Arbitrage Tapie : Christine Lagarde est de nouveau entendue par la justice

 |   |  259  mots
Christine Lagarde avait été placée en mai 2013 sous le statut de témoin assisté, statut intermédiaire entre celui de simple témoin et celui de mis en examen dans l'enquête sur l'arbitrage entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais.
Christine Lagarde avait été placée en mai 2013 sous le statut de témoin assisté, statut intermédiaire entre celui de simple témoin et celui de mis en examen dans l'enquête sur l'arbitrage entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais. (Crédits : reuters.com)
La directrice du FMI était de nouveau entendue mardi matin par la Cour de justice de la République dans l'enquête sur l'arbitrage entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais, a indiqué à l'AFP une source judiciaire, confirmant une information d'I-télé.

C'est la quatrième fois que l'ex-ministre de l'Économie est auditionnée par les magistrats de la la Cour de justice de la République (CJR), dans le cadre de l'enquête sur l'arbitrage entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais. La juridiction, compétente pour juger les infractions commises par les membres du gouvernement pendant l'exercice de leurs fonctions, a encore entendu Christine Lagarde mardi matin, a indiqué à l'AFP une source judiciaire, confirmant une information d'I-télé.

Placée en mai 2013 sous le statut de témoin assisté

Christine Lagarde avait été placée en mai 2013 sous le statut de témoin assisté, statut intermédiaire entre celui de simple témoin et celui de mis en examen. Elle avait alors évité une mise en examen qui l'aurait sans doute contrainte à quitter ses fonctions au FMI. Depuis, l'institution internationale a toujours assuré Christine Lagarde de son soutien.

La CJR s'intéresse à l'ancienne ministre dans le cadre de l'affaire relative à la sentence arbitrale de 2008 qui avait octroyé quelque 400 millions d'euros à Bernard Tapie, dont 45 millions d'euros au titre du préjudice moral, pour clore le long litige qui opposait l'homme d'affaires au Crédit Lyonnais sur la revente d'Adidas.

Les juges cherchent à déterminer si cette sentence est le fruit d'un "simulacre" d'arbitrage organisé avec l'aval du pouvoir de l'époque. La commission d'instruction de la CJR entend comprendre le rôle qu'a pu jouer Christine Lagarde dans le choix pris à l'automne 2007 de préférer l'arbitrage, c'est-à-dire une justice privée, à la justice de droit commun.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2014 à 8:13 :
Au trou si le vol des comptes publics est avéré, en tout cas pour trahison pour avoir vendu la nation France aux intérêts atlantistes, pain sec et eau, plus de foulard hermès, pas de geôliers parlant l'américain, travaux d'intérêts généraux : parler, enseigner le français aux codétenus VIP!
a écrit le 27/08/2014 à 6:08 :
Bernard Tapie fait d'ores et déjà campagne pour revoir Nicolas Sarkozy à l'Elysée en 2017. Devinez pourquoi ?
a écrit le 26/08/2014 à 21:58 :
Si la mauvaise foi suffisait pour faire fortune, il y a beaucoup de journalistes qui seraient riches et célèbres.
a écrit le 26/08/2014 à 16:09 :
Juste un peu avant l'arbitrage, Bernard Tapie a été reçu 18 fois à l'Elysée pour parler de football et rien d'autre n'en déplaise aux mauvaises langues.
a écrit le 26/08/2014 à 15:27 :
Attention elle pourrai devenir dangereuse pour 2017 ....,,alors
a écrit le 26/08/2014 à 14:49 :
bof! relaxée, relaxée! ils se serrent tous les coudes, même pas la peine de l'entendre, ça sert à quoi?!
a écrit le 26/08/2014 à 14:06 :
Ils peuvent faire tout ce qu'ils veulent, BT a un dossier en béton qui est passé devant toutes les instances de ce pays en ayant gain de cause. Donc tout ça c'est de la gesticulation politicarde misérable voir minable pour nous enfumer un peu plus sur la réalité de notre situation.
a écrit le 26/08/2014 à 11:54 :
Il faut oublier toutes ces petites histoires de justice envers elle, Lagarde est protégée des plus hautes instances de Wall Street, des agences de notation et surtout des grandes banques américaines ; lui faire un procès c'est du pipeau, ce la n'aboutira à rien, c'est du miroir aux alouettes. Laissons-la en paix, le vrai problème se trouve ailleurs, plutôt.
Réponse de le 26/08/2014 à 14:51 :
"laissons la en paix"! ben, oui! c'est toujours les mêmes qui s'en sortent et ça ne choque personne, puisqu'il y a d'autres "chats à fouetter "! avec cette mentalité là, on avance les amis !!
Réponse de le 27/08/2014 à 8:33 :
Paul Bismuth a raison, il faut que les socialos arrêtent de faire le procès à une grande dame de l'économie française, à la tête d'une des plus prestigieuses institutions financières du monde, cêst Mme Lagarde qui distribue les chèques à tous les pays de cette planète, pas François Hollande le bisounounours.
Réponse de le 27/08/2014 à 14:01 :
Quant les socialiste arrêteront ils de mettre en justice les gens plus prestigieux qui font briller la France dans le monde ?,,
Cela affaibli notre image dans le monde
Et cela ne remonte pas celle de hollande bien au contraire

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :