Standard & Poor's dégrade la note de crédit de la Grèce

 |   |  497  mots
La note de crédit de la Grèce vient d'être dégradée par Standard & Poor's, tandis que celle de l'Espagne est sous surveillance. La solvabilité des pays de la zone euro semble diminuer et cela fait reculer les marchés et l'euro.

Les pays de la zone euro commencent à perdre leurs notes de crédit maximales. Ce mercredi, Standard & Poor's a dégradé la note de la Grèce de A/A-1 à A/A-2, et ce à la veille de la décision de la Banque centrale européenne (BCE) sur l'évolution de ses taux d'intérêt. Lundi, l'agence de notation a placé celle de l'Espagne (qui bénéficie de la note maximale, le faleux Triple A, AAA) sous surveillance avec perspective négative et l'Irlande s'est également vue gratifiée d'une perspective négative. Autant de signes annonceurs d'une baisse de la solvabilité financière des Etats de la zone euro.

Déjà, la semaine dernière, Standard & Poor's avait placé la note de crédit de la Grèce sous surveillance, une procédure suivie généralement d'une dégradation. L'annonce de la baisse de la note de la Grèce n'est donc pas une surprise totale. La nouvelle perspective sur la note est stable, ce qui implique qu'il ne devrait pas y avoir de nouvelle dégradation dans les mois à venir. "La crise économique et financière mondiale a exacerbé la perte sous-jacente de compétitivité de l'économie grecque", a estimé Standard & Poor's.

Désormais, tous les yeux sont tournés vers l'Espagne, placée sous surveillance en début de semaine. Les analystes de Standard& Poor's déplorent "la forte dépendance de la croissance espagnole au marché du crédit", "une détérioration des finances publiques" et un accroissement des déséquilibres "mis en évidence par l'ampleur du déficit courant".

Les conséquences sur les marchés n'ont pas tardées à se faire sentir. Les bourses européennes sont en nette baisse ce mercredi (environ -3%) et l'euro recule nettement face au billet vert à 1,31 dollar. Il faut dire que, contrairement à de nombreux pays, en particulier au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, la Banque centrale européenne ne peut se permettre d'adopter une politique monétaire laxiste, qui bénéficierait aux pays les plus en difficultés actuellement.

Plus que six pays européens notés "AAA"

L'Irlande, elle aussi, a écopé d'une perspective négative, mais il s'agit là plus d'un avertissement. L'économie du "tigre celtique" a certes enregistré un coup de frein ces derniers mois, mais le Fonds monétaire international (FMI) a assuré ce mercredi que rien ne laissait penser que le pays aurait besoin de son assistance, démentant ainsi des information de la télévision irlandaise.

Le Portugal, qui ne disposait déjà pas de la note de crédit maximale, le AAA, a vu sa note de dette de long terme placée sous surveillance négative également mardi. Il ne reste plus que six pays membres de la zone euro à disposer du fameux triple A et à ne pas risquer pour l'instant de le perdre : l'Allemagne, l'Autriche, la Finlande, la France, le Luxembourg et les Pays-Bas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Standard & Poor's. Elle existe encore celle-ci. LOL
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
interessant
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A quand la dégradation de celle de la France ??
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
NEWS !!!!!!!
un brocker TRES IMPORTANT attribue la note Z------------ à STANDARD § POORS
----------------- M O I ------------
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et la note de l'empire des dettes responsable de la crise, elle est à combien ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Banqueroute de l'étatisme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :