Seuls 16% des DRH pensent que la baisse de charges créera des emplois

 |   |  333  mots
Les DRH sont aussi sceptiques quant à la loi sur la sécurisation de l'emploi: seuls 19% pensent que cette réforme répond à l'objectif de flexibilisation affiché. (Photo: Reuters)
Les DRH sont aussi sceptiques quant à la loi sur la sécurisation de l'emploi: seuls 19% pensent que cette réforme répond à l'objectif de flexibilisation affiché. (Photo: Reuters) (Crédits : Reuters)
Selon presque quatre directeurs des ressources humaines sur dix la baisse des charges patronales promise par le gouvernement dans le pacte de responsabilité n'engendrera à court terme "aucun effet significatif", révèle un sondage publié mardi.

Les professionnels des ressources humaines ne partagent pas l'optimisme du gouvernement. Ils ne sont que 16% à estimer que la baisse des charges patronales proposée dans le pacte de responsabilité produira à court terme des créations d'emplois, selon une étude publiée mardi par l'Association nationale des directeurs des ressources humaines et le cabinet Inergie.

37% des directeurs des ressources humaines (DRH) interrogés pensent au contraire que la baisse des charges promise par le gouvernement ne va engendrer à court terme "aucun changement significatif".

Selon 24% des DRH, la baisse des charges permettra d'augmenter les marges

L'exécutif, lui, attend jusqu'à 500.000 emplois créés à l'horizon 2017 grâce aux 20 milliards du Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) et aux 10 milliards d'euros d'exonérations de cotisations patronales sur les salaires compris entre le Smic et 3,5 fois le Smic prévus dans le pacte de responsabilité.

Selon les DRH, toutefois, la baisse des charges pourrait "produire à court terme" des investissements (25%), une politique de rémunération plus attractive (25%), une augmentation des marges (24%).

Perte de confiance dans la loi sur la sécurisation de l'emploi

Le même scepticisme frappe d'ailleurs la loi sur la sécurisation de l'emploi, un an après sa promulgation. Alors qu'en avril 2013 54% des DRH considéraient que cette réforme répond à l'objectif de flexibiliser l'emploi, ils ne sont plus que 19% à partager cet avis aujourd'hui. Seuls 23% considèrent d'ailleurs que cette loi permet de sécuriser le parcours professionnel des salariés, contre 44% l'année dernière.

17% estiment en revanche que la loi de sécurisation de l'emploi peut leur permettre de "maintenir des emplois malgré des difficultés conjoncturelles" et 23% pensent que cette loi favorise la mobilité interne.

Promulguée en juin 2013, la loi sur la sécurisation de l'emploi accorde plus de flexibilité aux entreprises (accords de maintien dans l'emploi, mobilité interne, refonte des procédures de licenciement) et crée de nouveaux droits pour les salariés (droits rechargeables au chômage, compte individuel formation, encadrement des temps partiels).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/05/2014 à 18:44 :
Suite de mon commentaire
Tout cela prend du temps, mais est le seul chemin possible.
Bien sûr, les DRH ne sont pas les mieux habilités pour comprendre ce mécanisme.
Bien sûr, il nous faut aussi dévaluer par rapport à l'Allemagne et l'Autriche (Hitler en avait rêvé, l'euro et les 35 heures l'auront réalisé), diminuer les dépenses de 120 Mds et les impôts de 60 Mds. Reconstruire un système éducatif qui prépare aux vrais métiers, changer l'idéologie ambiante où chacun cherche un travail pas difficile et qui aye bien etc;
a écrit le 20/05/2014 à 17:04 :
Faute de commandes supplémentaires et de modification du droit du travail, aucune entreprise n'embauchera !
a écrit le 20/05/2014 à 15:13 :
La baisse des charges est à mon avis la TVA dans la restauration. Sa baisse permettra d'augmenter les marges bénéficiaires, pas l'emploi. Les entreprises embauchent quand elles ont des commandes, pas quand on leur baisse les charges :-)
a écrit le 20/05/2014 à 14:12 :
a défaut de créer de l'emploi cela va peut-être éviter d'en perdre d'avantage non ?
a écrit le 20/05/2014 à 14:03 :
Demandez plutôt aux à artisans et commerçants (plus gros employeurs de France) ce qu'ils en pensent plutôt qu'à des anciens syndicalistes reconverti en DRH de grosses entreprises
a écrit le 20/05/2014 à 12:53 :
Tant que "la demande" sera telle qu'elle est, la baisse des charges n'aura pas d'avantage s'il n'y a pas un investissement dans " une politique de l'offre" qui l’accompagne! Sachant qu'une "offre" ne provoque pas automatiquement une" demande"!
a écrit le 20/05/2014 à 12:49 :
Effectivement, la baisse du chomage correspond à un processus qu'il faut amorcer, et qui doit ensuite s'autoalimenter. Cela nécessite de basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique.
a écrit le 20/05/2014 à 12:03 :
Malheureusement ce sondage et l’article qui le commente vont faire croire aux Français que la baisse des charges ne sert à rien. Tout ca, parce que les attentes se situent à court terme. C’est comme bien manger ou faire du sport, ca ne va pas vous rétablir la santé du jour au lendemain. Bravo la niaiserie des DRH.
Réponse de le 20/05/2014 à 12:23 :
Niaiseries des DRH ? Ils répondent honnêtement à la question posée qui précise bien les changements "à court terme" !...
a écrit le 20/05/2014 à 11:38 :
il n'y a que deux façons de créer de l'emploi :

1- libéraliser la création d'entreprise !
-> suppression de toutes les situations de monopoles
-> suppression de toutes contraintes administratives
2- libéraliser l'embauche et le licenciement

J'aimerais aussi ajouter un point : alléger la gestion de l'emploi à sa plus simple expression : juste une déclaration en ligne (DUE) d'embauche et de licenciement + versement du salaire complet
-> toute l'énergie de l'entrepreneur serait consacrée au développement du business
--> charge aux salariés de s'affilier aux systèmes de sécurité sociale ( de son choix si possible)
Réponse de le 20/05/2014 à 15:18 :
@cap2006: d'accord sur bien des points, mais pas sur la sécu. La santé et l'éducation (entre autres) sont des points sensibles et régaliens de l'économie. Un pays ne peut se permettre d'avoir des gens sous-éduqués et en mauvaise santé !!! Des réformes, certes, mais certainement pas l'éradication de ces domaines :-)
a écrit le 20/05/2014 à 11:34 :
Avant d'embaucher, une entreprise doit être viable, et pour fournir des produits intéressants doit pouvoir compter sur sa recherche.... Ce qui coûte très cher!
a écrit le 20/05/2014 à 11:12 :
Les DRH ne sont que les serviles larbins des patrons et dirigeants d'entreprises. Pour les avoir fréquentés pendant plus de 20 ans, il n'y a rien d'étonnant qu'ils ne soient que 16% à estimer pouvoir recruter avec la baisse des charges.
Ils sont dans la même réflexion que le medef et Gattaz !!
Réponse de le 20/05/2014 à 11:54 :
supprimer la T.V.A. serait une excellente initiative pour redonner du pouvoir d'achat et une reprise de l'économie
Réponse de le 20/05/2014 à 13:55 :
la tva est un des rares impôts que les touristes qui consomment en France sont amené à régler : vu l'importance de ce secteur il serait dommage de s'en priver. Par ailleurs comme toute baisse des prélèvements, c'est efficace à condition d'avoir les économies de budget qui vont avec, et là ce serait énorme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :