L'économie britannique broie du noir

 |   |  212  mots
Le Produit intérieur brut (PIB) du Royaume-Uni s'est contracté de 2,4% par rapport au trimestre précédent. Il a ainsi révisé en forte baisse ses deux premières estimations, fixées à -1,9%.

La contraction du Produit intérieur brut (PIB) britannique au premier trimestre a été révisée mardi en forte baisse, ressortant à 2,4% par rapport au trimestre précédent, sa plus forte chute depuis d'un demi-siècle et à 4,9% sur un an, la plus grave enregistrée depuis 1948, selon des statistiques officielles.


Le Produit intérieur brut (PIB) du Royaume-Uni s'est contracté de 2,4% par rapport au trimestre précédent, a précisé l'Office des statistiques nationales dans sa troisième et dernière estimation des comptes nationaux du premier trimestre. Il a ainsi révisé en forte baisse ses deux premières estimations, fixées à -1,9%.
"C'est la plus forte contraction depuis le deuxième trimestre 1958", a précisé l'institut public.


Sur un an, la chute du PIB a été portée à 4,9%, contre 4,1% dans les estimations précédentes. Cette fois-ci, c'est le pire résultat enregistré depuis que l'ONS a débuté le calcul de cette statistique, en 1948. Même si les économistes s'attendaient à une révision à la baisse des chiffres de l'ONS, ils étaient loin de prévoir une contraction aussi forte. Ils tablaient en moyenne sur un repli de 2,2% sur le trimestre, et de 4,4% sur un an, selon une compilation de leurs prévisions établie par la banque Calyon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Attendez la rentrée ! Avec les USA qui ne trouverons plus la chine pour financer "une nouvelle et Xième dette" ! Le côté "tout va mieux" avant l'été est un classique et c'est normal, contexte psychologique, moment en famille, apéro ... d'ailleurs rien ne va mieux on annonce simplement que c'est "moins pire". L'Angleterre est en faillite et va devoir demander de l'aide ! Sachez que je n'ai rien à gagner à être pessimiste et qu'une reprise serait magnifique mais je souhaite rester prudent d'autant que je ne vois absolument pas avec quoi il pourrait bien y avoir une reprise ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bien fait pour ces prétentieux de british qui nous donnaient des lecons d'economie il y a encore 15 mois....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Au lieu de dépenser de l'énergie à faire des prévisions de date et de chiffre, il faudrait déjà savoir en détail ce qu'il va falloir changer.
Vous voulez des pistes ? Finance, agence de notation, bonus dans les banques, revalorisation des métiers générant de la valeur ajoutée (car c'est bien ça la création de richesse) : Ingénieurs, créateurs, chercheurs
Arrétons de considérer les gens payés à gérer de l'argent, sans aucune plus value.
Au boulot !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
T inquete JC, t es pas le seul à avoir cet avis. j'en suis perssuadé même que la reprise n'aura pas lieu. On a trop de dette, et on s'endette encore plus=situtation classique lorsqu'un entreprise tombre en faillite. mais l'Etat à la différence des entreprises n'as pas de frein pour s'arêtter, du coup elle continue à s'endetter sans limite, en espèrant que la situation va s'améliorer. De tout façon on a pas d'autre moyen pour s'en sortir. Mes prévisions sont celles: cette situation va durer encore quelque mois. mais d'ici 2010 le monde va se rendre compte que tout est perdu d'avance parce que les choses vont s'empirer. Lisez bien ce message= suiviez de près les entreprises rachetées en LBO. Nous avons à ce jour dans les 50 000 milliard de dollars titrisés en contrepartie des prêts professionnel notamment basés sur les emprunts ayant permis l'achat en LBO. le souci c'est que si cette situation perdure, les PME de USA et UE vont commencer à faire faillite les uns après les autres, et la non plus 5000 miliard qu'on devra isncrir dans les créances douteuses des banque , mais 50 000 miliards. tenez bon.......
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Si cette situation pouvait recentrer l'arroigance de certains British. Dans le sud est de la France où j'habite et ou les "envahisseurs anglais" pullulent, il n'est pas rare d'entendre dire de leur part "la France est un beau pays , dommage qu"elle soit peuplée de français". Lesquels français, meme natifs du coin, pour peu que leur salaire soit faible, n'ont plus qu'a aller habiter à 50 ou 60 kms de leur boulot et servir de domestiques a des gens ayant des moyens pas toujours acquis honnetement. Je ne parle pas des bénéficiaires de cmu parasites qui ne déclarent aucun revenu mais encaissent ailleurs, laissant les grenouilles payer pour eux.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'économie d'un pays est la résultante de sa politique et non l'inverse.

CONCLUSION:

Si notre économie va mal c'est que nos Hommes politiques sont nuls, ce qui est vrai pour la France est également vrai pour les autres pays adeptes de l'OMC à tout va et adeptes des accords idiots de BRETTON WOODS.

Beaucoup d'autres choses sont à modifier pour remettre l'économie sur ses rails et redonner le goût d'entreprendre et de travailler aux français. Nos élus n'en prennent hélas pas le chemin, embourbés qu'ils sont dans leurs querelles stériles. Je prédis depuis le début de l'année 875 000 chômeurs de plus alors que nos élus en prévoyés 300 000; les comptes de la nation ne sont pas près de se redresser, mais ailleurs c'est pareil voire pire (exception faite des pays émergeants qui risquent de nous rejoindre d'ici à 3 ans).

Prenons exemple sur nos élus, il y a urgence à ne rien faire et à ne pas nous en faire à nos échelons respectifs. Il y aura à terme une refonte des monnaies et une remise en place de valeur de références monnaitaires basées sur les M.P, on n'a pas le choix.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :