Chute sans précédent de l'excédent commercial nippon

 |   |  301  mots
L'excédent commercial a chuté de 94% en septembre, à 95,11 milliards de yens (760 millions d'euros). En septembre 2007, il s'élevait à 1.608 milliards de yens. Les exportations n'ont progressé que de 1,5% en septembre sur un an, alors que les importations ont augmenté de 28,8%.

L'excédent commercial japonais s'est effondré de 94% en septembre, la crise financière réduisant la demande de produits nippons en provenance d'Europe et des Etats-Unis, a annoncé ce jeudi le ministère des Finances. L'excédent s'est réduit à 95,11 milliards de yens (760 millions d'euros). En septembre 2007, l'excédent s'élevait à 1.608 milliards de yens. En août, la balance commerciale avait subi un déficit de 324 milliards de yens, selon les chiffres publiés le mois dernier.

Les exportations n'ont progressé que de 1,5% en septembre sur un an, alors que les importations ont augmenté de 28,8%. Les exportations vers les Etats-Unis ont notamment reculé de 10,9% en septembre sur un an, après avoir dégringolé de 21,8% en août, ce qui avait été leur plus forte chute jamais enregistrée. Il s'agit du treizième mois de baisse des exportations.

Les exportations vers l'UE ont diminué de 9%, leur quatrième baisse annuelle en cinq mois, tandis que les livraisons vers l'Asie n'ont crû que de 2,9%. "La demande est en baisse partout dans le monde. Sans parler des Etats-Unis, la baisse des exportations vers l'Union européenne s'accélère. La croissance des exportations vers l'Asie est également en train de ralentir", commente Junko Nishioka, économiste chez RBS Securities, cité par Reuters. "Les exportations vers les pays riches en ressources naturelles et vers les pays émergents, qui tiennent encore bien, devraient bientôt commencer à reculer dans la mesure où la crise financière commence à affecter les flux internationaux de capitaux", ajoute Yasuho Yamamoto, économiste au Mizuho Research Institute.

Malgré les mauvais chiffres du commerce extérieur, les économistes estiment toujours que le produit intérieur brut (PIB) ne s'est pas contracté entre juin et septembre, à la différence du trimestre précédent, et que le Japon a donc évité une récession.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :