Un ménage français sur cinq éprouve fréquemment des difficultés financières

 |   |  481  mots
49% des Français sondés sont cependant hostiles à une augmentation des prestations sociales, car cela impliquerait une hausse d'impôts.
49% des Français sondés sont cependant hostiles à une augmentation des prestations sociales, car cela impliquerait une hausse d'impôts. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'indice de sécurité financière est au plus faible en France depuis 2007. Un sentiment de vulnérabilité qui n'incite pas aux dépenses et risque de nuire à la reprise économique naissante.

Pas de reprise dans les porte-monnaie. C'est du moins ce que ressentent les habitants de l'Hexagone. Un foyer français sur cinq indique rencontrer des difficultés financières très fréquentes, voire permanentes, et 54% d'entre eux en éprouvent de temps en temps, selon une étude Ipsos Mori pour la société de garantie financière Genworth publiée jeudi.

L'étude a été réalisée entre le 10 janvier et le 10 février auprès de 21.000 consommateurs dans 20 pays, sur la base d'échantillons d'un millier d'adultes par pays (2.000 pour la Chine).

Grave sentiment d'insécurité financière

Deuxième puissance économique en Europe, la France se classe au 9e rang en matière de perception par les consommateurs de leur situation financière, derrière l'Espagne (au 8e rang) et la Turquie (7e rang), souligne l'étude.

L'indice de sécurité financière des Français s'établit à 34 (sur 100), soit le niveau le plus faible depuis sa création en 2007. L'Allemagne améliore son classement à la 6e place (40/100). Tandis qu'en première ligne, on trouve la Norvège, la Suède et le Danemark. Enfin, seulement 6% des sondés français se jugent "financièrement stables", contre 8% en Espagne et 10% en Allemagne.

De l'autre côté du spectre, un quart des ménages français se classe dans la catégorie "financièrement vulnérables", écrivent les auteurs de l'étude. La génération X, celle des 35-44 ans, étant la plus touchée par ce sentiment de vulnérabilité (34%)

"Impact négatif sur la reprise" de l'économie

Globalement, en raison de la stagnation de l'économie, la majorité des ménages pense que la situation financière ne va pas changer et seulement 18% des sondés pensent qu'elle va s'améliorer.

"La perception par les consommateurs de la sécurité ou de la vulnérabilité financières de leur famille est cruciale pour l'économie française", commente Genworth.

Le faible taux de ménages se considérant comme financièrement stables "ne peut qu'avoir un impact négatif sur la reprise naissante", poursuit l'étude, car "le sentiment de sécurité et les dépenses des consommateurs sont des éléments moteurs clés pour la croissance", les dépenses des ménages étant censées représenter plus de 50% du PIB brut.

Hostiles à la hausse des prestations sociales

Parallèlement, la moitié des Français interrogés estime que la part du revenu national consacrée aux prestations sociales va diminuer dans les cinq prochaines années.

Si 17% d'entre eux pensent que le gouvernement devrait augmenter le budget des prestations sociales au risque d'une augmentation des impôts, plus de la 50% sont à l'inverse formellement hostiles à cette idée.

Un rejet constaté dans toutes les catégories sociales: même ceux ayant de faibles revenus sont "très minoritairement" d'accord (20%), précise l'étude.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/04/2014 à 12:00 :
Augmentons les impôts des riches qui gagnent 1,5 à 5 fois plus que le SMIC!
Et redistribuons plus à ceux qui sont en difficulté.
Dans 20 à 30 ans ce serons 2 ou 3 ménages français sur cinq qui éprouveront fréquemment des difficultés financières.
Et comme cela, dans 50 ans la France aura fini sa transition socialiste: une élite riche qui dirigera un peuple pauvre, égalitaire et solidaire!
Enfin notre caste politique n'a pas besoin de mes conseils, ils se débrouillent déjà très bien pour nous mener à la ruine...
Réponse de le 11/04/2014 à 18:27 :
"Augmentons les impôts des riches qui gagnent 1,5 à 5 fois plus que le SMIC!" : Surtout, laissons à l'abri ceux qui ont 500 000 euros d'immobilier subventionné sans jamais avoir travaillé pour dépasser 1.5 SMIC.
Réponse de le 14/04/2014 à 14:20 :
A mon sens la valeur de l'immobilier en France n'est que le succès d'une économie subventionné!
Subventionné pour les propriétaires qui ont un patrimoine qui progresse en raison du manque de logement privé.
Subventionné par l'argent injecté dans les logements sociaux, ce qui créé un biais entre les locataires et empêche la population de devenir propriétaire dans les zones ou ce situent l'emploi.
Cela permet de créer trois France:
- une France d'assistés,
- une France de pauvre qui veux s'enrichir mais qui n'y arrivera pas ou pas tellement,
- une France de riche qui a peur de devenir pauvre.
Les très riches et nos élites ne rentrant bien sur pas dans ces cases.
a écrit le 11/04/2014 à 10:22 :
Et beaucoup ne cotisent plus à aucune assurance: auto, maladie, habitation, etc ...
a écrit le 11/04/2014 à 7:20 :
une solution arrêter de faire des gosses ! simple, et concret comme mesure de pouvoir d'achat ! ;)
a écrit le 10/04/2014 à 23:34 :
Si seulement on pouvait se passer de tablette, smartphone, iPhone, nintendo,voiture, fringues de marque parfum a 100€ on serait enfin riche
Réponse de le 10/04/2014 à 23:44 :
Si seulement un mois de loyer au profit d'un seigneur local, vous faisant payer cher le droit de travailler sur ses terres, coûtait moins cher qu'un iPhone, un costume et une nintendo réunis...
Allez, cessez de vous moquer du monde quand plus du tiers des revenus des ménages modestes finissent dans les poches des enrichis sans cause de l'immobilier : Ce sont leurs gamins qui se pavanent avec des iPhone et des fringues de marque en lutant contre les droits de succession et pour les retraites indexées sur l'inflation de ceux qui les nourrissent et les logent avec l'argent des enfants des autres...
Réponse de le 11/04/2014 à 9:29 :
@@smicard ..votre propriophobie et votre rengaine vous fait dire n importe quoi : à bordeaux lille ( hein?) ou toulouse un studio est autour de 500e par mois soit moins cher qu un iphone ..De plus vous savez pertinemment que le loyer ne va dans la poche du proprio mais au moins la moitié dans les poches de l etat . Vous en etes où dans la commande de votre futur iphone 6?
Réponse de le 11/04/2014 à 14:22 :
"votre propriophobie et votre rengaine vous fait dire n importe quoi" : Ça va surtout cinq minutes de voir que ceux qui vivent aux crochets des jeunes avec l'immobilier et les pensions retraites leur cracher dessus en les accusant d'être dépensier...
"à bordeaux lille ( hein?) ou toulouse un studio est autour de 500e par mois soit moins cher qu un iphone .." : Soit un salaire nécessaire de 1500 euros (ha non pardon, il y a les APL pour subventionner ces rentes).
"Vous en etes où dans la commande de votre futur iphone 6? " : Non, j'ai le même smartphone depuis 3 ans, acheté pour programmer sous Android à un prix correct. L'engin avec lequel j'écris qui m'accompagne en déplacement a lui 6 ans.
Ingénieur, je pourrais faire les frais sans passer dans le rouge pour apprendre quelques nouvelles techno. Seulement, j'ai un peu trop compris qu'on me taxerait le tiers de mes revenus tant que j'aurai les poches vides...
a écrit le 10/04/2014 à 20:38 :
A tout cela s'ajoutent les frais: découvert, impayés,huissiers car les banques frappent dur et rajoutent à la dérive de ces Gens
Réponse de le 10/04/2014 à 23:46 :
"huissiers car les banques frappent dur" : Les banques adorent les clients qui passent en découvert et se ramassent des frais d'intervention sur compte...
a écrit le 10/04/2014 à 19:55 :
N'importe quoi ce journaliste il imagine nous apprendre faut qu'il descende de son nuage
a écrit le 10/04/2014 à 19:50 :
La génération X est née entre 1961 et 1971 !!! Ceux nés après, c'est la génération Y, relisez vos classiques (cf Douglas Coupland) la génération X est coincée entre les babyboomers et la génération Y, on ne parle jamais d'eux, on ne pense jamais à eux et pourtant ils en ont vu de toutes les couleurs, ils sont entrés dans le monde du travail par des mac jobs, ont connu crises chômage et désillusions pendant que leurs aînés accaparaient les bonnes places et ceux d'après ruaient dans les brancards, c'est une génération sacrifiée et on rognera sur leur retraite quand ils quitteront la vie active
Réponse de le 10/04/2014 à 20:14 :
Vous connaissez la fable de La Fontaine "la cigale et la fourmi", surtout la fin.
a écrit le 10/04/2014 à 19:22 :
Alors , il parait que la crise est derrière nous ?
Réponse de le 11/04/2014 à 9:59 :
Sauf que personne n'a encore voulu tirer la chasse d'eau...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :