014 à 11:18
Signaler
Citation de Kwel : "Le désengagement des salariés est avant tout une mesure d'auto-protection contre le burn-out..." : C'est effectivement un des principaux facteurs de la démotivation des salariés. Quand on prend son travail trop à coeur, on a de fo...

à écrit le 15/03/2014 à 9:06
Signaler
En résumé, il vaut mieux avoir tort avec les autres, que raison tout seul !!

à écrit le 15/03/2014 à 8:34
Signaler
plus le travail devient stressant et d'un autre coté kleneex plus les salariés sont démotivés , ajoutez a cela une faible perspective d'évolution au sein de la société et des salaires très faibles , pas de raison de s'investir durablement , pour cert...

le 15/03/2014 à 15:58
Signaler
Très bien défini les causes et la situation..

à écrit le 15/03/2014 à 7:51
Signaler
Donc apprende la langue Grecque et á travailler chez eux?

à écrit le 15/03/2014 à 0:45
Signaler
A quand une vraie école de formation des managers ou l'on enseignera d'abord les qualités humaines a développer? Quand ils auront compris que l'humain a une âme et qu'il faut la ménager pour qu'elle puisse s’épanouir alors nous pourrons nous en sorti...

le 15/03/2014 à 10:14
Signaler
Moi je cajole mes salariés et je gagne plein de sous

le 15/03/2014 à 11:48
Signaler
L'erreur est justement de croire qu'il faut une école....Allez on va être gentil il y a encore Saint Cyr qui ne peut pas nuire pour faire du management...

le 16/03/2014 à 15:45
Signaler
Vous avez tout dit avec votre formule mes salariés ça veut tout dire.

à écrit le 14/03/2014 à 23:00
Signaler
Les jeunes d'aujourd'hui ont vu leurs parents se faire virer malgré un gros investissement personnel dans l'entreprise, confirmé par une bonne ancienneté. Ils sont donc convaincus que la loyauté ne paye pas. Mes jeunes collègues ont dorénavant comme ...

le 15/03/2014 à 8:42
Signaler
vous avez raison , le turn over dans les sociétés française vient des US comme principe de gestion sociale , aussi pour casser les syndicats mais également en terme de couts salariaux ( ils sont malins ) mais également pour chercher la dime publique ...

le 15/03/2014 à 16:00
Signaler
Tout à fait de votre avis

à écrit le 14/03/2014 à 22:28
Signaler
Indécente vérité, particulièrement vraie dans les grands groupes, où les salariés sont fatigués des restrictions budgétaires de tout bord, les efforts demandés de toute part, sans aucun retour, ne serait ce qu'un peu de considération... quant le divi...

le 16/03/2014 à 13:28
Signaler
pas construire, mais société en perdition.....dans tous les domaines !!

à écrit le 14/03/2014 à 20:32
Signaler
Meme chose dans les collectivités locales!Toujours plus de pression,résultat nous sommes de plus en plus nombreux a etre en congé maladie.

à écrit le 14/03/2014 à 20:15
Signaler
Le climat est mauvais oublie-t-on qu'on a laissé filer le textile alors que la filière fonctionne en Italie...

à écrit le 14/03/2014 à 20:05
Signaler
A 57% de dépenses, on peut mettre social à chaque maux! On compte pas moins de 61% de diplômés en exclusion et 50% auraient un CDD de moins de 3 mois. Prenez par exemple, le lien suivant. Cela montre bien une fracture sociale et un réel problème de c...

à écrit le 14/03/2014 à 19:01
Signaler
Que valent nos chefs d'entreprise ? souvent ils s'investissent bien dans leurs entreprises mais ceux-là on en entend pas parler; ceux qui se font entendre sont plus préoccupés par la politique que par la gestion et l'avenir de leur entreprise.

à écrit le 14/03/2014 à 18:13
Signaler
Cette lassitude peut degenerer en conflit ouvert en conflit. Vite , une interviou de Justin Bieber , ou un show de Lady Gaga...et , je vous le garantis , ça repartira comme en 1940. Comprenez-vous , si il y a une révolution , même de paille , je ne ...

à écrit le 14/03/2014 à 18:11
Signaler
Grands responsables également de la non motivation des employés les très nombreux cadres sortis des écoles de maîtres du monde (HEC, Science-Po, ENA...) qui privilégient leur maintien et leur avancement au détriment de l'efficacité et de la performan...

le 15/03/2014 à 11:44
Signaler
D'autant que les gens sortis des écoles que vous citez sont à 10000 lieues de comprendre quoi que ce soit à l'innovation technologique

à écrit le 14/03/2014 à 18:09
Signaler
Les entreprises se moquent de leurs salariés, en retour les salariés se lavent les mains du sort des entreprises. Les salariés ont bien compris, parce que l'actualité leur prouve tous les jours, que leur sort dépend de paramètre quasiment extra-ter...

le 15/03/2014 à 15:39
Signaler
Vous avez tout dit !! après on parle de démotivation, mais l'insécurité constante mène à cela, tour à fait compréhensible !!!!!!!

à écrit le 14/03/2014 à 18:09
Signaler
Quand le patronat aura compris qu'il faut redistribuer automatiquement une partie des gains de productivité et les ventes supplémentaires générées par les employés eux même les choses iront mieux. Si on ne l'incite pas financièrement y a pas de raiso...

à écrit le 14/03/2014 à 18:09
Signaler
Quand le patronat aura compris qu'il faut redistribuer automatiquement une partie des gains de productivité et les ventes supplémentaires générées par les employés eux même les choses iront mieux. Si on ne l'incite pas financièrement y a pas de raiso...

le 14/03/2014 à 18:47
Signaler
oui mais le resultat doit servir a investir pour gagner en competitivité... et comme les sté Française en moyenne dégagent tres peu car asphixiés par les poids des charges...c'est mort.....

le 16/03/2014 à 1:29
Signaler
@Toto : Dans mon cas, je peux faire des pointes à 7000€ mensuel si je décide de me hara-kiri au travail ; me conseilleriez-vous de le faire ?

le 24/03/2014 à 14:24
Signaler
@Cadre démissionnaire Entre un salaire de cadre de base 1800-2000€ et 7000€ il n'y a pas de marge pour éviter de vous transpercer les viscères ? :)

à écrit le 14/03/2014 à 18:00
Signaler
La théorie du chaos disruptif pour ceux qui ne savent plus organiser leurs projets de recherche sur le moyen et long terme et qui n'ont plus grand chose a proposer. Pitoyable d'arrogance et de bêtise...mais au moins on sait que l'on va voir de bons s...

le 14/03/2014 à 18:09
Signaler
C'est un projet de sketch mais il ne paraît pas comique.

à écrit le 14/03/2014 à 17:48
Signaler
Le pays ne pourra pas s'en sortir tant qu'il n'aura pas drastiquement révisé son Code du Travail, qui est une machine à créer du chômage, décourageant à la fois l'emploi et le travail.

le 14/03/2014 à 21:03
Signaler
Il faut supprimer le Code du travail, les syndicats, les associations de consommateurs, interdire le droit de grève. Alors nous aurons le meilleur des mondes.

le 15/03/2014 à 18:32
Signaler
Il faut surtout supprimer le travail.

à écrit le 14/03/2014 à 17:34
Signaler
...ou la toute puissance du petit chef: fabriquer des mauvais pour mieux règner ! Comment voulez-vous travailler convenablement ? Certaines entreprises, qui en ont les moyens, font la chasse en interne aux "pervers(es) narcissiques"...

à écrit le 14/03/2014 à 17:14
Signaler
C'est incroyable, c'est exactement ce que je constate dans mon entreprise. Mais le management n'en prend pas conscience.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.