L'économie américaine a détruit 467.000 emplois en juin

 |  | 366 mots
Lecture 2 min.
Les suppressions d'emplois se sont accélérées bien plus que prévu aux Etats-Unis, où 467.000 emplois ont été détruits en juin, faisant monter le taux de chômage à 9,5%, selon les chiffres officiels corrigés publiés ce jeudi à Washington. De leur côté, les commandes industrielles ont augmenté en mai pour le deuxième mois consécutif, de 1,2% par rapport à avril, soit un peu plus que prévisions des analystes.

L'économie américaine a supprimé 467.000 emplois en juin, beaucoup plus qu'attendu, portant le taux de chômage aux Etats-Unis à 9,5%, montrent les statistiques officielles publiées ce jeudi. Les économistes anticipaient de 300.000 à 365.000 suppressions de postes sur le mois écoulé.

Les chiffres révisés d'avril et mai font ressortir 8.000 suppressions d'emplois de moins qu'annoncé auparavant: celles de mai ont été ramenées à 322.000 contre 345.000 mais celles d'avril ont été revues à la hausse, à 519.000 contre 504.000.

A 9,5%, le taux de chômage augmente d'un dixième de point par rapport à mai; il s'agit du chiffre le plus élevé enregistré depuis août 1983. Les économistes tablaient sur un taux de 9,6%. Le détail des statistiques montre que le secteur des services a supprimé 244.000 postes en juin, contre 107.000 en mai. Les réductions d'effectifs ont en revanche diminué dans l'industrie manufacturière, avec 136.000 postes en moins contre 156.000 en mai.

En revanche, le nombre de nouveaux chômeurs inscrits en une semaine a reculé de 2,5% au cours des sept jours clos le 27 juin, selon les données corrigées (CVS) publiées jeudi par le département du Travail à Washington. Le ministère a recensé 614.000 nouvelles inscriptions, ce qui est conforme aux prévisions des analystes, qui tablaient sur 615.000 nouvelles demandes d'allocations. Le nombre de dossiers déposés la semaine précédente a été revu en hausse de 3.000, à 630.000.

En moyenne sur quatre semaines, chiffre plus représentatif d'une tendance, le nombre de nouvelles inscriptions hebdomadaire a lui aussi baissé, mais moins fortement, de 0,4%, à 615.250.

A la date du 20 juin, les chômeurs indemnisés représentaient 5% de la population active, soit 0,1 point de moins que la semaine précédente. Les Etats-Unis comptaient à cette date 6,702 millions de chômeurs indemnisés, ce qui représente une baisse de 2% par rapport au record de 6,835 millions atteint fin mai. En moyenne sur quatre semaines le nombre de chômeurs indemnisés a reculé de 0,2% au 20 juin, après avoir atteint un record une semaine plus tôt.

Enfin, les commandes industrielles ont augmenté en mai pour le deuxième mois consécutif, de 1,2% par rapport à avril, selon des chiffres officiels corrigés (CVS), publiés jeudi et supérieurs aux prévisions des analystes (0,9%).


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les américains apprennent l'art du lissage en présentant des chiffres largement sous évalués de 60 %. Peut-être comptent-ils sur la période des vacances pour camoufler cette évolution catastrophique ? Malheureusement comme on le sait les périodes dites de variation saisonnières sont un puissant révélateur : le choc se fera en septembre. Le pays devrait voir son taux de chômage atteindre les 17 %. Un débat s'opère généralement ente ceux qui veulent cacher la vérité pour opérer une relance et les tenants de l'information ouverte. Or l'on sait que les mensonges n'arrangent jamais rien à l'affaire, par contre il peut être nécessaire d'éviter une panique dans les débuts. Ce seuil passé désormais, le meilleur moyen d'une bonne gestion de la Longue Dépression est de donner les chiffres exactes afin que les entreprises puissent tabler sur des données pertinentes aussi basses soient-elles. Question de stratégie, question aussi de volonté.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
malheureusement les mesures prises sont superficielles et mal ciblées (les banques et non les créateurs de richesse) ... et tant que les regles du commerce mondial ne seront pas revues ... aucune chance pour les pays industriels du G20
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
c est le début de la fin
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L' été sera chaud, dans les maillots, dans les disco, et sur les trading floor lol
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Nul ne doute que que non seulement les chiffres du chomage US et EU seront catastrophiques (même faux) d'ici la fin de l'année, ainsi que les faillites d'entreprises -voir d'Etats-, entrainant par la suite le dollar et les bons du trésor. Donc, plutôt que de faire croire à la population à une sortie de crise rapide, nos "leaders" - qui ont bien conscience de la réalité-, auraient tout intêret d'informer la population des chocs qui nous attendent...mais Michael est mort et ça c'est grave !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :