Réforme territoriale : le Sénat accorde aux Régions le pilotage des politiques de l'emploi

 |   |  472  mots
Le Sénat souhaite que les Régions pilotent les politiques de l'emploi au dépens de l'Etat.
Le Sénat souhaite que les Régions pilotent les politiques de l'emploi au dépens de l'Etat. (Crédits : Reuters)
Dans le cadre de l'examen par le Sénat de la loi répartissant les compétences entre régions, départements et communes, une majorité sénatoriale veut faire de la région le pilote des politiques de l'emploi... Le gouvernement n'est pas de cet avis.

On s'y attendait. Le Sénat a accordé dans la nuit de jeudi à vendredi la coordination des actions du service public de l'emploi aux Régions malgré l'opposition du gouvernement qui craint une déstabilisation de Pôle emploi.

Les sénateurs ont ainsi rejeté en première lecture à une très large majorité un amendement du gouvernement qui a proposé plusieurs mesures de coordination des politiques de l'emploi, alors que leur commission des lois avait modifié le projet de loi sur "l a Nouvelle organisation territoriale de la République" (NOTRe).

Une majorité de Sénateurs pour accorder aux Régions un rôle primordial pour l'emploi

L'ensemble des sénateurs de droite, UMP et centristes, mais aussi les écologistes et ceux du groupe RDSE (à majorité PRG) ont voté contre l'amendement gouvernemental, soit 229 élus, tandis que les socialistes se sont abstenus et que les 19 sénateurs communistes ont voté pour.

Le texte sera probablement modifié par la suite par les députés. "Le gouvernement sera ouvert aux propositions qui seront faites lors de la navette parlementaire, en ce qui concerne les services déconcentrés en matière de soutien de l'emploi", a assuré la ministre de la décentralisation Marylise Lebranchu.

"Le service public de l'emploi doit améliorer ses résultats, nous en sommes tous convaincus, (..) à commencer par une meilleure territorialisation des objectifs et des acteurs, une meilleure coordination de ces derniers", a encore souligné la ministre

Selon elle, "nous n'avons pas besoin de transferts de compétence mais de volonté commune de s'engager pour un objectif: l'emploi", et "rien ne serait pire que de déstabiliser un système qu'il faut d'abord faire mieux fonctionner au plus près du terrain".

Les sénateurs examinent jusqu'au 27 janvier les 1.117 amendements qui ont été déposés sur ce texte de 37 articles.  Ensuite le texte ira à l'Assemblée nationale.

Reconnaissance des compétences économiques des Régions

Ils ont jusqu'à présent adopté la suppression de la clause de compétence générale des régions tout en leur attribuant un pouvoir réglementaire.

Ils ont donné leur feu vert au renforcement de leurs compétences en matière de développement économique tout en préservant celles des communes et intercommunalités,

Ils ont aussi validé le renforcement du rôle de la région et la rationalisation des interventions des divers niveaux de collectivités en matière d'aides aux entreprises et de soutien aux actions de développement économique. A cette occasion ils ont confirmé les dispositions de la loi sur les métropoles, selon lesquelles celles-ci participent au pilotage des pôles de compétitivité situés sur leur territoire.

Les débats risquent également d'être houleux sur la question de savoir à qui reviendra la compétence pour la gestion des collèges.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2015 à 16:11 :
A quand la fin des département et le choix des compétences clair entre les régions,L'état, et les communautés de communes....
On ferait de large économie et cela serai moins compliquer pour tout le monde
a écrit le 19/01/2015 à 16:22 :
On nous annonce une baisse du nombre de délivrances de permis de construire. L’Etat est-il contre le logement ? Au Japon, il existe moins de place, mais dans un pays de densité égale à la moitié de nos voisins, ne peut-on pas se demander si l’Etat n’a pas une politique malthusienne ?

Le but est-il de ne rien faire contre le chômage?

ON NOUS SERT L'ECONOMIE DE PENURIE!
a écrit le 18/01/2015 à 1:47 :
On annonce pour 2015, +100 000 chômeurs... un déficit qui augmente en 2014 avec celle des impôts.
Et que dire de la balance des paiements annoncée en 2014 à -41 milliards, en négatif tous les ans depuis 2005. Ne sommes-nous pas un panier percé?
Les allemands font rentrer dans le pays 237 milliards...
a écrit le 17/01/2015 à 19:44 :
"le Sénat accorde aux Régions le pilotage des politiques de l'emploi"?
C'est normal on est gouverné par des incapables...
Réponse de le 20/01/2015 à 16:10 :
Quand on vois l'efficaciter de pole emploi.... Cela ne peux pas etre pire
Il faudrait plutot régionaliser POLE EMPLOI qui serai géré à la fois par la structure et des personne de la région
a écrit le 17/01/2015 à 9:30 :
Il ne faut pas compter sur le sénat pour supprimer les départements et regrouper les communes, a quand les économies et la suppression des milliers d'élus et haut fonctionnaires qui coûtent cher aux contribuables ?
a écrit le 17/01/2015 à 8:42 :
Ce qui compte maintenant, après avoir choisi la mauvaise solution de conserver des régions et de poursuivre dans la direction de la décentralisation, c'est d'aller jusqu'au bout des raisonnements et de cesser de faire gérer des fonctions en double entre l'état et les CL (par exemple entre Direccte et région ou rectorat et région), en accompagnant cela d'une autonomie totale des CL (financements exclusifs par impôts locaux ou redevances). Après, il faudra que les français changent de comportement car au moindre problème ils ne connaissent que le maire ou le président de la république et dans le futur ni l'un ni l'autre n'auront les solutions...
a écrit le 17/01/2015 à 2:29 :
Chouette un levier pour une politique! Le slogan c'est à la barre?
Et pour Haroun el Poussah?
a écrit le 17/01/2015 à 0:09 :
Encore un levier pour le clientélisme local histoire de pourrir encore un peu nos politiques !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :