Comment l'Etat va réaliser quatre milliards d'euros d'économies supplémentaires en 2014

Le gouvernement prévoit 4 milliards d'euros d'économies supplémentaires cette année pour contenir le déficit. L'Etat prendra sa part à hauteur de 1,6 milliard. Revue de détail.
Jean-Christophe Chanut

3 mn

Le ministre des Finances Michel Sapin  a détaillé les 4 milliards d'euros supplémentaires d'économies qui devront être réalisées dès cette année
Le ministre des Finances Michel Sapin a détaillé les 4 milliards d'euros supplémentaires d'économies qui devront être réalisées dès cette année (Crédits : reuters.com)

Le collectif budgétaire du gouvernement pour 2014 a été présenté ce mercredi en Conseil des ministres. Certes, il détaille le contenu du pacte de responsabilité, mais pas seulement. En effet, contraint par la Commission européenne de tenir sa trajectoire de réduction du déficit public - 4,3% en 2013, objectif de 3,8% en 2014 et 3% en 2015 -, le gouvernement a dû se résoudre à trouver 4 milliards d'euros d'économies complémentaires en 2014 pour tenir son engagement. In fine donc, sur les années 2014/2017, c'est un plan d'économies d'un montant de 54 milliards d'euros que l'Etat s'est engagé à réaliser, soit plus de 2,5 points de PIB…

1,1 milliard d'euros d'économies sur la protection sociale

Dans le détail, pour 2014, 1,1 milliard d'euros d'économies seront trouvées sur les prestations sociales et les dépenses de santé (dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale rectificatif, présenté la semaine prochaine). Ainsi, 300 millions d'économies seront réalisés grâce au décalage d'une année de la revalorisation des prestations sociales (sauf les minima sociaux), annoncé en avril par le Premier ministre. Et 800 autre millions seront trouvés par la réduction de l'Objectif national des dépenses d'assurance maladie (Ondam).

1,3 milliard d'euros supplémentaire d'économies sera réalisé via d'autres mesures. Ainsi, 600 millions d'euros proviendront de l'application à compter du 1er juillet 2014 des nouvelles règles d'assurance chômage et 400 autres millions en revoyant à la baisse les dépenses liées « aux investissement d'avenir » décidés dans le cadre du grand emprunt lancé par Nicolas Sarkozy.

Les propres dépenses de l'Etat amputées de 1,6 milliard d'euros

Mais le plus gros morceau, 1,6 milliard d'euro, proviendra des économies réalisées dans les dépenses de l'Etat, prévues par ce collectif budgétaire. Au total, si l'on tient compte des économies déjà programmées dans la loi de finances initiale, c'est une réduction de plus de 3,3 milliards d'euro qui sera effectuée par rapport à la loi de finance initiale de 2013.

Dans le détail, comment l'Etat va-t-il s'y prendre? Grâce notamment à un coup de rabot général dans les dépenses des ministères. Ainsi, 1 milliard d'euros seront dus à des annulations de crédits qui n'étaient pas mis en réserve et 600 millions d'euros seront puisés dans la réserve de précaution, mise de côté chaque année par les ministères pour les dépenses imprévues.

350 millions en moins pour la Défense

Par exemple, le budget de la Défense sera amputé de 350 millions d'euros, celui de l'Education nationale de 189 millions d'euros cette année, celui du ministère des Finances de 150 millions, celui de l'Ecologie de 113 millions ou encore celui du ministère du Travail de 127 millions d'euros.

Par ailleurs, au-delà de toutes ces économies, le service de la dette, qui désigne les intérêts de la dette payés chaque année par l'État à ses créanciers, est aussi revu à la baisse en 2014 à hauteur de 1,8 milliard d'euros sur un total initialement prévu à 46,7 milliards d'euros. Le projet de loi estime maintenant que le service de la dette se stabilisera tout juste en dessous de 45 milliards d'euros.

 

Jean-Christophe Chanut

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 29
à écrit le 12/06/2014 à 20:04
Signaler
leur façon de faire des économies est de nous les faire payer, il nous pique 4 milliards en impôts et taxe et après il dirons qu'ils on fait des économies,

à écrit le 12/06/2014 à 15:01
Signaler
toujours aucune réforme structurelle ! celles qui amènent des économies définitives , pas des rabotages de budgets

à écrit le 12/06/2014 à 12:43
Signaler
Leur jeu est clair :arriver jusqu'en 2017 en mentant comme des arracheurs de dents. Ils sont encore pire (et plus menteurs) que les socialos precedents: sarkozy et fillon;

le 12/06/2014 à 23:11
Signaler
Mr Sarkozy un socialiste, non mais vous rigolez là ?

à écrit le 12/06/2014 à 10:53
Signaler
quand on voit mme toubira minsitere de la justices 22 chauffeurs ????? les ecolos rois des polueurs 18 chauffeurs reserve parlemntaires, cures thjermales ,itermittents du spectacle sous preectures senat etc

à écrit le 12/06/2014 à 10:43
Signaler
suppression des jours de carence des fonctionnaires, ventes de la SNCF.. etc... les intermittents du spectacle syndical à qui il faut leurs botter les fesses ... les allocs familiales " out ".... pas d’enfant pour gagner ...

à écrit le 12/06/2014 à 10:13
Signaler
vente de la SNCF pour 1 centime d'euro symbolique .... avec bien-sur son personnel et ses avantages sociaux !!!!!!!!!!!!!!!!!!

à écrit le 12/06/2014 à 9:48
Signaler
Donc, si je comprends bien, environ la moitié de l »efforts » est d’origine conjoncturelle, à savoir le service de la dette. En raison d’une conjoncture européenne proche de la désinflation, et de voisins qui sont dans des situations encore pires que...

à écrit le 12/06/2014 à 9:30
Signaler
Il y a aussi chaque année 6 milliards, soit 6000 millions, dépensés en pure perte dans un machin appelé "crédit impôt recherche", qui est, selon la COur des Comptes, totalement inutile, puisque depuis que le montant de ce CIR a té multiplié par 3 il ...

à écrit le 12/06/2014 à 7:43
Signaler
Donc,pas d'économies structurelles mais uniquement des rabotages de fonds alloués aux ministères supposés non dépensés ?

à écrit le 12/06/2014 à 7:30
Signaler
Depuis 30 ans des coups de rabot à droite et à gauche...aucune strategie que de l'impro...resultat une france defigurée...

à écrit le 12/06/2014 à 4:47
Signaler
Encore des efforts monsieur le ministre il faut trouver encore plus de 80 milliards par an pour se trouver en déficit 0 il est grand temps de réduire le domaine d intervention de l état , de revoir la multitude de prestations sociales

le 12/06/2014 à 6:10
Signaler
Ouille ! Il va falloir vous mettre au travail !

à écrit le 11/06/2014 à 23:14
Signaler
EN COMMENCANT PAR MONTRER L EXEMPLE N POINT C EST TOUT

à écrit le 11/06/2014 à 22:41
Signaler
la croissance c' est la liberté de gagner de l' argent sans contraintes excessives de l' état .Il faut donc moins de règlements , moins de social , moins de droit du travail . C'est très mal parti avec le nouveau dada : la pénibilité ! On n' est vo...

à écrit le 11/06/2014 à 21:20
Signaler
En France, il est plus facile de tirer sur les alloc sociales... ON GELE que de réformer les institutions à fins de plus de croissance potentielle et d'emplois... alors on lime les quais et on entube les citoyens au gel? Pouvez-vous commenter les son...

à écrit le 11/06/2014 à 21:17
Signaler
Pffffffff !!! C'est tout ce que je trouve à dire. Mais redite le vous pour vous en convaincre. FH a dit qu'il n'y aura pas d'impôts supplémentaires en 2014

le 12/06/2014 à 9:16
Signaler
Non, pas d'impôts supplémentaires... Juste une augmentation de ceux existants.

à écrit le 11/06/2014 à 21:13
Signaler
En France, il est plus facile de tirer sur les alloc sociales... ON GELE que de réformer les institutions à fins de plus de croissance potentielle et d'emplois... alors on lime les quais et on entube les citoyens au gel? Pouvez-vous commenter les son...

à écrit le 11/06/2014 à 20:40
Signaler
En France les fameuses Chambres de Commerce consomment chaque année près de 4 milliards d'euros d'argent public, 145 Cci en France qui comptent 26.000 fonctionnaires ! Le saviez vous qu’en moyenne seulement 15% des chefs d'entreprise votent aux élect...

le 12/06/2014 à 7:25
Signaler
Merci pour cette contribution réelle et accablante heureusement, "commerce" s'écrit avec deux M on devrait remplacer le premier par un "N"

le 12/06/2014 à 10:16
Signaler
Aujourd’hui • Quand les entreprises ont besoin d’embaucher des jeunes ou de former leurs salariés • Quand elles veulent créer ou transmettre une entreprise, • Quand elles sont perdues dans le maquis des aides publiques, • Quand elles doivent rép...

à écrit le 11/06/2014 à 19:00
Signaler
Bonjour, L'UE nous coute 7 milliards NET par an...pour quels résultats ? Avant de supprimer les hôpitaux, les écoles, tailler dans la sécu, peut être pourrions nous tout simplement sortir de ce carcan technocratique qui n'a que faire de notre b...

à écrit le 11/06/2014 à 18:42
Signaler
...en se serrant un peu la ceinture! hauts fonctionnaires, technocrates et plus "si affinités"! ça les changera, et nous aussi !!

le 11/06/2014 à 19:01
Signaler
Je suis complétement d'accord avec vous...mais vous comme moi savons très bien qui finira par se serrer la ceinture :-)

à écrit le 11/06/2014 à 18:25
Signaler
.. avec ou sans la provision passée pour manque à gagner sur l'IS de BNPP...ce qui va être vraiment extraordinaire, c'est qu'avec 10 milliards de dépenses en moins, personne, ou presque, ne verra de différence dans le service public...

le 11/06/2014 à 20:46
Signaler
On verra... Sur les impôts a payer il n'y aura pas de différences ou ils augmenteront... En revanche quand vous devrez chercher une caf pas fermé et que vous attendrez vos prestations en retard dû aux dossiers accumulé par manque de personnel... Je n...

à écrit le 11/06/2014 à 18:17
Signaler
Avant que les hôpitaux publics soient convertis en hôtel de luxe par les qataris.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.