Japon : déflation et taux de chômage record

Malgré le retour à la croissance au deuxième trimestre, la situation de l'emploi au Japon s'est fortement dégradée avec un taux de chômage record en juillet. Le pays s'installe aussi dans un cycle de déflation.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

A deux jours d'importantes élections législatives, les dernières statistiques macroéconomiques publiées au Japon sont inquiètantes. Ainsi, malgré le retour à la croissance au deuxième trimestre, la situation de l'emploi s'est fortement dégradée tandis que la déflation s'est aggravée.

En juillet, le taux de chômage a atteint le niveau record de 5,7%, soit une hausse de trois dixièmes de point par rapport à juin, nettement plus que les pronostics des économistes. Ces derniers s'attendaient à ce que le taux égale le précédent record de 5,5% atteint en avril 2003. Le nombre de chômeurs dans la deuxième économie mondiale s'est envolé de 40,2% sur un an à 3,59 millions d'individus.

Frappées par la chute brutale des exportations pour cause de crise économique, les entreprises japonaises ont massivement licencié au cours des derniers mois. La plupart des économistes s'attendent à ce que les conditions d'emploi restent mauvaises pendant encore de nombreux mois, certains prévoyant même qu'il dépassera les 6%.

Par ailleurs, l'indice japonais des prix à la consommation a chuté de 2,2% sur un an à la fin du mois de juillet, indiquant que la déflation s'installe dans l'archipel. C'est la deuxième fois en cinq ans que le Japon se retrouve confronté à un cycle de déflation, qui fragilise la reprise de l'économie japonaise. L'analyse détaillée des statistiques publiées ce vendredi souligne l'ampleur du problème: sans tenir compte des prix de l'énergie et de l'alimentation, plus sujets à des variations, l'indice des prix a baissé en juillet de 0,9% sur une base annuelle, après un précédent recul de 0,7% en juin.

Cette baisse des prix ne porte même pas la demande intérieure, puisque la consommation moyenne d'un ménage a reculé de 2% sur un an en juillet, sa première baisse en trois mois, à 285.078 yens (2.160 euros). En termes nominaux, c'est à dire sans tenir compte de l'évolution des prix, la consommation s'affiche en recul beaucoup plus prononcé (-4,5%).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.