Les futurs points de friction au sein du gouvernement Valls

 |   |  676  mots
Michel Sapin, le fidèle de François Hollande va devoir cohabiter à Bercy avec Arnaud Montebourg!!!
Michel Sapin, le fidèle de François Hollande va devoir cohabiter à Bercy avec Arnaud Montebourg!!! (Crédits : Reuters)
Manuel Valls se retrouve certes à la tête d'un gouvernement resserré. Mais les cohabitations internes ne vont pas être faciles entre Arnaud Montebourg et Ségolène Royal sur la question des gaz de schiste ou sur les relations avec l'Europe entre le même Arnaud Montebourg et Michel Sapin.

Une équipe restreinte de 16 ministres… en attendant la nomination la semaine prochaine des secrétaires d'Etat et autres ministres délégués. Pour autant, ce faible nombre n'est pas forcément un gage d'homogénéité car il y a de fortes personnalités dans ce nouveau gouvernement qui risquent de se marcher sur les pieds…

Gaz de schiste: le match Royal/Montebourg

Premier exemple. On attend de voir ce que vont être les relations entre Ségolène Royal et Arnaud Montebourg. L'ancienne candidate PS à la présidentielle hérite en effet du portefeuille de l'Ecologie. On la sait très hostile à l'exploitation des gaz de schiste. Or, à l'inverse, son ancien concurrent lors de la primaire socialiste, Arnaud Montebourg, qui garde ses fonctions de ministre du Redressement productif (et qui gagne l'Economie) ne cache pas son envie de voir la France reprendre des recherches en vue d'une future exploitation des gaz de schiste. Or, dès le mois de juin, la difficile loi sur la transition énergétique va arriver devant le Parlement. Il est clair que Manuel Valls va devoir procéder à des arbitrages entre ses deux ministres qui ne vont certainement pas vouloir inscrire les mêmes dispositions dans ce texte.

Cette Europe qui sépare Sapin et Montebourg

Autre exemple. Michel Sapin, le fidèle parmi les fidèles du Président, devient ministre des Finances et des comptes publics... 22 ans après avoir été ministre de l'Economie et des Finances dans le gouvernement Bérégovoy. C'est donc lui qui devra négocier avec Bruxelles sur la trajectoire des finances publiques de la France. Michel Sapin est social-démocrate, pro européen. Ce n'est pas lui qui va accuser la commission européenne de tous les maux de la France… A la différence de son co-locataire de Bercy, Arnaud Montebourg, encore lui, chantre de la démondialisation. Le nouveau ministre de l'Economie  ne cache pas son animosité contre des autorités européennes responsables, selon lui, d'enfermer la France dans un carcan et de limiter toutes les marges de manœuvres pour le redressement du pays, en appliquant avec une trop grande sévérité les critères du traité de Maastricht.

Manuel Valls cerné par les "hollandais" historiques

Manuel Valls va devoir aussi cohabiter avec François Rebsamen qui fait son entrée au gouvernement au ministère du Travail (il est même le seul entrant avec Ségolène Royal)… lui qui rêvait de l'Intérieur. Un poste qui lui avait déjà échappé en 2012 au profit de… Manuel Valls. Le sénateur-maire de Dijon, très proche de François Hollande, n'a pas sa langue dans sa poche et son caractère entier vaut bien celui de Manuel Valls.

Et que dire du maintien de Christine Taubira à la Justice. Elle s'était opposée à Manuel Valls, alors à l'Intérieur, sur le projet de réforme pénale. Réforme qu'elle va de nouveau porter… Il va y avoir du sport.

En fait, ce gouvernement est surtout composé de « hollandais » historiques aux postes clés. Comme si le président, contraint de nommer Manuel Valls à Matignon, cherchait à l'encercler. Un peu sur le schéma de 1988 quand François Mitterrand s'était résigné à nommer Michel Rocard Premier ministre. On sait que ce dernier n'avait absolument pas eu la main pour former son gouvernement. Néanmoins, ce gouvernement avait duré trois ans et fait quelques réformes d'importance (CSG, RMI).

Sur le terrain économique, il ne faut de toute façon pas s'attendre à une véritable inflexion. La priorité sera plus que jamais au pacte de responsabilité et à la politique de l'offre, via un allègement du coût du travail, saupoudrée de menus gestes en faveur des ménages. L'heure n'est pas à la relance keynésienne réclamée par l'aile gauche du PS - qui brille par son absence dans la composition du gouvernement - faute de marges budgétaires suffisantes… et, surtout, parce que la France est dans le collimateur de Bruxelles.        

 

 

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/04/2014 à 10:00 :
Le peuple français s'est exprimé. Quand il en aura assez d'être gouverné par ces pieds nickelés sectaires et belliqueux il faudra bien qu'il se résolve à prendre les choses en main. Pour le moment "l'heure est à la passivité" (CDG).. Une cutie de rappel s'impose néanmoins aux européennes mais comme le gouvernail a été confié à un type qui n'est tout simplement pas à sa place...
Autre chose:gare à une nouvelle restriction des libertés publiques! il y a tout ce qu'il faut aux manettes pour une nouvelle régression démocratique..
a écrit le 03/04/2014 à 8:40 :
Je ne ferais pas de commentaire, vu ce qu'il y a déjà d'écrit ils sont habillés pour les hivers à venir. Sur Royal par contre "On la sait très hostile à l'exploitation des gaz de schiste" hors, on exploite pas, on ne fait pas le moindre essai pour trouver une solution autre que la fracturation hydraulique actuelle qui est paraît-il dangereuse, en conséquence de quoi, si les russes ont une crise de bouton, nous risquons d'acheter ce même gaz aux américains qui eux ont bien compris le problème. Cela me semble assez cocasse non ?
a écrit le 03/04/2014 à 8:40 :
Par définition le ministre de l'économie à le contrôle de la direction du trésor. Un ministre de l'économie sans la direction du trésor c'est comme un ministre de l'intérieur qui ne contrôlerait pas la police. Le directeur du trseor est présent à côté du ministre dans toutes s les négociations internationales. Si ce ministre c'est Montebourg, sur le papier ministre de l'économie, les negociations avec Bruxelles ça va décoiffer!
a écrit le 02/04/2014 à 19:18 :
faché avec le pluriel ?
a écrit le 02/04/2014 à 19:01 :
Entre Montebourg qui brasse de l'air et Sapin qui nous pompe l'air, on va avoir la climatisation gratuite!
Réponse de le 03/04/2014 à 8:17 :
ça s'annonce bien pour cet été !
Réponse de le 03/04/2014 à 14:11 :
Donc je laisse tomber l'achat de la clim pour ma maison ça me fera des économies.
a écrit le 02/04/2014 à 18:04 :
Comment bâtir une équipe qui gagne avec des incompétents Royal, Hamon et le fameux Montebourg en tête et qui plus est sont des individualistes forcenés et antagonistes. franchement, je ne comprends pas, moi qui rêvait d'un gouvernement audacieux à la Monti...quelle désillusion.
Réponse de le 03/04/2014 à 5:35 :
Avec Manolo l'excité aux commandes, on va continuer à creuser le fond ...
a écrit le 02/04/2014 à 17:26 :
Je croyais qu'il était nécessaire d'avoir une compétence pour être ministre de quelque chose ? Non ! Ah bon
Réponse de le 02/04/2014 à 19:40 :
Tout est dit. il a choisi tous ceux qui ne feront rien jusqu a 2017 sauf bouffer, le sapin va exploser et moi je me serre la ceinture
Réponse de le 03/04/2014 à 9:35 :
se goinfrer des meilleurs mets , boire les crus les plus chers, passer du bon temps, en ne faisant pas grand chose, en se remplissant les poches, tout en demandant aux Français de plus en plus mal en point de se serrer, comme toujours, le "kiki", Dehors! tout ces technocrates pourris !! il n'y en a pas un actuellement, pour en valoir un autre!
a écrit le 02/04/2014 à 17:23 :
Le gouvernement de conbat: ces sommambules qui nous "gouverne" ! Avec leurs derniers avatars du bling, femmes du genre siliconé, très brunes trop blondes, avec des cheveux tressés "comme là bas dis", hommes dépoitraillés bijoutés une sorte de mélange de néà-pouf et de techno-beauf. On est bien servi avec de la sauce holandaise indigeste. Heureusement Bruxelles ne veutpas accorder un nouveau délai de déficites à la France :-)
a écrit le 02/04/2014 à 17:13 :
toubira bis vous allez voir le score du fn aux europeennes ??,,venez faire un tour à alencon ou coulaines vous allez voir le bazard dans les prisons
le branchu n'a rien fait en deux ns sauf supprimer le jour de carence des fonctionnaires autrement dit rien à attendre
AMON àLl'eDUCATION NATIONALE les syndicats sont tres courtises
a écrit le 02/04/2014 à 17:08 :
En l'absence, au conseil des ministres, de Laurent Fabius c'est Ségoléne Royal qui sera assise à la droite de François Hollande...en ce moment il y en a une qui doit bouillir !
Réponse de le 02/04/2014 à 17:53 :
sacré revanche, néanmoins !!!
Réponse de le 03/04/2014 à 14:14 :
Vous croyez que d'être proche de hollande c'est une chance pour moi c'est le contraire.
a écrit le 02/04/2014 à 17:06 :
Est-ce que Valls aura les tripes de tailler franchement dans le mille feuille administratif? Est-ce qu'il est capable de réformer la fonction publique? On peut tourner autour du pot, on le fait d'ailleurs depuis 40 ans, mais maintenant on est dos au mur et il faut y aller pour de vrai!
a écrit le 02/04/2014 à 16:51 :
SAPIN au finance, yes !!!! la courbe de la dette va enfin baisser tout comme celle du chômage, sauf s'il regarde le graphique dans le bon sens !
a écrit le 02/04/2014 à 16:37 :
Montbourg l'incompétent est promu...Quelle leçon de la théorie de la grande gueulle en France...
a écrit le 02/04/2014 à 16:23 :
On s'en tape des futurs points de friction du gouvernement !!! on veut du POSITIF,!!!!! ET VITE!!!!!!!!! qu'ils pensent un peu à LA FRANCE & les Français, tous autant qu'ils sont, au lieu de penser aux futurs accrochages et futures c......eries ! Y EN A MARRE ! on va voir ce que l'on va voir aux Européennes, ils vont le sentir passer!...mais, comme nous avons à faire à des autistes.....c'est pas gagné, là non plus ! MISERE !!
a écrit le 02/04/2014 à 16:19 :
L'objectif aurait du être de basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique; cela semble bien compromis car il aurait fallu mettre le travail, l'énergie et la fiscalité sous une seule responsabilité. Attendons le vote de confiance.
a écrit le 02/04/2014 à 16:17 :
Ségolène Royal est juste une caractérielle incompétente, un boulet quoi !
Réponse de le 02/04/2014 à 16:24 :
ce n'est pas la plus "terrible"! pensez à Taubira! no comment !!!!
Réponse de le 02/04/2014 à 17:21 :
Montebourg : caractériel incompétent Cazeneuve idem Taubira itou Royal de même.
Hollande voulait un gouvernement de combat ,il va l'avoir ;mais c'est entre eux que le combat va avoir lieu ,ça vient même de commencer entre Montebourg et Fabius.
De franches parties de rigolade avant une nouvelle branlée mémorable le 25 mai

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :