Soutien unanime à Barroso des chefs d'Etat et de gouvernement européens

 |   |  454  mots
José Manuel Barroso a reçu jeudi soir le soutien unanime des vingt-sept dirigeants européens. Il avait dévoilé dans la journée son programme d'action.

"Je suis très fier et ému" : le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a reçu jeudi soir le soutien unanime de la part des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne (UE) pour sa reconduction.

"Je suis très content que Barroso ait reçu un fort soutien", a déclaré le Premier ministre tchèque, Jan Fischer, au nom de la présidence de l'UE. "Le conseil a reçu un fort mandat pour discuter avec le Parlement Nous voulons que cette nomination prenne le moins de temps possible. Tout report ou retard dans la nomination ne sera pas bon pour l'UE". 

José Manuel Barroso, avait présenté jeudi soir aux vingt-sept dirigeants européens son programme pour un deuxième mandat, conformément aux souhaits émis par Paris et Berlin.

Il avait dévoilé dans la journée son projet de plan d'action en six points. Retrouvez en cliquant ici sa lettre d'intention (en anglais), sa lettre au président du Conseil européen (en anglais) et son programme (en anglais).

Il y souligne notamment son ambition d'avoir une Europe qui "refuse toutes les formes de protectionnisme mais qui est clairement déterminée à protéger et promouvoir les intérêts européens dans le monde". Il dit aussi "croire profondément dans une Europe en tant que projet politique bâti sur un partenariat fort entre les Etats membres et les institutions européennes". Enfin, il assure vouloir "une Europe de la responsabilité et de l'action".

Parmi ses priorités , il cite, ce qui plaira à la France avant la rénégociation de la PAC, la politique agricole commune, "la promotion du développement de notre secteur agricole".  Il se veut aussi le défenseur de l'"économie sociale de marché" et une Europe "ouverte, compétitive" qui "utilise pleinement le potentiel de notre marché intérieur et de l'euro".

L'actuel président de la Commission européenne prône aussi le développement des technologies de pointe, l'innovation, la protection de l'environnement et  la croissance durable.

Enfin, face à la crise financière, il plaide pour davantage de régulation des marchés en Europe : "je pense qu'en période de crise, nous avons besoin plus que jamais d'une Union européenne forte et d'une Commission européenne forte. Nous avons besoin de plus d'Europe, pas de moins d'Europe", 

Mais l'adoubement politique des chefs d'Etat et de gouvernement ne suffit pas. Il lui faudra encore attendre le feu vert du parlement européen, plus hypothétique, pour s'assurer de sa reconduction. Ces derniers prendront une première décision le 9 juillet. Les socialistes ont déjà annoncé qu'ils voteront contre sa reconduction.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :