Finances publiques : le tournant, c’est maintenant

Si le tournant vers la politique de l'offre a eu lieu dès novembre 2012 -et non en janvier dernier-, la gestion des finances publiques est fortement infléchie par Manuel Valls. Priorité est donnée à la croissance, via des allègements fiscaux. La réduction des déficits publics attendra....
Ivan Best
(Crédits : Reuters)

« Il faut entretenir la reprise comme un feu naissant » et pour ce faire « je vous propose un changement de rythme » dans le redressement des finances publiques « pour éviter tout recours à l'impôt ».  En deux phrases, Manuel Valls a délivré son message s'agissant de la politique économique : finie la réduction du déficit public à marche forcée, telle qu'annoncée depuis la campagne électorale de 2011-2012.

Plus question d'afficher une baisse de plus d'un point de PIB par an, à coup de hausses d'impôts massives : une réduction inatteignable en raison des effets désastreux sur la croissance de ces prélèvements supplémentaires. On l'a vu pour l'année 2013. L'Insee a annoncé récemment que le déficit public avait représenté 4,3% du PIB. La comparaison avec la dernière prévision (4,1% du PIB) a été mise en avant. Mais la prévision initiale correspondait à un déficit limité à 3% du PIB. C'est dire l'ampleur du  dérapage.

 L'échec de la rigueur en 2013

Alors qu'un véritable plan de rigueur, représentant quelque 40 milliards d'euros (deux points de PIB) a été mis en œuvre pour 2013, le déficit n'a été réduit in fine que de… 12 milliards (0,6 point de PIB), en raison d'un effondrement des recettes, lié à une croissance en berne.

Cette politique est derrière nous, a signifié Manuel Valls. La priorité, désormais, c'est la croissance, qui sera dopée par des allègements d'impôts. Et la réduction du déficit public viendra, à son rythme, pourrait-on presque dire. Presque, car il faudra bien négocier avec Bruxelles un calendrier de baisse de ces déficits…. En tout état de cause, le rythme sera moins élevé, on le connaîtra au cours des prochaines semaines. Il n'est évidemment plus question d'afficher 3% de déficit pour 2015, comme promis l'an dernier. Ce sera pour plus tard. Et ce sera difficile, compte tenu des baisses d'impôts annoncées.

 Une masse d'allègements fiscaux

Car, et l'opposition, par la voix notamment de Gilles Carrez, président UMP de la commission des Finances, ne s'y trompe pas, Manuel Valls a annoncé une baisse importante des prélèvements obligatoires, dont le financement n'est que très partiellement assuré. Au total, selon Gilles Carrez, entre la baisse des charges patronales,  pour les rémunérations comprises entre 1 et 1,6 smic, la diminution des cotisations famille payée par les employeurs sur tous les salaires, la suppression de la contribution sociale des sociétés (C3S), la suppression de surtaxe d'impôt sur les bénéfices des sociétés (IS), la baisse du taux normal d'IS à 28%, la baisse de l'impôt sur le revenu en faveur des ménages les plus modestes et l'allègement de cotisations sociales des salariés sur les bas salaires, il y en aura pour 20 à 25 milliards d'euros. Le député de l'opposition a peut-être la main un peu lourde, en l'occurrence. Mais il est certain que les prélèvements obligatoires vont baisser…

 50 milliards d'euros d'économies, comme prévu: insuffisant pour financer les baisses d'impôts

En regard, il y aura certes des diminutions de dépenses. Mais celles-ci avaient été programmées bien avant cette rafale d'allègements fiscaux, étant destinées à réduire le déficit. Des économies ne peuvent pas servir deux fois…

Ce qui ne veut pas dire que rien ne sera fait pour diminuer l'impasse des finances publiques. Manuel Valls a confirmé le chiffre de 50 milliards d'euros d'économies dans les dépenses, entre 2015 et 2017. L'Etat devra économiser 19 milliards, l'assurance maladie 10 milliards, les autres branches de la sécu 11 milliards (via « une plus grande justice, une mise en cohérence et une meilleure lisibilité de notre système de prestations »), et les collectivités locales 10 milliards.

Près de 17 milliards par an, ce la représente un peu moins d'un point de PIB, mais il s'agit d'économies par rapport à une tendance, que le gouvernement définit lui-même. Un effort important, donc, mais pas exorbitant. Et en tous cas insuffisant pour financer les nouvelles baisses d'impôts annoncées. Le déficit en sera d'autant moins réduit.

 Étaler la baisse des déficits

Le pari du gouvernement, c'est donc de parvenir à étaler suffisamment dans le temps sa baisse, en France et dans le reste de l'Europe, pour éviter de tuer dans l'œuf le début de reprise que constatent tous les conjoncturistes. In fine, l'amélioration des finances publiques pourrait être alors plus rapide qu'affiché. C'est ce qui s'est passé en 2011 : grâce à une croissance du PIB relativement conséquente (révisée récemment par l'Insee +2%), le gouvernement Fillon est parvenu à réduire le déficit de 1,8 point de PIB d'une année sur l'autre. La plus forte baisse enregistrée depuis que le déficit public est calculé, c'est-à-dire depuis 1974 !

En regard, faute de croissance, les gouvernements Fillon puis Ayrault n'ont réduit l'impasse que de 0,9 point entre 2011 et 2013....

Un vrai tournant la gestion des finances publiques

Le vrai tournant dans la politique économique de François Hollande n'a pas eu lieu en janvier, comme l'ont affirmé de nombreux commentateurs. Il a eu lieu en novembre 2012, avec l'annonce du Crédit d'impôt compétitivité emploi, qui a signé la conversion hollandaise à la politique de l'offre.

Le gouvernement Valls continue dans cette voie, il ne fait que l'approfondir, avec une forte baisse annoncée des impôts sur les entreprises. L'inflexion qui a lieu aujourd'hui se situe sur un autre plan. C'est dans la gestion des finances publiques qu'elle se produit.

 

 

Ivan Best
En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 40
à écrit le 09/04/2014 à 13:00
Signaler
Valls s'insère dans la ligne des grands rhétoriques, et ceux qui se laisseront emballer par ses rodomontades trouveront l'addition encore plus amère. La France est un géant aux pieds d'argile, trop grandes, ses ailes l'empêchent de voler ! Nous nous ...

à écrit le 09/04/2014 à 11:52
Signaler
Exercice difficile que celui de Vals,mais il a plutot bien réussi dans la défense du pays.Les fonctionnaires ne seront pas pénalisés plus,le Medef est satisfait,les entreprises sont donc sauvées pour quelque temps,la dette est renégociée auprès de Br...

à écrit le 09/04/2014 à 10:03
Signaler
Trop d'impôt tue l'impôt en réduisant les prélèvement obligatoires, les recettes fiscales vont augmenter. Mais le calendrier est trop lointain pour le "big bang" territoriale. Il faudrait le mettre en place immédiatement. on ne sait pas quand est-ce ...

à écrit le 09/04/2014 à 9:38
Signaler
en direct ce matin sur bfm walls incapable de dire où il fera des economies toujours l'excuse nous aallons voir avec les partenaires donc SON chiffrage d'hier n'etait qu'un GROS MENSONGE

à écrit le 09/04/2014 à 8:45
Signaler
Le régime militaire d'Augusto Pinochet gouverna le Chili pendant 16 ans, du coup d'État du 11 septembre 1973 jusqu’au 11 mars 1990. Juste avant la classe moyenne etait descendu dans la rue. Mécontante ou coupable...

à écrit le 09/04/2014 à 8:41
Signaler
Des bouffonades comme d'habitude, l'essentiel a été gentiment évité. De plus ces réformettes sont prévues pour 2017 à 2021, MDR, j'espère que ces menteurs ne seront plus là..! Oubliées les réformes essentielles : retraites, impôts, code du travail,...

à écrit le 09/04/2014 à 8:28
Signaler
comme dab ,pas d'idee pour faire de economies je dirais meme pour arreter les gaspillages .ils doivent montrer l'exemple en supprimant immediatement les privileges des élus genre reserve parlementaire retraite puis en diminuer le nombre ce qui aurait...

à écrit le 09/04/2014 à 8:15
Signaler
Qui assomment les français moyens de taxes diverses. Dans le fond, c'est normal qui l'ait inventé la justice sociale.

à écrit le 09/04/2014 à 7:32
Signaler
enfin, un gouvernement comprends que la croissance, c'est des recettes fiscales, des rentrées de coti sociales!

le 09/04/2014 à 7:56
Signaler
Sacré Manolo !

à écrit le 09/04/2014 à 6:35
Signaler
Des promesses repoussées à 2017 pour les entreprises, à 2021 pour la suppression des départements ... Gazolito a les meilleurs communiquants de Paris mais on va QUAND MÊME lui coller raclée sur raclée dans les bureaux de vote, à lui et ses potes !

à écrit le 09/04/2014 à 1:41
Signaler
Cause toujours.... en tant qu'entrepreneur mon seul crédo est : foutre le camp ! La coupe est pleine est bon courage à ceux qui restent dans l'inquisition fiscale.

le 09/04/2014 à 6:40
Signaler
Est-ce que l'on vit correctement en gagnant le smic ?! Non ... baisser les charges que sur les salaires au smic encourage les sociétés à mal rémunérer les gens.. C'est sur tout les salaires que les charges doivent baisser et cela favorisera la conso...

à écrit le 08/04/2014 à 23:19
Signaler
C'est cela qui va se passer. Tout va servir : livret d'épargne, PEA, taxe mutuelle, contribution mutuelle, taxe assurance, contribution assurance, taxe énergie, contribution énergie, taxe Valérie pour lutter contre les violences faites aux femmes...t...

à écrit le 08/04/2014 à 23:12
Signaler
Un grand discours la main sur le cœur mais il faut vraiment être stupide pour y croire. Les "riches" qui gagnent plus de 2500 € par mois vont en prendre plein la gueule car je ne vois pas comment ils vont financer tout cela sans nous assommer d'impot...

à écrit le 08/04/2014 à 22:43
Signaler
Pour financer tout ça : Les "riches" vont payer.

à écrit le 08/04/2014 à 21:51
Signaler
Bla bla bla les classes moyennes et les services publics sacrifiés au capital; On ne vous crois plus monsieur le social libéral

le 09/04/2014 à 10:48
Signaler
Quand la dépense publique passe de 850 milliards à 1200 milliards en 10 ans, il faut bien calmer le jeux. Rien de libéral là dedans juste un retour à un minimum de raison. Pour revenir à l'équilibre il faudrait 200 milliards de moins sur la dépense p...

à écrit le 08/04/2014 à 21:46
Signaler
Le PS n'existe plus, c'est une évidence. Alors que reste-t-il encore du socialisme en France ? la politique française a-t-elle finie d'être hemoplégique pour devenir "sens unique", "pensée unique".... ?

à écrit le 08/04/2014 à 21:16
Signaler
Un beau discours, émouvant, sincère. Je vous conseille de revoir celui de JMH il y a deux ans. Émouvant, sincère. Avec les résultats qu'on connait. Sérieusement, il y a encore des gens pour les croire ? Sans même mentionner l'essentiel des mesures po...

à écrit le 08/04/2014 à 21:15
Signaler
Super, donc Hollande savait effectivement, depuis le début, ce qu'il fallait faire, au moins partiellement. Problème, il n'a pas été élu sur ça, mais sur un très grooooos mensonge. Tout le monde fait ça je suppose, mais pas à ce point là, et ça risqu...

le 08/04/2014 à 22:42
Signaler
Vous avez raison. C'était un peu le cas de Sarko aussi. Impossible de réformer puisque rien n'a été proposé au peuple par le biais des urnes. La droite aurait fait peu ou prou la même chose. Sauf que la gauche aurait mobiliser les syndicats & Co et ...

à écrit le 08/04/2014 à 21:11
Signaler
un tournant : est un virage annoncé par un panneau danger pour certains ? (le service publique )

à écrit le 08/04/2014 à 21:03
Signaler
On jugera Manolo sur ses actes. Son bilan à l'intérieur est en tous cas désastreux et ses grands coups de menton ne m'impressionnent pas. On verra sa capacité à faire autre chose que de la com (d'ores et déjà en beaucoup moins bien que Sarko !)

à écrit le 08/04/2014 à 20:48
Signaler
Je commence par faire plein de "betises" et ensuite je promet que je n'en ferai plus avec des 'promesses" et de nouveaux copains qui me suivent. Ensuite, nous verrons bien comment cela se passera puisque les vélléités sont l'apanage des discours po...

à écrit le 08/04/2014 à 20:47
Signaler
Il y a 2 ans c'était le changement c'est maintenant!!! pour le reste no comment

à écrit le 08/04/2014 à 20:45
Signaler
Comme quoi, un premier ministre peut désavouer le président qui l'a nommé.

à écrit le 08/04/2014 à 20:20
Signaler
C'est au pied du mur que l'on voit le maçon !!!

le 09/04/2014 à 8:51
Signaler
un maçon avec toute une équipe de maçons (y compris les femmes ) et toute la franchise qui les caractérise.

à écrit le 08/04/2014 à 19:59
Signaler
En France les fameuses Chambres de Commerce consomment chaque année près de 4 milliards d'euros d'argent public, 163 CCI en France qui comptent 26.000 fonctionnaires ! Divisons leur budget par 2 plutôt qu’à faire des doublons avec les agences locales...

à écrit le 08/04/2014 à 19:33
Signaler
Je n'ai jamais voté socialiste pour l'instant car ces gens là ne savaient que dépenser et faire de la redistribution, sans vouloir responsabiliser les individus. L'assistanat est était leur religion. Valls m'a séduit néanmoins par certaines mesures ...

le 08/04/2014 à 21:13
Signaler
@JLB: Vous avez raison, Valls est courageux : Aucune mesure d'envergure maintenant (l'essentiel des promesses concerne l'après 2017, "après moi le déluge quoi..."), toujours aucune info sur les modalités du pacte de responsabilité (censé être l'outil...

à écrit le 08/04/2014 à 19:29
Signaler
La recherche du gain de temps en permanence fini par lasser! Tout est promis mais rien ne sera fait! La mise en route de la TVA sociale en mettant a contribution la finance internationale aurait fait de la France une terre irrésistible de la compétit...

à écrit le 08/04/2014 à 19:14
Signaler
foutaises dehors valls va danser

à écrit le 08/04/2014 à 19:03
Signaler
depuis des décennies on nous raconte des contes de fées et chacun lave plus blanc que l'autre mais depuis des décennies la France va de plus en plus mal. Par contre nous pouvons affirmer que tous sont des menteurs autant à droite qu'à gauche et qu'en...

à écrit le 08/04/2014 à 19:01
Signaler
En même temps les Américains ont privilégié la baisse du chômage et la croissance avant de rembourser leur dette. Ils réussissent sur les 3 tableaux. L'Europe fait l'inverse, et elle n'a ni croissance, ni baisse du chômage, ni croissance. Arrêtons av...

le 08/04/2014 à 19:28
Signaler
Cette comparaison n'a pas lieu d'être, les Etats-Unis étant dans un système complètement différent du notre : monnaie unique et de référence dans le monde jusqu'à maintenant. Ils peuvent faire tourner la planche à billets comme ils veulent, et les ch...

à écrit le 08/04/2014 à 18:45
Signaler
NON ! EN 2015 .......ensuite en 2017 .........puis en 2021 ......ETC ETC...... NOUS AVONS UN PIED DANS LA TOMBE ....... ET L'AUTRE QUI GLISSE

à écrit le 08/04/2014 à 18:40
Signaler
Fin 2014,la France aura augmenté sa dette,embauché de nouveaux fonctionnaires,haussé le pourcentage de prélevements obligatoires.C'est écrit!

le 08/04/2014 à 19:00
Signaler
La France aura augmenté le nombre de naturalisation, le nombre de diplômés français continuera de quitter le pays, l'immigration du sud vers la France continuera autant comme autant, la France "d'en haut continuera" de bénéficier d'une impunité judic...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.