Franc suisse : la facture pourrait dépasser le milliard d'euros pour les collectivités

Le secrétaire d'État au Budget Christan Eckert a expliqué jeudi que le gouvernement quantifier le coût de la hausse du franc suisse face à l'euro. S'il espère que celui-ci ne dépassera pas le milliard d'euros, l'agence de notation Moody's a estimé à 3 milliards d'euros l'exposition au franc suisse des collectivités locales françaises et des hôpitaux.

2 mn

Avec l'envolée du franc suisse consécutive à la suppression du plafond du taux de change contre l'euro, les taux d'intérêt de certains emprunts ont parfois été multipliés par trois, d'après le président de l'Association des acteurs publics contre les emprunts toxiques, Christophe Greffet.
Avec l'envolée du franc suisse consécutive à la suppression du plafond du taux de change contre l'euro, les taux d'intérêt de certains emprunts ont parfois été multipliés par trois, d'après le président de l'Association des acteurs publics contre les emprunts toxiques, Christophe Greffet. (Crédits : © Dado Ruvic / Reuters)

La France risque de payer cher la fin du cours plancher du franc suisse. Le coût de la hausse du franc suisse sur les crédits structurés contractés par les collectivités locales françaises pourrait atteindre un milliard d'euros, a déclaré jeudi 29 janvier le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, lors de la séance des questions au gouvernement au Sénat.

"Nous sommes en train de quantifier la nouvelle donne, dont le coût à l'évidence ne sera pas nul et peut atteindre plusieurs centaines (de millions) voire un, j'espère pas plus, milliard d'euros."

Il a poursuivi :

"En fonction de ça, nous recevrons dans les jours qui viennent les représentants des collectivités (...) mais aussi de certains secteurs hospitaliers. Nous allons voir comment les nouvelles règles pourront au mieux connaître une adéquation avec la nouvelle donne."

Mise en place d'un fond de soutien de 1,5 milliard d'euros

L'État a mis en place un fonds de soutien pour venir en aide aux collectivités ayant contracté des emprunts structurés parfois qualifiés de "toxiques", pour la plupart indexés sur le franc suisse. Son montant, de 1,5 milliard d'euros, pourrait ne pas suffire au vu de la hausse brutale récente de la devise suisse.

L'agence de notation Moody's a estimé à 3 milliards d'euros l'exposition au franc suisse des collectivités locales françaises et des hôpitaux.

Cinq milliards d'euros d'emprunts indexés sur le franc suisse

Le président de l'Association des acteurs publics contre les emprunts toxiques, Christophe Greffet, également vice-président du conseil général de l'Ain, avait estimé que près de cinq milliards d'euros d'emprunts indexés sur le franc contractés par des collectivités locales restaient à rembourser.

Avec l'envolée du franc suisse consécutive à la suppression du plafond du taux de change contre l'euro, les taux d'intérêt de ces emprunts ont parfois été multipliés par trois, avait-il indiqué.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 31/01/2015 à 18:42
Signaler
Les gestionnaires qui ont contractés de tels emprunts toxiques (parié sur du franc suisse ou autre monnaie étrangère, aberration!!!!) sont les seuls responsables et doivent payer et trainer en justice. Les collectivités ne devraient elles pas être ob...

à écrit le 31/01/2015 à 17:36
Signaler
chapeau et les contribuables qui on empruntés en franc suisse qui perde au change on leur augmente les impôts si l inverse était arrivé ont leur demandera la différence

à écrit le 31/01/2015 à 9:30
Signaler
la guignol du fmi ne savais rien et n'a rien vu venir ont se moque de qui et ont creer une nouvelle crise encore un tour de passe passe

à écrit le 30/01/2015 à 16:49
Signaler
Allez - y braves gens après avoir renfloué les banques en 2012 notamment ( DEXIA dont les trois principaux dirigeants ont vu leur rémunération augmentée de 30 % au 1er janvier 2014) mettez maintenant la main à la poche pour renflouer les collectivit...

à écrit le 30/01/2015 à 9:13
Signaler
on s'achemine droit vers une hausse de la csg ou de la tva pour renflouer les collectivités.sinon finis les investissements=plus de travail pour les entrepreneurs et hausse du chomage.

à écrit le 30/01/2015 à 8:51
Signaler
Ou sont les responsables???? jamais de responsables en France avec interdiction de gerer une ville donc d etre maire, voir si magouilles etc etc.... rien on appelle le contribuable à chaque fois...mais pas pour le partage du benefice..

le 30/01/2015 à 11:52
Signaler
En France les responsables on les connaît le contribuable bien sûr celui à qui on ne demande jamais son avis pour emprunter pour préter mais à qui on ne demande jamais son avis non plus pour lui faire rembourser des dettes qu'il n'a pas contracter.

à écrit le 30/01/2015 à 8:36
Signaler
On ne peut pas ressortir le Fonds de solidarité à tout bout de champ, et penser que cela résoudra tous les problèmes. D'abord ce fond concernait les collectivités et leur prêts - et il est certain que dès son initialisation il n'était pas suffisan...

à écrit le 30/01/2015 à 8:09
Signaler
Révolution culturelle je vous dit...

à écrit le 30/01/2015 à 7:31
Signaler
Et à combien estime-t-on les économies réalisées jusqu'ici par les collectivités grâce aux prêts structurés en franc suisse ? Pourquoi ne voir qu'un aspect du problème ?

à écrit le 29/01/2015 à 23:40
Signaler
À quand le procès des responsabilités ?

le 30/01/2015 à 5:56
Signaler
Car Dexia, grand responsable de cette cata a été repris par les états français et belge qui ne veulent pas absorber toutes ces créances pourries. En résumé, l'état (collectivités locales), doit ferrailler avec l'état (banquier)...le serpent qui se m...

à écrit le 29/01/2015 à 22:58
Signaler
+1 Matth

à écrit le 29/01/2015 à 20:19
Signaler
Ces élus des collectivités sont comme la classe politique grecque incompétents, irresponsables. Ils devraient être démis de leurs mandats comme les politiques grecs. Je ne vois pas pourquoi cela serait à l'état et donc aux contribuables de payer.

le 29/01/2015 à 21:09
Signaler
Ce n'est meme pas çà. A ce niveau de responsabilité, Ils ne devraient pas avoir la possibilité de souscrire des emprunts dans une devise etrangere (ou indexe que sais je). Qu'ils soient incompetents sur ce genre de domaine, c'est un peu normal. Tout ...

le 29/01/2015 à 21:55
Signaler
Vous avez parfaitement résumé le VRAI problème. Ce genre de produits devraient être même interdits. On ne peut pas demander a un élu de comprendre des produits crées par des petits génies des mathématique et du business dans l'unique but d'embourb...

le 30/01/2015 à 7:40
Signaler
Pas d'accord avec vous. Il n'est nul besoin d'avoir fait HEC pour savoir que les indices euro/dollar, euro/yuan ou euro/je ne sais quoi sont fluctuants. Un bon père de famille avec quelques économies à placer le sait! Il s'agit d'une faute grave dont...

à écrit le 29/01/2015 à 20:11
Signaler
Incomprehensible que des collectivites aient pu se faire flouer de la sorte, sans que personne ne soit responsible.

le 29/01/2015 à 20:39
Signaler
Ils ne se sont pas fait flouer. Ils bouclent leurs budget à coup d'emprunts et comme ils sont incompétents et qu'ils veulent dépenser toujours plus pour des motifs ... culturels non indispensables etc , les banques classiques ne les suivent plus, ils...

à écrit le 29/01/2015 à 20:09
Signaler
Mais enfin comment des pintades pareilles ont elles pu intégrer de telles responsabilités? Emprunter avec des taux indexés sur une devise étrangère! Et pourquoi ne pas jouer avec l'argent du contribuable sur le forex tant qu'on y est?

à écrit le 29/01/2015 à 19:58
Signaler
quand on n 'est pas doué et , ou incompétent pour les affaires on emprunte dans la meme devise que ses recettes .... et .....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.