G20 : pour Sarkozy, un "changement complet de compréhension" de l'économie

 |   |  554  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le président français se félicite des décisions du sommet qui a repris à son compte certaines de ses propositions, notamment concernant les bonus des traders. Il confirme qu'une loi va être présentée interdisant aux banques françaises de disposer de filiales dans les paradis fiscaux.

C'est "un changement complet de compréhension des choses", a affirmé Nicolas Sarkozy à l'issue du G20, où il avait défendu son idée d'encadrement des bonus des traders. Le président français a ainsi estimé que le sommet de Pittsburgh a permis de transcender les approches traditionnelles des Anglo-saxons et des Européens sur le sujet même s'il n'a pas obtenu tout ce qu'il était venu chercher. "Il n'y a plus d'un côté le monde anglo-saxon et l'Europe, il y a des dirigeants qui, dans le cadre de la mondialisation, sont confrontés au même phénomène de spéculation, de prise de risques et de rémunérations scandaleuses, qui veulent y mettre un terme," a-t-il dit lors de la conférence de presse de clôture de la manifestation.

Le président français a expliqué que "trois points fondamentaux" avaient été "actés". la France a été "entendue sur la question des bonus" avec notamment "l'interdiction des bonus garantis au-delà d'un an" ou encore "l'instauration d'un système de bonus-malus". La proposition, initiée par la France et l'Allemagne, rejointes par la Grande-Bretagne puis adoptées par l'Union européenne, visant à encadrer strictement les bonus des traders est la plus médiatique. "On ne s'est pas mis d'accord sur un pourcentage, on ne s'est pas mis d'accord sur un montant mais c'est la première fois que ce principe (d'une intervention des superviseurs) est validé", a dit Nicolas Sarkozy. Le G20 a seulement établi que les superviseurs nationaux, comme la Commission bancaire en France, pourront intervenir pour limiter l'enveloppe globale des bonus à un pourcentage des revenus d'un établissement si son montant était incompatible avec le maintien d'une base de capital solide.

Deuxième point, "les règles de Bâle 2 (qui réglementent les activités bancaires en fixant par exemple le niveau de leurs fonds propres en fonction des risques pris), seront appliquées partout", notamment "dans les principaux centres financiers, dès 2011". L'Europe a obtenu des Etats-Unis qu'ils adoptent à l'horizon 2011 le cadre réglementaire dit de Bâle II en matière prudentielle, ce qui permettra d'harmoniser dans un sens plus sûr la situation en capital des banques des deux côtés de l'Atlantique. Elle a accepté en échange d'y introduire la mesure du levier d'endettement, le bilan rapporté aux fonds propres, que défendait l'administration Obama.

Enfin, les pays du G20 sont également "d'accord pour exiger que les banques qui ont des activités risquées soit obligées d'augmenter leurs fonds propres". Ces activités risquées sont leurs activités de marché, ce qui devrait freiner leur développement en les rendant moins rentables.

Nicolas Sarkozy a obtenu gain de cause sur un autre sujet qui lui est cher, les sanctions contre les derniers paradis fiscaux, plusieurs pays ayant signé depuis le sommet du G20 de Londres en avril les douze conventions fiscales bilatérales nécessaires pour échapper à ce statut.  Ces sanctions devraient entrer en vigueur en mars 2010 et le G20 souhaitent qu'elles visent à terme les pays coupables de pratiques de financement du terrorisme ou de blanchiment d'argent sale. Le président français a confirmé son intention de présenter une loi interdisant aux banques françaises d'avoir des filiales dans ces "juridictions non coopératives".

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
et la rémunération de nos supers footballeurs à plus de 3 millions d'eur par an hors primes de match et bonus.....ca choque personne !!

QU'on limite les retraites dorée ou golden parachutes des grands dirigeants, je suis absolument d'accord mais ne melangeons pas tout et ouvrons les yeux sur des aberrations bien pires !!

Un banquier averti
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
pipo !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Merci Mr Sarkozy donc je peux reprendre des actions en bourse.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Notre president se prend pour le president des USA alors que ce n est qu'un nain, sans pouvoir (ces derniers etant totalement entre les mains des puissances privées fincancieres qui gouverne un tout petit pays) qui gouverne un tout petit pays: La France.
Ce n est que technche...mais celle la fait plaisirs au bon peuple de France alors ils en profite...jusqu'en 2012...mais plus tard....une fois ca va (enfin non) mais 2 fois bonjour les degats.... On ne va qd meme pas refaire le cout des ricains qui ont votés 2 fois pour G W Bush.... on a vu le resultat.. A bientot.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Comme la définition du paradis fiscal (le truc pondu lors du précédent G20) pemet k'il n'y ait plus de paradis fiscaux...les bankes françaises vont être rapidement dans les clous. Bien foutu, n'est-ce-pas ? Comme les règles d'étalement des bonus - non limités - et le paiement partiel en actions correspond à ce ki se fait depuis toujours, les bankes seront vite dans les clous. Bien foutu, n'est-ce-pas ? ... (aux commentateurs suivant de poursuivre la liste)
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il n'y a pas de trader en France il faut le savoir, une poignée tout au plus ca ne dérange personne, les banques sous traiterons le boulot aux hedges funds sur lesquelles elles ont encore moins de controle, tout va bien madame la marquise.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La France a encore de l'influence dans le monde et le Président Sarkozy y est pour quelque chose. Alors que ces pisse-froid dont la critique systématique dénote un esprit étroit arrêtent de critiquer. Il semble que vous n'aimiez pas votre pays pour insulter sans arrêt sonr président, démocratiquement élu (ce qui n'est pas le cas partout) Je suis écoeuré de ces attitudes viles, perverses et destructrices. Quand seront nous tous tournés vers le même objectif, derrière les personnes que nous avons légitimement élues, de quel bord qu'elles soient.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bravo l'Artiste.!!! Rien égale rien c'est à dire zéro. Come si les Banques étaient assez stupides pour s'afficher en direct. Mon pauvre Mr Démosthène j'espère que vous croyez encore. vous aussi au "Pett Jésus soviètique.!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les bonus des traders ne sont pas le problème, ils font ce que leur direction leur demande de faire, point barre. Ca ne changera rien au risque pris. Disposer de plus de fonds propres, favorise les banques US, davantage que les banques du vieux continent, moins bien capitalisées.

Enfin, les paradis fiscaux, sont en très grande majorité européens... quid des états du Delaware et du Nevada, où plus de 50% des sociétés cotées en bourse sont implantées, là où la titrisation d'actifs tous azimuts est née ? que nenni. Quid des paradis fiscaux proches de la Chine ? que nenni.

Les chinois et les américains doivent bien se marrer des européens, qui doivent trouver qu'ils sont de plus en plus deux, et non trois puissances à avoir leur mot à dire et à faire, sans impunité ou presque.

Donc Démosthène... ouvrez les yeux. Et surtout, ne me parlez pas d'une démocratie en France, quand on voit l'importance de la non-neutralité des médias au moment des élections, la tentative de contrôle d'internet et de nos libertés privées (LOPPSI) par votre cher président... Ce n'est pas le mien, je n'en voulais pas. J'ai senti le côté malsain du personnage au moment de l'élection et j'ai dit " non ".
Même élu, ce n'est pas mon président, et il ne le sera jamais.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
tout celà a un gout de reformettes minima , que dire des reformes de fond engagé par rooswelt avec le new deal et le plafonnement fiscal des hauts revenus ? , non on a pas osé , finalement c'est tres bien comme c'est , que des banques doivent avoir des fonds propres lourds pour les engagements qu'elles prennent , va devoir dire que l'activitée des banques va se reduire , donc stagnation du flux bancaire , je ne crois pas qu'il a compris les risques sur ce plan , prochaine etape la remontée des taux d'interets , car les banques devront bien se renflouer en fonds propres sur quelqu'un , donc la situation ne va pas s'ameliorer et le pire c'est qu'on donne le signal a une nouvelle crise future encore plus grave et que les etats seront encore là pour payer les degats , mauvais signal ..
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Démosthène, primo on peut aimer son pays sans aimer son président, on est EN DEMOCRATIE, on a bien le droit de rejeter son président !!! Vous fumez du chit ou quoi Démosthène ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :