Un Français sur deux ne sait pas ce qu’est une ville intelligente

 |   |  514  mots
Les attentes des citoyens ne correspondent pas forcément aux stratégies mises en place par les villes.
Les attentes des citoyens ne correspondent pas forcément aux stratégies mises en place par les villes. (Crédits : Sciences Po)
Les Français ont des demandes très précises en matière de ville intelligente et elles ne correspondent pas toujours aux stratégies mises en place par les élus. C’est l’enseignement d’une étude menée par M20 City

Un Français sur deux ne sait pas ce qu'est une « ville intelligente ».  Rien de vraiment étonnant tant le concept est encore nouveau, mais l'étude que vient de réaliser M2O City sur la ville de demain montre aussi que les attentes des citoyens ne correspondent pas forcément aux stratégies mises en place par les villes.

M2O City, société créée conjointement par Veolia et Orange spécialisée dans le télérelevé, a fait interroger un millier de personnes sur leurs attentes en matière de ville intelligente : si 52% estiment avec raison qu'il s'agit d'une ville capable d'automatiser la gestion de ses infrastructures et ressources, les 48% restants n'ont aucune idée, une partie d'entre eux (19%) estimant même qu'il s'agit d'une ville avec un nombre élevé de facultés ou grandes écoles. Il y a donc un gros travail d'explication qui attend les municipalités.

Mais il y a aussi un travail d'explication sur la nature même des actions à mener. Les Français aimeraient ainsi que leur ville s'investisse pour une amélioration de leur qualité de vie : la mobilité urbaine est une priorité pour  28,6% des sondés, ainsi que les infrastructures numériques (23,6%), mais aussi l'intégration de bâtiments intelligents qui garantissent notamment une maîtrise durable des ressources (eau et énergie), pour 16,1% des répondants. Mais, estiment-ils, ce sont parfois des domaines dont ils entendent peu parler dans leur ville : 37% d'entre eux estiment par exemple que le domaine dont ils entendent le plus parler est le recyclage et la gestion des déchets, alors qu'ils ne sont que 15% à souhaiter que leur ville s'investisse davantage dans cette voie.

Une forte demande d'informations

Il semblerait qu'il y ait pour l'instant, un décalage entre les initiatives prises par les villes dans le domaine du développement durable et le niveau d'information des habitants, explique Taisei Miura, le PDG de m2ocity :

"Près de la moitié des personnes interrogées ne se sentent pas suffisamment informées des initiatives durables menées à l'échelle de leur ville, alors même qu'elles s'y intéressent. Il ne s'agit pas d'un manque de volonté et d'implication de la part des citoyens puisque 60% d'entre eux regrettent de ne pouvoir prendre une part active dans l'évolution de leur ville, n'en ayant selon eux pas la possibilité".

C'est la partie un peu étonnante de l'enquête, la demande d'informations et de participation. En particulier dans les villes qui pratiquent encore la bonne vieille communication papier : une grande majorité de citoyens dit être informée par le journal de la ville mais 77% des Français préfèreraient être informés de façon numérique. C'est bien le moins lorsque l'on parle de ville intelligente. C'est encore plus significatif sur les indicateurs de consommations énergétiques (eau, électricité, gaz, chauffage...) et de la détection de fuites ou de surconsommation d'énergie : 60% des sondés n'ont aucune idée de l'endroit où ils peuvent trouver ces informations et aimeraient pouvoir suivre leur consommation énergétique à distance, sur Internet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/02/2015 à 3:54 :
Moi, j'aimerais savoir ce que contient ce container que l'on nomme "intelligence" et que l'on utilise à toutes les sauces depuis une bonne vingtaine d'années et qui sauf erreur à émergé dans la sphère sociale avec l'essor des sciences cognitives et à la faveur du mouvement (redoutable) de la qualité. Dans la foulée les blue chip anglo-américaines (dont IBM nous ont vendu des produits intelligents) et Bill Gates, Elon Musk, Stephen Hawking nous mettent en garde contre une certaine "intelligence artificielle". So What ?
a écrit le 04/12/2014 à 12:07 :
Mon Dieu les commentaires... Oui, surtout ne faisons rien, ne changeons rien, consommons toujours plus sans rien contrôler, gaspillons, polluons... Au final cela reviendra plus cher que d'investir dans des infrastructures intelligentes, mais au moins il n'y aura pas besoin de se poser de question.

Pour construire une ville intelligente il faudra déjà des citoyens intelligents...
a écrit le 02/12/2014 à 22:18 :
une ville intelligene, c'est une ville dirigée par des citoyens, pas par les aristos de la république qui se présentent (et qui sont élus ...), parce qu'ils possèdent un garage sur lequel ils ne paient que 3 francs 6 sous de taxes locales, qui ne payent leurs impôts que quand cela leur convient, avec les salutation des gabelous de la république
Un ville intelligente c'est une ville où n'importe qui peut être élu, une ville où les chances de gagner une élection locale n'est pas proportionnelle au degré de malhonnêteté du candidat (cf. les dernières élections municipales à Angers), ou au 2ème tour on avait le choix entre un politicien véreux ayant trempé dans les prêts toxiques aux collectivités locales et un politicien adoubé par son ex-patron et spécialiste du gaspillage "communication" des deniers publics.
Une ville intelligente, c'est une ville où les citoyens décident en fonction d'un raisonnement personnel et non en fonction du "vu à la télé" (comme les gamins au moment de noël ...).
a écrit le 01/12/2014 à 9:29 :
Une ville intelligente !!! Encore une invention à la gomme pour faire avaler des stupidités aux sossos qui vont adhérer à ce concept.
a écrit le 01/12/2014 à 9:04 :
Un Français sur deux ne sait pas ce qu’est une ville intelligente tout comme il ne savait pas ce que voulait dire "Union Européenne"!
a écrit le 01/12/2014 à 7:58 :
La ville intelligente serait-elle la pour palier a la bêtise ambiante qui s’accroît de jour en jour?
Ces génies du commerce ont-ils dans leur musette des écoles intelligentes qui éviteraient aux enfants de s'y rendre?
Une chose est certaine, nous allons de plus en plus vers une bêtise intelligente
a écrit le 30/11/2014 à 21:34 :
Un ville intelligente! Comme si le concept de ville était à la base intelligent.
Un ville n'est ni plus ni moins qu'un camp de concentration ouvert dans lequel on empile encore plus de gens sur de grandes hauteurs. Tu parles d'un concept intelligent! Vouloir rendre encore plus intelligent ce concept c'est de l'acharnement thérapeutique. La ville, il faut la réduire, l'aérer, la ventiler, la disperser, l'éparpiller, sinon le camp de concentration deviendra le ghetto qu'il commence à être, sera de plus en plus invivable ...et qu'il faudra finir par démolir.
Réponse de le 01/12/2014 à 7:55 :
+ 1. Voir Paris, les grandes capitales et les mégalopoles africaines, asiatiques et américaines. Invivables.
Réponse de le 01/12/2014 à 15:21 :
Allez faire un tour en Suède, les villages/villes sont très étalés (y a la place !!). Faut un vélo pour aller de l'une à l'autre. Bon, Stockholm, sur ses nombreuses iles, est un peu plus "concentré".
a écrit le 30/11/2014 à 19:47 :
Mais 1000 Français sur 1000 savent ce qu'est un politicien véreux. C'est le principal.
Réponse de le 01/12/2014 à 9:48 :
Et ils le réélisent.
a écrit le 30/11/2014 à 18:43 :
La solution c'est d'investir dans le shopping sexy en toute la France, partout. C'est l'avenir.
Réponse de le 01/12/2014 à 9:23 :
+50'000'000
a écrit le 30/11/2014 à 17:57 :
"aimeraient pouvoir suivre leur consommation énergétique à distance, sur Internet." quand Linky pour l'électricité, Gazpar pour le gaz seront installés, on pourra, sans doute moyennant un abonnement, accéder aux données de notre consommation. Ce qu'on peut faire aussi en se déplaçant devant les compteurs.
Pour l'eau, sais pas si y a des projets de compteurs communicants ? J'ai connu un modèle qui peut être interrogé depuis le couloir d'un bâtiment, sans entrer chez les abonnés, mais ça demande d'être à proximité.
Peut-être un jour des information locales sur le téléviseur ? Comme le Télétexte à une époque (qui utilisait une partie inutilisée de l'image afin de transmettre des données).
Réponse de le 30/11/2014 à 18:15 :
Et si on n'en veut pas? Pourquoi suivre nos consommation en temps réel? Le premier jour on y sera tous le temps; le lendemain de temps en temps, et au bout d'un an comme en ce moment on s'en inquiètera quand EDF nous demandera de relever le compteur ou quand on recevra notre facture.
En gros quel est la plus valu réel d'avoir encore des appareil qui consomment de l'électricité pour suivre un effet de mode comme avec tous les appareils connecté actuels dont 90% ne seront même plus utilisés dans 2 ans mais surchargeront les placards de ceux qui suive la mode...
Réponse de le 01/12/2014 à 7:59 :
@ la tri ... et Ph...: pleinement en accord. Le règne des gadgets qu'on veut nous imposer (à quel coût) et qui au final n'a qu'un intérêt limité. Il y a de nombreuses basiques et de bon sens pour limiter ses consommations sans nécessiter debéquilles électroniques
Réponse de le 01/12/2014 à 13:15 :
Linky est, à la base, fait pour éviter que du personnel ne se déplace pour lire les compteurs. Et avoir des relevés réels. Je relève mes compteurs le 1er du mois, pas besoin d'électronique.
Les ampoules à économie d'énergie, vous ne croyez pas que c'est fait pour votre porte-monnaie ? Leur usage est fait pour que, cumulées, les économies fassent qu'EDF ait moins d'énergie à produire, c'est tout.
Réponse de le 01/12/2014 à 20:29 :
Oui mais vu comment sont produite et recyclé ces ampoules, le gain est limité voir même inexistant... Quand aux compteurs, ils permettront juste de virés du personnel qui les relevaient sans pour autant réduire nos facture. Alors la ville intelligente j'aimerais autant que ce soit sans moi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :