Madrid annonce un plan de relance de 11 milliards d'euros

 |   |  336  mots
L'Espagne va allouer 11 milliards d'euros, soit 1,1% du PIB, au lancement d'un plan de travaux publics et de relance de l'activité, visant à créer 300.000 emplois en 2009, a annoncé ce jeudi le chef du gouvernement socialiste, José Luis Rodriguez Zapatero.

"Le gouvernement va approuver demain (vendredi) un décret-loi avec une dotation de 11 milliards d'euros pour investir dans les travaux publics, dans les équipements publics, particulièrement dans les municipalités, avec lequel nous espérons obtenir la création de 300.000 postes de travail l'année prochaine", a annoncé le chef du gouvernement espagnol, José Luis Zapatero devant les députés.

Ces 11 milliards d'euros représentent environ 1,1% du produit intérieur brut (PIB) espagnol, a-t-il ajouté. Le plan espagnol comprend également des mesures de soutien au secteur automobile à hauteur de 800 millions d'euros. Ce train de mesures rentre dans le cadre du plan de relance de 200 milliards d'euros proposé mercredi par la Commission européenne.

Dans le détail, le gouvernement va mobiliser 8 milliards d'euros, qui seront mis à la disposition des municipalités, pour relancer les travaux publics. Le gouvernement va également consacrer 800 millions d'euros au soutien du secteur automobile, 600 millions d'euros à l'environnement, 500 millions pour la recherche et le développement, 400 millions pour la modernisation des casernes, 120 millions pour la réhabilitation des logements, 30 millions pour le "tourisme social". Enfin 400 millions d'euros seront transférés aux régions pour financer les allocations en faveur des personnes dépendantes.

"Il est temps de montrer notre détermination, d'avoir confiance dans ce que représente l'action des gouvernements, le secteur public, l'investissement public, et la cohésion sociale", a insisté le chef du gouvernement.

Ce train de mesures vient s'ajouter aux 16 milliards d'euros que le gouvernement a injecté sous diverses formes, dont des réductions d'impôts, depuis le début de l'année. "C'est un puissant arsenal pour contrer le ralentissement de l'activité", selon José Luis Zapatero.

L'Espagne, en plus d'être frappée par la crise économique internationale, subit les effets du brutal retournement de son marché immobilier. Après avoir été une des économies les plus dynamiques de la zone euro (3,7% de croissance en 2007), l'Espagne se trouve désormais au bord de la récession avec un taux de chômage en rapide progression.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il est de plus en plus évident que les bulles immobilières finissent toujours par se dégonfler avec pour corrolaire l'effondrement de l'économie réelle.

Beaucoup de pays ont enregistré des hausses de prix bullesques et subissent aujourd'hui la crise financière car les actifs immobiliers n'étaient que virtuels; si les prix baissent les consommateurs retrouveront leur pouvoir d'achat et à terme recommenceront à consommer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :