Quand et comment doit-on parler d'argent à ses enfants ?

 |   |  450  mots
Au début, les enfants pensent que la taille d'une pièce de monnaie dépend de sa valeur: plus elle est grande, plus elle vaut cher. /Reuters
Au début, les enfants pensent que la taille d'une pièce de monnaie dépend de sa valeur: plus elle est grande, plus elle vaut cher. /Reuters (Crédits : DR)
Les recherches effectuées par des chercheurs américains démontrent qu'entre six et douze ans, les enfants sont particulièrement réceptifs et mûrs pour comprendre quelques notions économiques.

Doit-on donner de l'argent de poche à ses enfants ? Si oui, combien ? Et à quel âge ? Autant de questions sur lesquelles les parents ont parfois (bien) du mal à trancher. S'il n'est certes jamais trop tard pour commencer, y a-t-il un âge particulièrement propice pour aborder le sujet ? C'est la question à laquelle le magazine Forbes a tenté de répondre en reprenant les conclusions de plusieurs études.

S'ils n'est pas de science exacte en la matière, les recherches effectuées par des chercheurs américains démontrent qu'entre six et douze ans, les enfants sont particulièrement réceptifs et mûrs pour comprendre quelques notions économiques, assure le magazine qui retient trois étapes.

  • Entre deux et cinq ans, les enfants comptent

Tout d'abord, si les enfants apprennent à compter dès deux ou trois ans, ce ne serait que vers l'âge de cinq ans qu'ils comprennent véritablement la notion "d'égalité", d'après des études de l'université de Cambridge. L'un des "concepts de base" que l'enfant maîtriserait grosso modo vers sept ans.

  • A partir de 7 ans ils comprennent que la taille d'une pièce ne fait pas sa valeur

Ensuite, les chercheurs expliquent qu'à partir de sept ans, les enfants intègrent la notion de "conversion".  Ce qui signifie notamment que la valeur d'une pièce ne dépend pas de sa taille. Avant de comprendre ce concept, il est assez courant que les enfants préfèrent obtenir cinq ou six pièces d'une valeur moindre plutôt qu'une seule pièce de taille inférieure mais qui vaudrait plus. Car pour eux, la taille et la quantité sont ce qui compte le plus.

  • Vers 6 ans, les enfants apprennent la notion d'équivalence

Enfin, les autres enseignements que les enfants retirent de leur propre expérience après six ans sont "l'échange et l'équivalence". Ainsi il apprendra qu'il lui faut renoncer à son argent pour obtenir le bien qu'il convoite. Il comprendra alors la notion de prix. S'il n'a pas assez d'économies, l'enfant se rendra compte qu'il ne peut s'offrir les bonbons qu'il désire, ni, par conséquent, les manger...

Forbes recommande donc de commencer par apprendre "concrètement" aux enfants la valeur de l'argent ainsi que la notion d'économie. Il suggère ainsi d'expérimenter (un temps) le concept "un euro par jour" par exemple et de leur montrer ce qu'ils peuvent acheter avec un euro. Puis, il serait instructif pour eux de leur montrer ce qu'ils pourraient acheter, plus tard, s'ils économisaient cet euro, et donc s'ils renonçaient à le dépenser une fois acquis. Reste que toute expérience en la matière sera enrichissante, pourvu qu'elle soit concrète, conclut le magazine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/06/2014 à 22:11 :
Ce qui est sûr, c'est qu'il serait bon de sensibiliser les français à l'économie le plus tôt possible. Il y a du travail et nos lacunes expliquent en grande partie la situation actuelle.
a écrit le 29/06/2014 à 21:44 :
quand ils commencent à vous faire les poches !!!!
a écrit le 29/06/2014 à 18:09 :
Il s'agit de la "fondation entreprise réussite scolaire" de la ville de Lyon.
a écrit le 29/06/2014 à 18:00 :
Je signale aux personnes intéressées de se porter sur le site de la FERS pour prendre connaissance d'un module pédagogique concernant une sensibilisation à l'économie pour les enfants de CM1 et 2.
a écrit le 29/06/2014 à 16:34 :
Le mieux c'est de donner 10€ chaque mois et de demander 1€ pour chaque mauvaise note
a la fin,ils auront un déficit aussi important que l'etat français
a écrit le 29/06/2014 à 15:49 :
Le grand écrivain anglais Oscar Wilde disait déjà que “cynique est celui qui connaît le prix de tout et la valeur de rien”. À méditer.
Réponse de le 30/06/2014 à 9:07 :
Le marché les rattrapera bien assez tôt.

Une bonne initiation aux délires du maketing pour les mettre en garde contre les heures de matraquage publicitaire auquels ils seront soumis reste un garde fou plus indispensable que les pseudo notions économiques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :