Edmond Malinvaud, grand économiste français, est décédé

 |   |  368  mots
Edmond Malinvaud à HEC Paris en novembre 1995 lors de sa nomination en tant que Professeur Honoris Causa.
Edmond Malinvaud à HEC Paris en novembre 1995 lors de sa nomination en tant que Professeur Honoris Causa. (Crédits : HEC via Youtube)
Spécialiste de macroéconomie, de microéconomie et d’économétrie, il a dirigé pendant 13 ans l'Insee et est connu pour avoir cofondé la théorie du déséquilibre.

Son nom a circulé pendant des années pour le prix Nobel. Edmond Malinvaud, économiste d'envergure internationale, est décédé le 7 mars à Paris à l'âge de 91 ans, révèle une annonce parue mardi 9 mars dans Le Figaro.

Né en 1923 à Limoges, ce polytechnicien et ancien élève puis directeur de l'Ecole nationale de la statistique et de l'administration économique (ENSAE) a dirigé pendant 13 ans, de 1974 à 1987, l'Institut national de la statistique et des études économiques, qu'il avait intégré en 1946. Considéré comme l'un des plus éminents représentants de l'économétrie, c'est-à-dire de l'approche mathématique et statistique des phénomènes économiques au moyen de modèles sophistiqués, il y a mis en place des méthodes de modélisation qui inspirent encore aujourd'hui le travail des statisticiens français.

Dans des déclarations rendues à l'AFP, Jean-Luc Tavernier, actuel directeur général de l'institut, lui rend honneur en ces termes :

"Il a été le gardien de l'intégrité de l'Insee, il a contribué à assoir (sa) crédibilité."

"C'est quelqu'un qui inspirait le respect et l'admiration, de qui émanait une grande autorité", observe-t-il, avant de déclarer: "Les salariés de l'Insee sont émus et conscients de ce que l'institut lui doit".

Cofondateur de la "théorie du déséquilibre"

Auteur de plusieurs centaines d'articles, Edmond Malinvaud est le cofondateur de la "théorie du déséquilibre", qui admet l'existence de situations de déséquilibre entre offre et demande sur le marché du travail comme sur celui des biens et des services. Dans ce cadre, il s'est particulièrement intéressé à la théorie du chômage, en démontrant la compatibilité entre chômage classique (dû à un trop fort salaire réel) et chômage keynésien (dû à une situation de sous-emploi).

Jean-Luc Tavernier rappelle aussi sa "passion pour l'enseignement et la recherche". Directeur d'études à l'EHESS de 1957 à 1993, Edmond Malinvaud a été également professeur associé à l'université de Berkeley ainsi qu'à Paris I. Il est professeur au Collège de France entre 1988 et 1993 et continue par la suite d'en occuper la chaire d'analyse économique en tant que professeur honoraire. Des générations d'étudiants ont planché sur ses ouvrages.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/03/2015 à 13:17 :
A l'insee, ça vous pond des chiffres illisibles voire faux.
a écrit le 10/03/2015 à 20:57 :
Un gars qui sort de l'insee, antre marxiste, a quelle crédibilité hors du microcosme fonctionnarial français?
Réponse de le 11/03/2015 à 1:06 :
Malinvaud est un des économistes français les plus connu et les plus enseigné dans le monde entier.

Il était loin d'être un marxiste.

Et même s'il l'avait été, les bases élémentaires d'éducation auraient du vous éviter ce genre de commentaire totalement déplacé en ce jour.

Il faudra donc vous acheter un manuel d'économie et un guide des bonnes manières.
a écrit le 10/03/2015 à 19:26 :
un gars qui a su ecrire des bouquins d'econometrie presque vulgarises.... cela dit je ne partageais pas sa vision...
pour l'econometrie, la france conserve les gourieroux et monfort seuls a memes de lutter contre les anglo saxons ( white, feu granger, etc...)
a écrit le 10/03/2015 à 16:27 :
Malinvaud avait tout faux mais se trompait bien. Comment imaginer qu'un polytechnicien ne soit pas dans la ligne pour la justifier ? Il est formé avec des mensonges que ses occupations ne peuvent empêcher qu'il ne les découvre assez rapidement. Que faire alors ? Se révolter ? Dénoncer ? Ou bien s'enfoncer pour tenter avec talent de justifier techniquement l'injustifiable. C'est le choix de Malinvaud. Quel gâchis. Il a voulu ignorer ce qui était connu et démontré, il a refusé Veblen pour se perdre dans une théorie du marché poussée à l'absurde que des Apple et autres contredisent aujourd'hui. La France a perdu beaucoup à s'acharner à des chimères d'un autre temps. Même si cela était fait avec des hommes sympathiques, ce n'était pas la route qu'il convenait de suivre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :