L'opération "Il faut sauver le soldat Macron" est lancée

 |   |  1062  mots
Manuel Valls va personnellement présenter le contesté projet de loi Macron destiné à relancer la croissance
Manuel Valls va personnellement présenter le contesté "projet de loi Macron" destiné à relancer la croissance (Crédits : Reuters)
Pour protéger son ministre de l'Economie, c'est finalement le Premier ministre qui présentera, ce mercredi 10 décembre, le très contesté projet de loi "Macron" sur la croissance et l'activité. Un collectif de parlementaires socialistes, déçus par le texte, propose d'autres pistes pour réformer.

Il y a des signes qui ne trompent pas et qui montrent l'importance du moment. C'est le premier ministre lui-même qui présentera à la presse, demain mercredi 10 décembre à l'issue du conseil des ministres, le projet de loi « sur la croissance et l'activité ». Ce texte, jusqu'ici porté par le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, est censé libérer l'économie française en s'attaquant à de nombreux blocages : réforme des professions réglementées pour faciliter l'installation et la concurrence ; extension des possibilités du travail dominical et en soirée ; réforme de la procédure prud'homale ; simplification administrative; etc.

Mais, à ce stade, certaines des dispositions envisagées étant jugées trop libérales par une bonne partie des parlementaires socialistes, François Hollande et Manuel Valls craignent de ne pas trouver une majorité pour voter ce texte qui commencera d'être examiné le 22 janvier par le Parlement.

Manuel Valls s'engage personnellement

C'est pour cette raison que le Premier ministre monte au front personnellement. Non seulement parce qu'il juge indispensable l'adoption du texte pour booster la croissance, mais aussi parce que la « loi Macron » constitue un signal adressé à la Commission européenne pour prouver la bonne foi de la France en matière de réformes. La France est en effet dans le collimateur de Bruxelles pour ne pas respecter ses engagements européens.

De fait, à ce stade, le projet de loi Macron ne « passe pas » au PS. Non seulement la gauche du parti est vent debout contre lui, mais aussi les « frondeurs », notamment ceux qui se rangent derrière Martine Aubry.

Mais, plus préoccupant pour François Hollande et son Premier ministre, voilà d'autres franges du PS qui contestent le contenu de la loi Macron, mais qui se positionnent différemment à l'intérieur du parti. Il en va ainsi du collectif "Cohérence socialiste", sensibilité du parti composée de parlementaires qui s'étaient pourtant rangés derrière François Hollande dès la primaire socialiste de 2011, mais devenus critiques devant l'évolution du quinquennat.

"Cohérence socialiste" estime très faible l'impact sur la croissance...

Ce collectif juge le projet de loi Macron "pas assez ambitieux", voire "mou du genou", selon les propres termes de Karine Berger, députée des Hautes-Alpes et chargée des dossiers économiques au PS.

Or, pour ce collectif, le projet Macron est le dernier texte du quinquennat « qui permet de vraiment faire quelque chose pour réformer ». Et de juger que, si "les dispositions du projet de loi vont dans le bons sens et ont un impact positif sur la croissance, il est cependant très faible".

Le collectif a fait fonctionner ses calculettes et donne quelques exemples. Ainsi, autoriser les autocars à desservir toutes les villes de France générerait seulement "un chiffre d'affaires équivalent à 6 heures de travail supplémentaires de la SNCF par an". De même, "autoriser le travail des commerces du quartier Haussmann (à Paris) tous les dimanches de l'année ne générerait qu'un chiffre d'affaires équivalent à celui du centre commercial d'Evry". Ou encore, faire baisser de 5% les tarifs des notaires en France, « représenterait l'équivalent de la construction de 8 petits immeubles de 25 logements en France par an ». Concernant plus spécifiquement le travail du dimanche, Karine Berger ne voit pas là « un élément incontournable pour réveiller la France ».

... et propose d'agir pour la protection et le développement des PME

Autre critique, formulée par Yann Galut, député du Cher : il dit "ne pas comprendre la cohérence" d'une loi fourre-tout qui, du coup, ne va pas au fond des choses ».

Ne souhaitant pas se limiter à la simple critique, Cohérence socialiste entend donc "aller plus loin" et émet des propositions en faveur des entreprises, et notamment des PME, destinées « à avoir un impact significatif sur la croissance ».

  • Atténuer l'approche trop financière de la stratégie d'entreprise

Ainsi, le collectif propose "l'interdiction de la présence de dirigeants de banques, d'assurances ou de conseils et d'audit au sein des conseils de surveillance ou d'administration des grands groupes, pour atténuer l'approche trop financière de la stratégie d'entreprise".

Il prône aussi la limitation "à un seul mandat dans les conseils de surveillance ou d'administration hors de son propre groupe", afin de "limiter la similarité des décisions et des stratégies, et les conflits d'intérêts".

  • Faciliter les exportations

Le collectif constate également que les entreprises françaises ne sont pas assez aidées pour faciliter leurs exportations. L'Allemagne mettrait ainsi "dix fois plus de moyens dans la prospective, via l'assurance prospection" que la France. Il s'agirait donc, dans un premier temps, de "tripler" l'accompagnement des entreprises sur la prospection et de davantage impliquer la BPI dans l'aide à l'exportation.

  • Multiplier les brevets et en baisser drastiquement le coût

Il conviendrait aussi de revoir "la protection de la propriété intellectuelle et protéger l'invention française" qui serait "pillée". Il faudrait donc multiplier le nombre des brevets déposés en France qui permettent de couvrir toute l'Europe, et ce, en abaissant le coût de ce dépôt de... 36.000 euros actuellement à 1.500 euros.

  • Contrôle stratégique du fondateur de PME rachetée par un grand groupe

Autre piste évoquée par le collectif : permettre, comme en Allemagne, au fondateur d'une PME rachetée par un grand groupe de conserver le contrôle de la stratégie pour éviter que les grands groupes "cherchent à mettre la main sur des recherches abouties". Il s'agit d'une mesure clé "pour faire passer les PME à la taille d'ETI, ce qui est le principal seuil en France qui bloque la croissance des entreprises".

Pas touche au droit du travail sans négociation

Enfin, le collectif rappelle que les projets d'Emmanuel Macron - pas encore dans le texte de loi à ce stade - de revoir le droit du travail, notamment en facilitant la signature d'accords de "maintien dans l'emploi" qui permettent de limiter les salaires et/ou d'augmenter la durée du travail, sont "irrecevables car ils doivent d'abord faire l'objet d'une négociation entre le patronat et les syndicats".

Et Yann Galut de prévenir : "Les parlementaires vont présenter énormément d'amendements sur toute une série de questions. Il va y avoir un débat massif et franc." Cela promet du sport d'ici à la fin janvier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2014 à 12:08 :
Innover c'est bien et nécessaire ; MAIS à voir la tournure de cette loi ? une fois de plus il restera le souvenir d'un Ministre et de la '' LOI MACRON '' qui aura créé combien d'emplois et combien d'argent dans l'amélioration des comptes de l'état ? Comme le dit-on de Jacques Chirac !!! c'est une loi qui aura fait '' Pschitt .......'' c'est beaucoup de travail pour rien qui revient à quel prix ? qui rapportera combien ? <<<-----------https://www.youtube.com/watch?v=z2KWEEm_KLo
a écrit le 10/12/2014 à 11:46 :
Et pourtant tout les sondages et enquêtes d'opinion montre que tous les français (droite comme gauche) sont en faveurs de ce ministre et de son envie de réformer...Alors pourquoi ne respectent-ils pas la pensée de ceux qui les ont élus (tous partis confondus) mais non voyons faisons tout simplement de l'opposition de principe et ne faisons rien!!! Ca c'est beaucoup beaucoup mieux.... Quelle honte
a écrit le 10/12/2014 à 10:39 :
Macron est aussi prétentieux et nuisible que le petit Valls !
a écrit le 10/12/2014 à 9:40 :
les faux copains, ils se haïssent déjà car ils on tous deux des arrières pensées. Les faux jetons mais que macron se méfie l'espagnol est un spécialités des coups fourrés.
a écrit le 10/12/2014 à 9:31 :
Quand un gouvernement ne fait rien, c'est des caves, et quand il veut réformer, tous (fonctionnaires et professions libérales) manifestent ... Heu on fait quoi alors ???
Réponse de le 10/12/2014 à 18:26 :
on prend sa voiture et on fonce dans le mur ! C'est tellement évident ! Ou alors attendez 20h15 et regardez + belle la vie ! Nooooooon je blague
a écrit le 10/12/2014 à 9:09 :
un espagnol qui veut sauver un banquier, bizarre.
a écrit le 10/12/2014 à 8:36 :
Une solution pour sauver cette "mini" foi de réforme: l'article 49-3 de la Constitution. Engager la confiance du gouvernement pour forcer la main de la majorité!
a écrit le 10/12/2014 à 8:26 :
Valls est tombé dans le piège tendu par Hollande . Macron aura servi pour faire croire à Gattaz qu Hollande était de son coté , mais comme pour être réélu il faut un certificat de gauche à Hollande , Macron sera sacrifié quant l heure viendra . Gattaz l à compris et Valls aussi , ce qui va suivre est donc très intéressant.
a écrit le 10/12/2014 à 8:01 :
un petit début de réforme

ce n est pas a la hauteur des 9 millions de chomeurs
c est plutot dans le genre 15000 emploi jeune

les socialistes n ont rien a proposer pour regler les problemes de la france
et je pensais que les resultats des élections partielle les feraient bouger

mais non ils vont finir au fond du trou

rendez vous aux régionnales et cantonnales pour rigoler un peu !!
Réponse de le 10/12/2014 à 9:15 :
Même pas la peine que le PS fasse imprimer des bulletins...
a écrit le 10/12/2014 à 7:39 :
Ouverture du dimanche et le 24/7 pour les commerces et Cies qui le désire. Réforme de la sécurité sociale, réforme des privilèges du secteur public (haute sphère) réforme de l imposition, réforme des charges patronales, prélèvement de l impôt à la source, réforme des administrations, réforme de la police, il y a du boulot et j en passe.
a écrit le 10/12/2014 à 5:52 :
C'est avec plaisir que l'on voit tout ce que le pays compte de conservateurs se crisper. Les forces de l'immobilisme se liguent de l'extrême droite a l'extrême gauche.

Tenez bon on (ceux qui bossent) est tous avec vous!
Réponse de le 10/12/2014 à 9:12 :
vous avez raison de bosser. Moi je profite du système, continuez. Il es 9 heures 30 et je vais boire tranquillement mon café. Il faut augmenter les aides car avec les restos du cœur on est un peu juste.
Réponse de le 10/12/2014 à 9:38 :
moi je ne bosse pas donc je ne suis pas avec vous.
a écrit le 10/12/2014 à 0:41 :
Baisser le cout de l'Etat pour baisser les impots et ainsi relancer l'activité du secteur privé, ca a a l'air super trop complexe à admettre et mettre en oeuvre. Virer 500 000 fonctionnaires c'est impossible, car évidemment si un jour on en vire on commencera par ceux qui sont vraiment indispensables, les planqués dans les services ou il est obligatoire de lire le journal jusqu'à midi seront inquiétés en dernier.
a écrit le 09/12/2014 à 23:32 :
Le rapport du Conseil d'état, qui vient de paraitre, est profondément choquant et scandaleux : il se fait le défenseur de principes de l'Ancien Régime, comme le "droit à la présentation", qui consiste à revendre des "charges" (notaires, commisseurs priseurs etc). C'est à cause de cela que la Révolution a eu lieu !!! Comment peut-on encore accepter de telles horreurs au XXIe siècle ??? Que l'on abolisse les privilèges, enfin !!!
Réponse de le 10/12/2014 à 2:59 :
+1
Réponse de le 10/12/2014 à 9:08 :
J'approuve
Réponse de le 10/12/2014 à 9:16 :
Sinon pour la guillotine, j'ai les plans et j'aime bien bricoler...
a écrit le 09/12/2014 à 23:11 :
De toute façon les socialistes comme les UMPistes sont des schysos dans l’âme, aucun de ces partis n'ayant le courage de faire les vraies réformes qui s'imposent, ayant trop peur des l'émeutes, des couilles molles en puissances qui mettent les citoyens français (ceux qui paient des impôts) dans la merd....
Réponse de le 10/12/2014 à 9:35 :
Donc quoi ? Voter les extrêmes ? JAMAIS !! Le mirage de nous nous oserons fait déjà suffisamment croire aux électeurs que se sera possible !! Ils sont surtout irresponsables ! Gare !!
a écrit le 09/12/2014 à 22:59 :
Et le sauveur c'est Manolo !!!

Ils sont morts
Ils n'ont rien tenté et les français vont les cartonner comme jamais

Valls avait de la volonté avant d'être 1 er ministre depuis c'est le néant à l'image de son chef
Réponse de le 09/12/2014 à 23:33 :
Du bricolage car c'est trop risqué de faire des vrais réformes
Encore 2 ans a tenir
a écrit le 09/12/2014 à 21:23 :
une chose est sûre, Macron n'a rien à faire dans un gouvernement socialiste...
il a travaillé dans le privé auparavant, il n'aura pas besoin d'aller prendre des cours après son passage au ministère à l'INSEAD comme l'autre crétin.
a écrit le 09/12/2014 à 20:59 :
Le problème de Valls et Macron est qu'ils se sont trompés de parti. Leur politique est bonne mais leur majorité PS archaïque et leur opposition UMP immature et incompétente.
Réponse de le 10/12/2014 à 1:58 :
+1000
a écrit le 09/12/2014 à 20:56 :
Les gouvernements Sarkozy/Fillon ont sombré comme un Titanic 2,
les gouvernements Hollande / Valls sombrent comme le Titanic 3.
Réponse de le 09/12/2014 à 21:42 :
excusez moi mais en quoi? "Sarkozy/Fillon ont sombré comme un Titanic 2" pourriez développer avec des chiffres svp vs Allemagne durant 2007/2012, merci
Réponse de le 10/12/2014 à 8:01 :
Déficit budgétaire entre 2007-2012
2007 −2,7 %
2008 −3,3 %
2009 −7,5 %
2010 −7,0 %
2011 −5,2 %
2012 −4,9 %
C'est ce que j'appelle une belle réussite...
Réponse de le 10/12/2014 à 8:22 :
C'est clair, les Français ont rejeté les gouvernements Sarkozy/Fillon pour leur très mauvais résultats, pour les pitoyables affaires et leurs turpitudes durant tout le temps où ils ontété aux affaires sous Chirac puis sous Sarkozy ;
Les Français ont de la mémoire, ils n'ont trien oublié et ils n'oublieront pas les mêmes désolations des gouvernements Valls Hollande.
Réponse de le 10/12/2014 à 8:57 :
Ils ont de la mémoire mais ils continu d'élire des Juppé et autressss....ça laisse perplexe !aujourd'hui les gens votent faute de mieux .la marine a toutes ses chances mais une fois élu quoi de nouveaux ?Et si pas de changement quelles réactions?
a écrit le 09/12/2014 à 20:44 :
Socialisme en France = communisme.
a écrit le 09/12/2014 à 20:28 :
Macron, Valls, Hollande ne font pas de profondes réformes de structures ( retraites, régimes spéciaux,35 heures, sécurité sociale etc..) et c' est pourquoi ils sont foutus en 2017, et même avant. Ce ne sont pas des ouvertures du dimanche qui vont relancer le pays qui est à genoux, le chômage grimpe de 1000 nouveaux chômeurs par jour. Ce qu' il faut c' est réduire très fortement le train de vie de cet Etat obèse et donner enfin à ceux qui crée de la richesse toutes les possibilités de gagner de l' argent et ensuite d' embaucher ces milliers de chômeurs.
Réponse de le 09/12/2014 à 21:07 :
Encore un YAKA, FOCON. Pourquoi tu ne te présentes pas avec tes bonnes idées...Mdr
Réponse de le 09/12/2014 à 22:38 :
Ils ne comprennent rien ces énarques

Les francais voient bien qu'il font de la com et rien d'autre
Déjà 2 ans et demi de perdu

Encore 2 bonne racle l'an prochain aux élections

Réponse de le 10/12/2014 à 9:16 :
Tu prêche pour ta paroisse ne serais tu pas un gros égoïste. Quand tu parles de milliers de chômeurs tu t'es trompé tu voulais parler de milliers de billets de banque dans tes fouilles.
Réponse de le 10/12/2014 à 12:16 :
Non, je suis au chômage, Monsieur !!
a écrit le 09/12/2014 à 19:30 :
Il n'y a rien à sauver. Cette pseudo-loi n'apportera pas de croissance, les Français sont fauchés. Macron dans ses palais dorés ne connaît rien à la vie des petites gens qui n'auront pas plus d'argent à dépenser le dimanche qu'en semaine et pour prendre le car plutôt que le train. La croissance ne pourrait venir que d'une exportation forte et soutenue, obtenue par des entreprises sans boulets aux pieds. Tous ces énarques et similaires sont à virer, incompétents et inutiles.
a écrit le 09/12/2014 à 18:58 :
MARINE MARINE MARINE !!!
Réponse de le 09/12/2014 à 19:31 :
Pour quoi faire ? Sans programme viable puisque sans réelle sortie de l'Union, dès lors, quelle perte de temps !! Il faut sortir de l'Union et seule la méthode UPR le permet. A suivre pour les curieux sur UPR.fr, avec un homme atypique qui se donne les moyens de ses ambitions, François ASSELINEAU, étonnant et détonnant, tout en même temps
Réponse de le 09/12/2014 à 20:08 :
Le suicide reste autorise, allez y... A défaut de vous instruire.
a écrit le 09/12/2014 à 18:57 :
Un mec de droite dans la sphère socialiste, libéral aux dents longues, young leader, pauvre gars, en France… Un cumulard, autant dire un condamné à mort…!!!
a écrit le 09/12/2014 à 18:52 :
Pauvre MACRON !! Que diable est il allé faire dans cette galère socialiste
Réponse de le 10/12/2014 à 9:17 :
tout simplement se remplir les fouilles, il s'y connaît c'est un banquier qui en croque tous les jours et maintenant il gère les enveloppes.
Réponse de le 10/12/2014 à 9:19 :
En politique (en entreprise aussi ça existe), ça s'appelle envoyer un jeune au casse pipe.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :