Le nombre d'actionnaires salariés diminue, mais la France reste championne d'Europe

 |   |  232  mots
L'Hexagone (3,49 millions) reste toutefois le pays où l'actionnariat salarié est le plus développé devant la Grande-Bretagne (2,35 millions)
L'Hexagone (3,49 millions) reste toutefois le pays où l'actionnariat salarié est le plus développé devant la Grande-Bretagne (2,35 millions) (Crédits : © Brendan McDermid / Reuters)
Le nombre de salariés qui possèdent des actions de leur entreprise a diminué de 3,5% depuis trois ans, selon un recensement de la Fédération européenne de l'actionnariat salarié (Feas) consulté lundi par l'AFP. Les entreprises sont toutefois de plus en plus nombreuses à proposer des actions à leurs salariés.

Le nombre de salariés qui possèdent des actions de leur entreprise a diminué de 342.000 en Europe depuis trois ans, selon un recensement de la Fédération européenne de l'actionnariat salarié (Feas) consulté lundi 9 mars par l'AFP. Les données publiées par la Feas portent sur 2.509 grandes entreprises européennes représentant 35 millions de salariés.

D'après ce recensement, le nombre d'actionnaires salariés est ainsi passé de 9,1 millions à environ 8,8 millions de salariés entre 2011 et 2014. Les années précédentes, le nombre d'actionnaires était sur la pente ascendante.

Concernant la France seule, le nombre d'actionnaires salariés a diminué de 3,5%, chutant d'environ 125.000 à 3,489 millions. L'Hexagone reste toutefois le pays où l'actionnariat salarié est le plus développé devant la Grande-Bretagne (2,35 millions).

     | Lire : la France championne d'Europe, mais pour combien de temps ?

Les entreprises sont plus nombreuses à proposer des actions

Globalement, "le nombre d'actionnaires salariés a diminué de 500.000 personnes en Europe continentale entre 2011 et 2014 (-8%) alors qu'il augmentait de 200.000 personnes en Grande-Bretagne", indique l'étude, expliquant cet état de fait par la politique fiscale britannique favorable à l'actionnariat. La part détenue par les salariés a très légèrement baissé sur un an à 2,99% (301 milliards d'euros).

L'enquête montre toutefois que le nombre d'entreprises qui offrent des plans d'actionnariat salarié ne cesse d'augmenter. En 2014, 94% de toutes les grandes entreprises européennes avaient un actionnariat salarié.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2015 à 23:48 :
De Gaulle a au moins obtenu cela face au pouvoir de l'argent... Et s'est fait éjecter aussi pour cette raison : il pensait trop à son pays...
a écrit le 09/03/2015 à 23:42 :
Votre "sponsor" "ultimedia" rend la navigation sur votre site complètement dégoutante par ralentissement infernal. Merci d'en PRENDRE COMPTE !!
a écrit le 09/03/2015 à 20:17 :
Voila un creneau qui pourrait nous permettre d'affirmer notre specificite d'un point de vue positif.
a écrit le 09/03/2015 à 19:57 :
On a probablement eu tort d'autoriser le versement de la participation en liquide. Il aurait fallu augmenter le pouvoir des salariés sur la fixation de l'échelle relative des rémunérations mais imposer une part plus importante d'actions bloquées pour tous les salariés. Ainsi le débat sur les dividendes aurait été différent (voir l'émission "cash investigation"). C'est cette 3ème voie proudhoniste que de Gaulle voulait prendre en 1969...Cette transformation majeure du capitalisme reste probablement devant nous...
Réponse de le 09/03/2015 à 23:46 :
Théophile, d'ici que vous vous fassiez crucifier de communiste, y'a pas loin... Hors l'argent, point de "démocratie"... Rentrez-vous ça dans le crane.
Sinon, jadis, existaient les SCOP. Devenues holding par la magie du capitalisme...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :