Paris de nouveau sur le podium mondial des investissements

 |   |  508  mots
Les investissements reviennent dans la Ville Lumière.
Les investissements reviennent dans la Ville Lumière. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Paris est de nouveau dans la course. Après 5 années de grande faiblesse, la capitale a repris sa place dans les trois métropoles mondiales les plus attractives pour les investisseurs étrangers. Mais Londres fait toujours la course en tête, loin devant tout le monde.

Paris est de retour. Après une "descente aux enfers" entre 2008 et 2012, selon Pierre Simon président de Paris Ile-de-France Capitale Économique, la capitale et la région sont en 2014 revenus sur le podium des métropoles mondiales les plus attractives pour les investisseurs étrangers.

C'est le résultat de l'enquête annuelle menée par KPMG qui recense les projets d'investissements nouveaux, les "Greenfields", dans le monde. Sur 25 métropoles mondiales et 142.000 projets analysés en 2014, Paris se refait une place au soleil. La Ville Lumière se hisse à la troisième place du podium, derrière Londres - première, et qui continue à faire la course très loin en tête et creuse l'écart avec tout le monde - et Shanghai, deuxième, mais devant Sao Paulo, Hong Kong et New York.

 Des investissements stratégiques

Une nouvelle d'autant plus bienvenue que l'enquête montre que Paris récupère sa place de 2007, c'est-à-dire d'avant la crise certes, mais qu'elle le fait en attirant du lourd, du stratégique : 31 siège sociaux d'entreprises mondiales contre 32 à Londres, mais plus de centres de recherche et développement que Londres.

Surtout, le Grand Paris est en train d'acquérir un profil plus diversifié que le Grand Londres. Certes, nos meilleurs ennemis les Anglais font toujours la course en tête, mais Paris est en train de réussir à stabiliser les investisseurs européens (50% des investissements étrangers) et à progresser auprès des Américains : 87% des investissements sont européens ou américains. Reste donc, par voie de conséquence, une grande faiblesse avec le Moyen-Orient (2% des investissements étrangers) et surtout avec les BRICs.

S'il est logique que les Indiens investissent spontanément à Londres, personne n'arrive encore à comprendre pourquoi les Chinois et les Brésiliens ne sont pas plus présents dans le Grand Paris, qui fait à peine jeu égal avec Francfort sur ce créneau, quand Londres, Düsseldorf ou Barcelone les attirent.

L'émergence de Sydney, la disparition de Moscou

L'enquête montre également un monde en train de changer, en train de se rééquilibrer. Des métropoles apparaissent avec une place de plus en plus importante.

C'est le cas de Dublin qui sait fiscalement attirer les investissements et progresse presque aussi fortement que Paris dans le classement, et c'est le cas de Sydney qui n'est entrée dans le Top 25 de KPMG qu'en 2013 mais qui s'impose de plus en plus dans la région Asie-Pacifique. Les investissements étrangers y ont progressé de 20%  et la ville a capté plus d'investissements stratégiques en 2014 que São Paulo, Hong Kong, Pékin ou San Francisco, et talonne maintenant New York.

Des métropoles disparaissent également : la chute la plus spectaculaire est celle de Moscou qui semble disparaître des écrans radar des investisseurs. Comme Varsovie a également disparu, plus aucune ville d'Europe de l'Est n'apparaît, et les investissements en Europe se répartissent désormais entre Londres, Paris, Barcelone, Amsterdam et les allemandes (Düsseldorf et Francfort essentiellement). La "vieille Europe" est aussi de retour.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2015 à 6:30 :
Ok dites moi le loyer de 40 mètres carrés d'un logement moyen dans Paris 14è ?
Et dites moi le salaire moyen d'un parisien habitant le 14è ?
a écrit le 08/03/2015 à 11:27 :
Petite claque au bashing habituel, lamentable et lassant.
Effectivement , la France accueille de nombreux centres de recherche.
Et c'est tout bon.
.
26-01, Alexion, laboratoire américain spécialisée dans la lutte contre les maladies rares potentiellement mortelles, a décidé d’ouvrir à Paris son premier centre de R&D étranger. France, le pays idéal pour accélérer le développement de traitements contre les maladies rares.

23-02, Le géant canadien de l'énergie, Hydro-Québec, vient d'annoncer l'ouverture d'une filiale à Lacq (Pyrénées-Atlantiques), en partenariat avec la Région Aquitaine. Objectif : créer sur place toute la chaîne de production des batteries du futur. Des batteries révolutionnaires, capables de stocker dix fois plus d'énergie que les lithium-ion.
.
Parenthèses:
la France va vraiment finir par être la nation des top-batteries.
Déjà avec notre numéro 1 mondial Saft, satellites ( dont l’US Air force), avions (dont F35), hélicos, blindés, torpilles, stockage pour panneaux solaires, etc…..
.
Puis avec le petit nouveau des panneaux + batteries :
Akuo Energy, leader mondial des centrales de production d’électricité photovoltaïques couplées avec des solutions de stockage. Qui, ce début d’année, vient de signer un accord aux Philippines et un autre en Indonésie (avec DCNS et Vinci).
a écrit le 08/03/2015 à 7:55 :
Paris attire surtout les investisseurs amoureux de la ville musée, des restos, ... Ceux-ci achètent leur pied à terre, leur hotel particulier et puis point à la ligne (et encore la tendance des achats immobiliers est à la baisse tant les non résidents ne comprennent rien à ce système fiscal, son instabilité et son niveau délirant).
Par contre, les investisseurs entrepreneuriaux ont compris depuis belle lurette qu'il valait mieux se tenir en dehors des frontières de la France...
a écrit le 08/03/2015 à 7:37 :
L'économie chinoise n'est pas saine sur du moyen/long terme. Quant à Londres, la ville est dopé par la finance de marchés (que l'on sait fluctuante sic...) et le blanchiment d'argent. En tant qu'investisseur je préférerais donc investir en France, qui est un pays plus stable et plus fiable économiquement. En tant que spéculateur évidemment les choses sont différentes!
a écrit le 07/03/2015 à 22:39 :
Classement étrange
a écrit le 07/03/2015 à 22:05 :
Quelle blague ! Quel est le montant des investissements productifs réalisés à Paris? Ça doit être proche de zéro. La France est un mauvais plan pour investir. L'état y est est trop menteur, trop voleur, trop marxiste et les Français sont trop méchants et jaloux.
a écrit le 07/03/2015 à 12:05 :
Eviter de trainer en Seine Saint-Denis, et dans la plupart des banlieues et certains arrondissements !!!
Réponse de le 08/03/2015 à 10:44 :
Salut membre du FN. Tu t'es perdu?
a écrit le 07/03/2015 à 10:06 :
Effet d'aubaine, du à la force du dollar, et certaine abondantes trésoreries offshore des firmes US, qui permet d'envisager des investissements précédemment envisagé ailleurs. Ces mêmes replieront de la toile aussi vite lorsque la parité s'inversera, cela a déjà été le cas dans le passé. L'attractivité propre de Paris n'a pas grand chose à voir là-dedans.
Réponse de le 07/03/2015 à 12:15 :
parce que Berlin, Rome, Oslo, etc...... ne sont pas concernées par le changement de parité euro/dollars ? Expliquez svp
Réponse de le 08/03/2015 à 0:16 :
Les prix de départ dans ces villes ne sont pas les mêmes, le niveau de vie y est environ 1.5 fois plus élevé, même si l'immobilier y est moins cher et les taxes moins lourdes. par ex. La France perd entre 03 et 0.4 point de compétitivité par an vis à vis de l'Allemagne depuis 10 ans, cela ouvre des opportunités d'achat , et d'installation pour des firmes riches en liquidités dollar lorsque l'euro baisse
a écrit le 07/03/2015 à 9:51 :
Resterait-il quelques miettes pour les villages provinciaux comme Marseille, Lyon, Toulouse...?
a écrit le 06/03/2015 à 22:42 :
Les adeptes du french bashing en seront encore pour leur compte.
a écrit le 06/03/2015 à 17:48 :
Paris devant New York ? Même Berlin est une ville plus intéressante de nos jours. Faut arrêter le manuel mon gars. Bon, je sais, dire qu'on est les meilleurs, ça rassure, même si c'est faux (Lire les commentaires de Kevin O'Leary sur l'attractivité de la France).
a écrit le 06/03/2015 à 16:37 :
Ils ont finalement réalisé que Sarkozy était parti !
a écrit le 06/03/2015 à 14:57 :
Nous voilà rassurés. Hidalgo ne semble pas y être pour grand chose. Par contre la chute de l'€uro certainement et la matière grise ne fonctionnant pas au pétrole >>>podium.
a écrit le 06/03/2015 à 13:48 :
"La "vieille Europe" est aussi de retour."
elle n'est jamais partie pour la simple raison que la nouvelle Europe n'est jamais arrivée... sauf dans la pensée américaine.
a écrit le 06/03/2015 à 12:32 :
Que de bonnes nouvelles depuis ce début d'année.

Il était temps ! mon Urssaf, mon RSI, mes cotisations retraite obligatoires et la TVA vont enfin baisser. Peut être même l'impôt sur le revenu.

Et avec encore une ou deux bonnes nouvelles l'explosion des impôts locaux attendue pour les 2 prochaines années sera peut être annulée.

Si ça continue je vais finir par embaucher cette année.
a écrit le 06/03/2015 à 11:23 :
un bon coup en plus de JO et/ou d'expo universelle là dessus nous permettrait d'accélérer le mouvement. Ca rend encore plus débile et même carrément nuisible, les bisbilles bassement politiques autour du Grand Paris. Avec la volonté de développer rien que les transports, on attirerait des masses d'investissements rien qu en opérations immobilières.
a écrit le 06/03/2015 à 11:17 :
Cela s'appelle ...M.J.P. Gonguet de l'optimisme conjoncturel Made In France ...attendons la suite...pour voir si le podium est à la 'hauteur des espérances....
a écrit le 06/03/2015 à 10:04 :
derrière 2 paradis fiscaux, donc en réalité n°1.
C'est la french bashing habitude qui va en prendre un coup derrière la nuque, à commencer par les mélanchonistes-lepénistes.
Même si nos politiques droite-gauche ont du mal à faire le job et sont pour beaucoup lamentables, à la fin, la France, inébranlable, amortie toutes les crises, traine à repartir, mais gagne. Fin 2015 / début 2016, la courbe du chômage s'inversera définitivement et avant 2020, les compteurs seront corrigés par rapport à l'Allemagne. L'Angleterre, paradis du blanchiment est déjà larguée. Nos bureaux d'études sont les plus performants, patrons et salariés sont en train de rectifier le tir. Et la création, l'imagination et donc l'innovation sont en France, voir en Italie, mais pas en Allemagne ni Royaume-Uni, qui avec leurs mentalités ringardes, bourgeoises et rapaces auront au bout du compte tout faux.
C'est aussi normal qu'avec le merdier crée par les russes, les investisseurs fuient Moscou et les pays qui sont sous sa menace.
Un jour ou l'autre, il faut régler l'addition, et pour l'ours, la note va être salée.
Sans compter que Moscou entraine aussi Minsk et Astana dans sa dépréciation économique et diplomatique.
a écrit le 06/03/2015 à 8:56 :
La baisse de l'Euro vis-à-vis du dollar attire les spéculateurs, en recherche de plus-values. La carte d'identité de l'investisseur est différente du spéculateur, qui réalisera ses bénéfices quand le vent risque de tourner.
Réponse de le 06/03/2015 à 10:18 :
Enfin une nouvelle positive, mais ce n'est pas grave!
Réponse de le 08/03/2015 à 7:29 :
Je ne pense pas qu'installer son siège social relève de la spéculation. De plus la baisse de l'euro est très récente.
a écrit le 06/03/2015 à 8:18 :
Ah Londres ! la ville de la finance sans scrupule, première interlocutrice des paradis fiscaux... C'est ça l'efficacité économique ? Parce que les investissements à Londres, ils développent l'industrie anglaise ?
Réponse de le 06/03/2015 à 13:28 :
Si on enlevait la mgouille fiscale et et les activités non conformes à une certaine éthique économique, Londres ferait piètre figure; mais parler de morale en économie, c'est pas convenable;
Réponse de le 09/03/2015 à 18:39 :
Tu enleves la lessiveuse City , les investissements du Quatar et le petrole de la Mer du Nord , il reste quoi au RU ? La France a au moins le merite d avoir une eco diversifiée .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :