Les livraisons de gaz russe à l'Ukraine ont repris

 |   |  500  mots
Fin de la crise gazière entre la Russie et l'Ukraine. Gazprom a repris les livraisons à l'Europe transitant par l'Ukraine ce matin. Le groupe ukrainien Naftogaz a confirmé l'information.

Après dix jours de blocage et comme Gazprom l'avait annoncé, les exportations de gaz russe via l'Ukraine ont repris ce mardi matin, après la signature d'un accord entre les compagnies d'Etat russe et ukrainienne.

Le groupe ukrainien Naftogaz a confirmé ce matin qu'il commençait à recevoir du gaz en provenance de Russie.

 

Les compagnies d'Etat russe et ukrainienne, Gazprom et Naftogaz, ont signé lundi à Moscou des contrats sur les livraisons de gaz russe vers l'Ukraine et sur le transit vers l'Europe. Ces contrats, signés en présence des Premiers ministres des deux pays, Vladimir Poutine et Ioulia Timochenko, portent sur les dix prochaines années.

Prix ukrainien "basé sur la formule européenne"

A l'issue de cette signature, Gazprom a reçu l'ordre de rétablir les livraisons de gaz vers les autres pays de l'Union européenne via l'Ukraine, interrompues depuis dix jours, a expliqué Vladimir Poutine. De son côté, Ioulia Timochenko a assuré qu'il n'y aura "aucun retard" dans la reprise du transit. Ce dernier sera ainsi rétabli aussitôt que les livraisons russes seront envoyées dans les gazoducs ukrainiens.

Un premier accord avait été trouvé ce week-end les deux parties. Il stipule que la Russie vendra à l'avenir son gaz à l'Ukraine "à un prix basé sur la formule européenne", mais avec un rabais de 20% pour l'année 2009", à condition que les prix du transit demeurent au niveau fixé pour 2008", avait déclaré ce week-end Vladimir Poutine.

Coté européen, on reste prudent. Saluant cet accord, la Commission européenne a toutefois souligné que le vrai "test" serait "si oui ou non le gaz circule vers les consommateurs européens". Car quelques zones d'ombres demeurent. Et la question, selon les analystes, est surtout de savoir quand et de quelle manière ce compromis si âprement négocié entrerait en vigueur? Sans parler des aspects financiers au sujet desquels les interrogations sont nombreuses. Et puis, n'a pas manqué de relever samedi le président russe Dmitri Medvedev, "naturellement, il y aura diverses questions, dont celle de savoir qui est coupable de cela (la crise, ndlr) et qui paiera pour les pertes occasionnées".

Pas de gaz russe en Europe depuis le 7 janvier

Depuis le 1er janvier 2009, Moscou a coupé l'approvisionnement de l'Ukraine pour cause de désaccord sur les prix, accusant ensuite Kiev de siphonner le gaz destiné aux Européens. Puis le 7 janvier, la Russie interrompait toutes ses livraisons de gaz vers l'Europe pour mettre un terme à ce "vol". Depuis, plusieurs accords ont eu lieu mais aucun n'a eu d'effet sur la reprise effective des livraisons.

Cette rencontre faisait elle-même suite à un mini-sommet samedi après-midi au Kremlin auquel avaient pris part de hauts responsables d'une dizaine d'Etats européens et de l'Union européenne. Il faut "créer un mécanisme international efficace et constamment opérationnel qui empêchera que de telles situations ne se reproduisent et qui assurera le transit", avait jugé à cette occasion Dmitri Medvedev, le président russe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :