Lepaon (CGT) profite de "l'affaire" de son appartement pour tenter de faire taire son opposition interne

Thierry Lepaon, numéro un de la CGT, a réfuté les affirmations du Canard enchainé sur le coût des travaux et la taille de son appartement de fonction à Vincennes. Il entend aussi affirmer son autorité sur la centrale syndicale et faire taire son opposition.
Jean-Christophe Chanut
Thierry Le paon (CGT) profite del'affaire de son appartement pour tenter de mesuseler son opposition interne.
Thierry Le paon (CGT) profite de"l'affaire" de son appartement pour tenter de mesuseler son opposition interne. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Pour Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT, l'heure de la contre-offensive a sonné. A l'ouverture du Comité central national (CCN) du syndicat - le « Parlement » de la centrale syndicale, qui réunit pour deux jours les numéros uns des fédérations et des unions départementales de la confédération -, il a tenu non seulement à s'expliquer sur « l'affaire » de son appartement de fonction, révélée la semaine dernière par Le Canard enchaîné, mais aussi à asseoir son autorité - contestée - sur la centrale syndicale en exigeant que cesse les critiques internes.

Selon l'hebdomadaire satirique, la CGT aurait fait exécuter pour 130.000 euros de travaux dans un appartement de 120 m2 loué à Vincennes pour loger le secrétaire général originaire de Normandie (Cabourg).

Un appartement de 79 m2 et non 120 m2

Thierry Lepaon s'est justifié sur plusieurs plans. D'abord, il a déclaré avoir "appris par la presse le devis et le montant des travaux réalisés". Il a cité le chiffre de 105.000 euros et non pas 130.000 comme l'avait affirmé Le Canard enchaîné. Il a aussi précisé que son appartement faisait 79 mètres carrés et non pas 120, comme l'avançait l'hebdomadaire.

Le numéro un de la CGT estime ensuite que cette affaire "révèle des failles majeures dans le fonctionnement interne de prise de décisions, une faille qu'il faut absolument corriger", soulignant que "les arbitrages et la décision finale n'ont été ni débattus, ni validés par une instance". Ce type de décision relevait "jusqu'à présent d'une seule personne, non tenue d'en référer a priori à nos instances", a-t-il dit dans une allusion au trésorier Eric Lafont qui a signé le devis.

Pour corriger le tir, le secrétaire général a assuré qu'il allait soumettre dès la semaine prochaine au bureau (exécutif) le recrutement d'un directeur administratif et financier qui "rendra compte de son activité, conjointement à l'administrateur de la CGT", (Eric Lafont), "et au Bureau confédéral".

Par ailleurs, Thierry Lepaon justifie le choix de Vincennes par sa proximité avec le siège de la CGT à Montreuil et "la discrétion, le calme et la sécurité" et "un certain degré d'urgence", rappelant avoir logé plusieurs mois à l'hôtel.

Selon lui, "depuis Grenoble, Caen ou Lille, Vincennes, n'a pas de connotation particulière", a-t-il expliqué pour justifier le choix de ce quartier résidentiel.

Museler l'opposition interne

Mais le secrétaire général contesté en interne ne s'est pas arrêté à cette « affaire ». Au contraire, il a profité du contexte pour tenter de reprendre en main la confédération. « Je considère que nous avons un problème de fonctionnement du Bureau confédéral" [exécutif resserré de dix membres, Ndlr] "qui handicape notre capacité collective. La qualité des personnes n'est pas en cause, mais l'engagement au sein même du Bureau confédéral pose problème" et "cela pourrait nous conduire à ne plus travailler collectivement et donc à ne plus être la CGT", a-t-il prévenu.

Pour s'assurer du soutien sans faille de l'exécutif de la centrale syndicale, Thierry Lepaon a décidé de "recevoir individuellement chaque membre du Bureau confédéral" pour s'assurer "de leur engagement et adhésion à l'esprit d'équipe". "Si nécessaire, je reviendrai vers le CCN",  a averti le numéro un, qui entend renforcer le bureau avec deux membres supplémentaires.

Menaçant, il a expliqué que, selon lui, le délateur qui a adressé à la presse un devis des travaux est "responsable des conséquences de ses actes".

Thierry Lepaon a donc voulu montrer une certaine sévérité. Loin de se laisser intimider par ce qu'il considère comme une véritable campagne de déstabilisation organisée contre lui, il a, au contraire, voulu affirmer son autorité... Et ce, le jour même ou la énième journée d'action organisée par la CGT à la SNCF et à la RATP se solde par un nouvel échec. Il n'est pas certain que cela permette de calmer les esprits au sein de la confédération qui a toujours autant de mal à dégager une ligne claire.

Jean-Christophe Chanut

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 05/11/2014 à 14:24
Signaler
Avoir un appartement de fonction ca s'entend, mais Vincennes Ca ne fait pas très CGT, et puis les rénovations selon le Canard enchaîné font tâches avec l'image prolétarienne de la CGT. Quoiqu'il en soit M. Lepaon utilise les méthodes sovietiques pour...

à écrit le 05/11/2014 à 8:33
Signaler
boh, il finira comme beria, celui la !

à écrit le 05/11/2014 à 8:12
Signaler
Camarade c est la crise n oublier pas vos cotisations j ai aussi un appart a rénover et comme je SS sympathique je ne renoverais pas la cave et ma salle de ciné ! On comprend pourquoi le partie de gauche la CGT a appeler a voter Holande ! Démission c...

à écrit le 05/11/2014 à 5:48
Signaler
Normalement avec la cgt ce genre d'opération donne lieu à une rétro comission qui va jusqu'à 50%. Vu le profil du prestataire cette rétrocom devrait être faite en nature par des travaux dans une autre résidence secondaire par exemple. Mr Lepaon doit ...

le 05/11/2014 à 7:56
Signaler
+1

à écrit le 04/11/2014 à 21:47
Signaler
Le paon est fache il aurait préféré que ça reste secret comme le rapport peruchot

à écrit le 04/11/2014 à 20:26
Signaler
Si M Lepaon a un minimum de décence et de respect pour la base militante de la CGT qu'il rembourse de sa poche les frais liés à l'amenagement de son appartement de fonction. D'ailleurs n'y a t-il pas des appartements de fonction à Montreuil,que de s'...

à écrit le 04/11/2014 à 20:15
Signaler
150 000 € de travaux pour un appartement qui venait d'être refait à neuf....et ne parlons pas de la cuvette des toilettes à 1397 € et un lave mains à 1595 € soit 4500 € (PQ non compris faut pas pousser) !!!!

à écrit le 04/11/2014 à 19:34
Signaler
Il est a qui cet appartement ???

à écrit le 04/11/2014 à 18:21
Signaler
C'est mieux d'être syndicaliste puis secrétaire général de la cgt qu'ouvrier chez Moulinex !

à écrit le 04/11/2014 à 17:39
Signaler
Les braves travailleurs syndiqués mettront volontiers la main au porte-monnaie.

à écrit le 04/11/2014 à 17:17
Signaler
Le coup du "je ne savais pas"..."je l'ai appris dans la presse" il me semble l'avoir déjà entendu par quelques uns de nos politiques impliqués dans des affaires...attendons d'en savoir plus.

à écrit le 04/11/2014 à 17:09
Signaler
En tout cas Lepaon va pouvoir faire la roue.

à écrit le 04/11/2014 à 16:53
Signaler
Du goudron et des plumes !

à écrit le 04/11/2014 à 16:44
Signaler
Pure méthode bolchevique !

à écrit le 04/11/2014 à 16:13
Signaler
Sur le fond il réponds pas ! C'est la faute à celui qui a transmis le devis Bravo la transparence !!! Au fait il est a qui l apparte ??? Un locataire d'un 80 m 2 qui fait plus de 100000 euros de travaux c'est du jamais vu Ca ressemble à du bigm...

à écrit le 04/11/2014 à 15:50
Signaler
Mr Lepaon a bien raison de ne pas se laisser faire, et de défendre son honneur et son intégrité. Le Canard Enchaîné peut faire des dégâts graves avec ses campagnes, comme celle qui a visé, et touché, Pierre Beregovoy en son temps.

le 04/11/2014 à 16:05
Signaler
arretez de regarder BABAR tous les soirs, il est temps de rentrer dans la vraie vie.

le 04/11/2014 à 17:03
Signaler
Pierre Beregovoy s'est flingué, et çà n'a été un cadeau pour personne. C'est çà, la vraie vie.

le 04/11/2014 à 18:36
Signaler
d ou sortez vous ??

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.