+76% : le nombre d'embauches en CDD a explosé entre 2000 et 2012

 |   |  361  mots
En 2013, en France, près de 9 embauches sur 10 sont pour des contrats temporaires.
En 2013, en France, près de 9 embauches sur 10 sont pour des contrats temporaires. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'étude de la Dares, publiée aujourd'hui, a révélé une stabilisation de la part du CDI dans l'emploi. Elle fait également état d'une forte hausse des contrats temporaires.

La part du CDI dans l'emploi est restée stable entre 2000 et 2012, démontre une étude du ministère du Travail (Dares) publiée ce jeudi. L'emploi temporaire, lui, explose avec plus de 90% d'embauches en CDD et en intérim enregistrées en 2012.

Quelque 87% des personnes ayant un emploi en 2012 étaient en CDI (une baisse de 0,2 point est enregistrée par rapport à 2012), 2,8% en intérim (-0,7pt) et 10,3% en CDD (+0,9pt). La part du CDI dans l'emploi demeure ainsi stable, en contraste avec la période 1984-2000, où elle avait baissé de 8 points.

...et un emploi précaire qui prolifère

En revanche, entre 2000 et 2012, les embauches en CDD ont explosé. Elles ont bondi de 76% . Les missions d'intérim ont, elles, augmenté de 14%. Par contraste, les nouveaux CDI ont eu une progression moindre, de 4%. Ainsi, au total en 2012, plus de neuf embauches sur dix ont été faites en CDD (49%) ou en intérim (42%). Et celles-ci se font sur des durées de plus en plus courte.

L'analyse de la Dares suggère que cette "très forte progression des contrats de très courte durée" explique la stabilité de la part des contrats temporaires dans l'emploi malgré l'explosion des embauches en CDD.

"Sur les 20 millions de contrats signés chaque année, deux tiers sont des CDD de moins d'un mois. C'est spectaculaire. Cette tendance est en hausse depuis le début des statistiques et la crise n'a rien changé à la courbe", résumait, en novembre dernier, Eric Heyer, économiste à l'OFCE, dans un article du Monde en novembre 2013. 

Les contrats temporaires concernent principalement les jeunes salariés et les professions peu qualifiées. En 2012, parmi les 15-24 ans, les CDD représentent la moitié de l'emploi salarié du secteur privé, et une très grande part des intentions d'embauche et de missions d'intérim.

Bataillons de nouveaux chômeurs

Ce sont notamment les employé en CDD qui, chaque mois, forment les bataillons des nouveaux chômeurs. En effet, en mars 2013, les fins de CDD représentaient 22,7% des nouvelles inscriptions à Pôle emploi

- - - -

>> En 2013, la part des embauches en CDD a atteint un niveau record

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/07/2014 à 18:41 :
Les riches sont toujours riches, évadé ou défiscalisé, mais les chômeurs augmentent, et l'austérité est devant nous, vu le déficit. Est-ce une bonne politique?
a écrit le 27/07/2014 à 10:21 :
La législation ces dernières années est le contraire de l'emploi. Alors les CDD augmentent sur le dos des employés et travailleurs. N'est ce pas une réaction au mesures pises qui sont contre l'emploi.
a écrit le 26/07/2014 à 23:46 :
Vous voulez vivre et travailler? Coup de pompe dans le cul au peuple français... alors on file les filières à nos voisins? Pour le chômage et la croissance, on est des as! On est dans le jet de merde!
a écrit le 25/07/2014 à 18:40 :
La baisse des charges sur les entreprises n'est pas le véritable problème. Le vrai problème des entreprises françaises c'est leur manque de "compétitivité produits" dépassés et "has been" sur les marché internationaux, le manque de réactivité aux évolutions des marchés mondiaux par manque de dynamisme et de motivation engluées sur les rentes du marché intérieur protégé et gorgées de subventions et d'aides trop nombreuses de l'Etat. Le vrai problème de l'économie française se sont ses entreprises.
a écrit le 25/07/2014 à 13:05 :
Au lieu de faire des plans de départ, de la croissance, on préfère mettre les gens au chômage, résultat on démolit nombre de foyers. On augmente la précarité chez les jeunes, on réforme des corporations de salariés précaires, mais on ne réforme pas les emplois en double du public... On dit qu'il faut des réseaux pour trouver du travail, pourquoi ne pas faire un réseau diplômés pour défendre l'intégration et contre les politiques de spoliation avec les histoires de subprime, d'austérité, de croissance nulle, de désindustrialisation au bénéfice des boomers qui se font des rentes sur le dos des jeunes. C'est un Etat qui démolit la vie de beaucoup de gens...
Réponse de le 26/07/2014 à 9:31 :
"c'est un état qui démolit la vie de beaucoup de gens", je suis entièrement, mais entièrement d'accord avec vous!ils savent faire naître la désespérance chez les individus, réveillent, bien que déjà en place), la recrudescence de la violence....ce sont des individus dangereux et malfaisants , tous ces politicards!
a écrit le 25/07/2014 à 10:43 :
La droite: c'est la faute au 35H
La gauche: C'est la faute du patronat
FN: C'est la faute a l'euro
a écrit le 25/07/2014 à 10:23 :
Vivement les baisses de charges sur les entreprises et les travailleurs, pour la première fois depuis 40 ans, Bravo Valls !
Réponse de le 25/07/2014 à 10:45 :
s'il n'y a pas de demande dans le monde (voir analyse de Xerfi ou la révision à la baisse de la croissance mondiale) ou que les entrepreneurs français n'apprennent pas l'anglais pour aller chercher du client et de la marge à l'international, est-ce que cela va changer grand chose
a écrit le 25/07/2014 à 10:08 :
Dans les actualités, on nous parle du pacte de stabilité et de croissance, on réduit la dette ou bien on va dans l'austérité avec les conséquences d'une vente des obligations à l'étranger? On entend dire que le sud est désindustrialisé, la France perd un million d'emplois par décennies, on a fait exprès? Pour la question d'Altom, on a subventionné à 10 milliards et résultat on a une vente à l'étranger? L'entreprise ne fonctionnerait pas? Et pour Doux, 500 millions de subvention, on récupère une fermeture, c'est du bon travail en filière? Et pour les banques, le FMI nous parle d'une bulle, on joue aux subprimes? On aurait une autre question, celle de la pénurie de logement... Et pour les déficits, c'est une affaire pendante puisque c'est lié aux impôts et à l'austérité. On réformerait les notaires, seulement ce n'est pas sur les riches qu'on tire. On oublie les 1% du livret. On aurait un record de fiscalité sur la production. Alors on est des bons? Le nombre vacanciers se réduit. Et pour le chômage, on nous annonce 50% chez les diplômés et nombre de cdd... puisqu'il n'y a pas de reprise, une petite divergence avec l'Allemagne, on nous parle de faire grossir les ETI, on n'a pas de politique de soutien à l'industrie? On fait des relances par les ronds-points? Si on dit qu'il faut des réseaux pour trouver du travail, on n'est pas chez les fonctionnaires qui ont la sécurité d'emploi... L'Europe c'est le chômage! Puisqu'on fait des plans de départs volontaires pourquoi ne pas le faire? La question des OPA nous conduit à celle des fonds, si les autres en font, est-ce d'utilité publique de défendre les entreprises françaises? N'avons-nous pas des sujets d'inquiétude alors qu'on emploie les gens en dépit du bon sens, en emploi alimentaire ou sous-qualifié.
a écrit le 25/07/2014 à 9:43 :
Cette étude est soit incomplète, soit elle ne peut refléter la réalité !
Si les CDI sont stables et les CDD en explosion à la hausse... alors le chômage devrait disparaitre, non ?
La réalité, c'est que les employeurs évitent d'embaucher à long terme, puisque les pouvoirs publics rajoutent des incertitudes administratives, fiscales et sociales en permanence aux incertitudes économiques
Réponse de le 25/07/2014 à 10:50 :
l'incertitude est d'abord celle de la demande.
et puis "si la hardiesse et l'esprit d'entreprise paraissent être les qualités dominantes du commerce allemand, la prudence et le souci de sa sécurité paraissent être celles du commerçant français" (Journal des Chambres de Commerce, 1914), citation trouvée dans Enjeux Les Echos de juin.
Les entrepreneurs français n'ont pas attendu l'expansion de l'Etat pour être frileux.
Réponse de le 25/07/2014 à 10:55 :
+1.l'article oublie de préciser que ces chiffres traduisent malgré tout un certain dynamisme économique,sinon les cdi baisseraient
a écrit le 25/07/2014 à 8:57 :
j'ai pas bien compris comment s'explique la stabilité des CDI à un niveau élevé.
j'avais lu par ailleurs que, d'après le DG de Pole Emploi, 1,5 million de chômeurs avaient trouvé un emploi durable en 2013 (durable=contrat de plus de 6 mois).

notons que les pays en "plein emploi" ont bien plus de temps partiels et bas salaires que nous (ainsi qu'une faible démographie, en général).
Réponse de le 25/07/2014 à 9:56 :
87% des personnes ayant un emploi sont en CDI.

10,3% des personnes sont en CDD. Mais comme la durée d'un CDD diminue, la conséquence est que le nombre d'embauches CDD augmente sur un an.

Ceci montre : que les entreprises n'ont aucune visibilité à moyen terme; que 10% de la population active vit au jour le jour; que les fins de CDD sont une cause des fluctuations aléatoires du nombre de chômeurs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :