Vaccin grippe A : premier cas d'effet secondaire

 |   |  344  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La vaccination contre la grippe H1N1 pour le grand public a commencé ce jeudi, sans rencontrer un grand succès. Un cas probable de syndrome Guillain-Barré a été signalé après la vaccination.

Premier cas d'effet secondaire pour le vaccin contre la grippe A en France. Le ministère de la santé a annnoncé ce jeudi soir qu'un cas "probable" de syndrome Guillain-Barré, une maladie rare du système nerveux périphérique, avait été signalé après vaccination. "Il s'agit d'une forme modérée et uniquement sensitive, qui a évolué favorablement", a-t-il précisé.

Chaque année en France, "1700 à 1800 cas de syndrome de Guillain-Barré donnent lieu à une hospitalisation, soit 5 par jour", note le communiqué, qui précise que "dans la plupart des cas la survenue d'un syndrome de Guillain-Barré est liée à un épisode infectieux, bactérien ou viral, dont la grippe". "L'attribution d'un syndrome de Guillain-Barré à une vaccination nécessite une expertise approfondie" qui sera conduite par l'Agence de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).

Cette annonce ne va en tout cas pas contribuer au succès de la campagne de vaccination, qui s'est ouverte ce jeudi mais qui n'a pas suscité une grande affluence. Selon un sondage CSA publié la semaine dernière, 76% des Français n'envisageaient pas de se faire vacciner et 21% pensaient le faire. Ils étaient 17% de volontaires dans un sondage Ifop à la fin du mois d'octobre et 55% à la mi-septembre.

Elle s'adressera dans un premier temps à six millions de personnes jugées prioritaires: les personnels de santé non encore vaccinés, les parents des bébés de moins de six mois, les professionnels de la petite enfance et les personnes dites fragiles, qui souffrent de diabète ou de pathologies cardiaques ou respiratoires, ce qui les rend plus vulnérables au virus.

Les bébés de 6 à 23 mois et les femmes enceintes (à partir du deuxième trimestre de grossesse) devront attendre l'autorisation de mise sur le marché du vaccin sans adjuvant de Sanofi-Pasteur , qui pourrait être délivrée dans les tous prochains jours selon le ministère. Les enfants en âge scolaire seront concernés à partir du 25 novembre. La vaccination nécessitera l'autorisation des parents et aura lieu dans les établissements pour collégiens et lycéens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2010 à 4:49 :
Premier cas d'effet secondaire pour le vaccin contre la grippe A en France. Le ministère de la santé a annnoncé ce jeudi soir qu'un cas "probable" de syndrome Guillain-Barré, une maladie rare du système nerveux périphérique, avait été signalé après vaccination. "Il s'agit d'une forme modérée et uniquement sensitive, qui a évolué favorablement", a-t-il précisé.
Chaque année en France, "1700 à 1800 cas de syndrome de Guillain-Barré donnent lieu à une hospitalisation, soit 5 par jour", note le communiqué, qui précise que "dans la plupart des cas la survenue d'un syndrome de Guillain-Barré est liée à un épisode infectieux, bactérien ou viral, dont la grippe". "L'attribution d'un syndrome de Guillain-Barré à une vaccination nécessite une expertise approfondie" qui sera conduite par l'Agence de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).
Cette annonce ne va en tout cas pas contribuer au succès de la campagne de vaccination, qui s'est ouverte ce jeudi mais qui n'a pas suscité une grande affluence. Selon un sondage CSA publié la semaine dernière, 76% des Français n'envisageaient pas de se faire vacciner et 21% pensaient le faire. Ils étaient 17% de volontaires dans un sondage Ifop à la fin du mois d'octobre et 55% à la mi-septembre.
Elle s'adressera dans un premier temps à six millions de personnes jugées prioritaires: les personnels de santé non encore vaccinés, les parents des bébés de moins de six mois, les professionnels de la petite enfance et les personnes dites fragiles, qui souffrent de diabète ou de pathologies cardiaques ou respiratoires, ce qui les rend plus vulnérables au virus.
Les bébés de 6 à 23 mois et les femmes enceintes (à partir du deuxième trimestre de grossesse) devront attendre l'autorisation de mise sur le marché du vaccin sans adjuvant de Sanofi-Pasteur , qui pourrait être délivrée dans les tous prochains jours selon le ministère. Les enfants en âge scolaire seront concernés à partir du 25 novembre. La vaccination nécessitera l'autorisation des parents et aura lieu dans les établissements pour collégiens et lycéens.
a écrit le 13/11/2009 à 21:51 :
Navrant !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :