La récession s'accroît en Europe

 |   |  626  mots
Pour le premier trimestre 2009, l'Espagne, l'Italie, l'Irlande et l'Allemagne ont annoncé ce mercredi des prévisions de croissance en fort recul. Quant à la Belgique, elle vient d'entrer en récession.

L'Espagne, pays durement touché par la crise économique, a continué de s'enfoncer dans le marasme au premier trimestre, avec un PIB en recul "de 2,9% sur un an, et de 1,8% en variation trimestrielle", selon des estimations provisoires de la Banque d'Espagne. Le premier chiffre officiel, publié par l'Institut national de la statistique (INE), sera dévoilé le 14 mai.

L'Espagne est brusquement entrée en récession (deux trimestres consécutifs de recul du PIB ) fin 2008, après un cycle d'une quinzaine d'années de vigoureuse croissance économique achevé en 2007, notamment du fait de l'éclatement de la bulle immobilière. Le chômage a atteint au premier trimestre un taux record de 17,36% avec plus de 4 millions de chômeurs.

En Italie, selon le quotidien Il Sole 24 Ore ce mercredi, le gouvernement italien s'apprêterait également à réviser à la baisse sa prévision de PIB pour 2009 ; il tablerait désormais sur un repli de 3,5% à 4%, contre une prévision précédente d'une contraction de 2%. La porte-parole du ministre de l'Economie et des Finances, Giulio Tremonti, s'est refusé à commenter ces chiffres et de nouvelles prévisions devraient être publiées jeudi. L'OCDE table sur un repli de 4,3% du PIB de l'Italie en 2009 tandis que le FMI prévoit une contraction de 4,4%.

Selon Il Sole, le gouvernement devrait par ailleurs revoir en hausse sa prévision de déficit public pour 2009 à plus de 4% du PIB contre une prévision actuelle de 3,7%.

La Belgique n'échappe pas non plus à la crise et est entrée officiellement en récession au premier trimestre 2009, avec un recul de 1,6% de son Produit intérieur brut ( PIB ) comparé aux trois mois précédents, selon une première estimation de la Banque nationale de Belgique (BNB) publiée mercredi.

Au quatrième trimestre 2008, l'économie belge avait connu une contraction de 1,7%, son plus mauvais trimestre depuis au moins 1980, début de la publication des comptes trimestriels. Elle avait enregistré un PIB en très faible croissance (+0,3%) au deuxième trimestre 2008 puis stable (0,0%) au troisième trimestre.

En glissement annuel, au premier trimestre 2009, le recul du Produit intérieur brut ( PIB ) a été de 3%, a indiqué la BNB.  Il avait été de 1% sur un an au quatrième trimestre 2008.

Autre pays, mêmes chiffres décourageants. En Irlande, le principal institut de prévisions, l'ESRI, a prédit ce mercredi une baisse de 8,3% du PIB pour 2009 et un recul de 1,1% en 2010. Selon l'institut, le PIB pourrait se replier au total de 11,6% de 2008 à 2010, ce qui pourrait constituer la pire contraction observée au sein des pays industrialisés depuis les années 1930.

Par ailleurs, le taux du chômage irlandais est passé en avril à 11,4% avec plus de 13.000 nouveaux inscrits pendant le mois, a indiqué mercredi l'Office central des Statistiques (CSO). Le nombre de chômeurs s'élève désormais à 384.448 personnes, et 388.600 en données ajustées des variations saisonnières.  Le taux de chômage s'est brutalement accéléré depuis un an en Irlande. Sa moyenne annuelle était de 4,6% en 2007, de 6,4% en 2008, et il est passé depuis janvier de 9,6% à 11,4%. L'ESRI dit même craindre une hausse du taux de chômage à 13,2% en moyenne en 2009, et à 16,8% en 2010.

L'Allemagne s'attend pour sa part à la pire récession depuis la Seconde Guerre mondiale. Pour 2009, année électorale qui doit culminer avec l'éventuelle réélection d'Angela Merkel à la chancellerie, Berlin table sur un recul du PIB de 6%, a annoncé le ministre de l'Economie Karl-Theodor zu Guttenberg ce mercredi. En janvier, le gouvernement tablait encore sur une récession de 2,25% mais il a depuis dû revoir sa copie, le recul du PIB ayant été estimé à 3,3% au premier trimestre. L'Allemagne souffre entre autres de l'effondrement de ses exportations (en particulier de machine-outils), domaine où elle est numéro un mondial.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :