L'industrie relève la tête au Royaume-Uni et en Italie

 |   |  380  mots
En avril, la production industrielle a progressé en Italie ainsi qu'en Grande-Bretagne, une première depuis 2008. Pour autant, la récession italienne s'est avérée pire qu'estimé initialement au premier trimestre.

Cela n?était pas arrivé depuis février 2008. La production industrielle britannique a rebondi en avril. Les économistes y voient un signe encourageant permettant de penser que la récession en cours au Royaume-Uni a peut-être atteint son point le plus bas.

Avec un augmentation de 0,3% en avril, le recul de la production industriel a été ramené à 12,3% (contre 12,7% en mars) sur un an, a annoncé ce mercredi l'Office des statistiques nationales (ONS). C?est une belle surprise compte tenu du fait que les économistes tablaient sur une baisse de 0,2% sur le mois et de 12,5% sur un an.

La production manufacturière seule a progressé de 0,2% en avril par rapport à mars, ramenant son recul sur un an à 12,7%, contre 13,1% le mois précédent. Les économistes tablaient sur une production inchangée sur le mois, et une baisse de 12,7% sur un an, comme annoncé par l'ONS.

En Italie aussi, la production industrielle a augmenté de plus de 1,1% en avril. Il s?agit de la première hausse après onze mois de déclin et d?un nouveau signe d'une atténuation de la récession, d?après les chiffres publiés mercredi par l'institut national de la statistique, l'Istat.

Au lieu d?un repli établi en première estimation à 4,6%, le chiffre de mars a été révisé en baisse de 4,5%. Entre février et avril, la production industrielle accuse une baisse de 9,3% par rapport aux trois mois précédents.

En base ajustée des jours ouvrés, la production d'avril est en chute de 24,2% par rapport à celle d'avril 2008. Il s'agit de son plus fort recul depuis le début de cette série statistique en 1980. En mars, la production avait reculé de 23,8% en rythme annuel.

Plus généralement, le produit intérieur brut (PIB) italien a chuté de 2,6% au premier trimestre par rapport au trimestre précédent, baisse plus importante qu'initialement prévu, a indiqué mercredi aussi l'Istat, dont la première estimation faisait état d'une contraction de 2,4%. Cette chute de l'activité est un record depuis 1980. Mais le pire semble passé et le rythme du repli du PIB va diminuer au deuxième trimestre, assurent les économistes.

En glissement annuel, le PIB s'est contracté de 6% au premier trimestre, a ajouté l'Istat, contre une première estimation à 5,9%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :