Catastrophes naturelles : série noire en Asie du Sud-Est

 |   |  446  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Séismes, tsunami et typhons frappent la région depuis une semaine. Les bilans sont encore incertains, mais ils pourraient atteindre des milliers de morts. Des millions d'habitants de la région se retrouvent démunis et sans abri. L'aide internationale reste timide.

Le séisme de magnitude 9,1 sur l'échelle de Richter, qui avait ravagé l'Asie du Sud-Est en décembre 2004, revient hanter les esprits. A peine cinq ans plus tard, alors que la région se remet encore difficilement de la catastrophe et de ses 230.000 morts, la terre tremble à nouveau en Indonésie.

Un premier séisme de magnitude 7,6 sur l'échelle de Richter est survenu mercredi en fin d'après-midi au large de l'île de Sumatra, en Indonésie. Ce matin, une réplique violente, mesurée à 6,8, a relancé la panique dans la région de Padang, ville côtière qui abrite environ un million de personnes.

Jeudi dans la soirée, l'ONU annonçait "au moins 1.100 morts" après le séisme. Le chef de la cellule de crise du ministère de la Santé indonésien, Rustam Pakaya, affirmait dans la journée estimer que "des milliers de personnes sont mortes". Le tremblement de terre a touché une région montagneuse, provoquant des glissements de terrain qui ont coupé les routes. Difficile dans ces conditions de faire parvenir une aide logistique ou médicale aux villages isolés.

Cette catastrophe intervient 24 heures après un autre séisme, qui a lui provoqué un tsunami sur les îles Samoa. La vague, parfois haute de 8 mètres, a dévasté l'Etat indépendant des Samoa, les Samoa américaines et a touché l'archipel des Tonga voisin. Officiellement, 144 personnes ont été tuées mais, en réalité, les morts pourraient être bien plus nombreux.

Et comme si les catastrophes n'étaient pas déjà suffisamment nombreuses dans cette partie du monde, le bilan du passage du typon Ketsana au dessus des Philippines, du Vietnam, du Laos et du Cambodge n'est pas bon non plus. Alors qu'il n'était encore qu'une tempête tropicale, Ketsana a ravagé Manille, la capitale philippine, ce week-end. Le gouvernement avance le chiffre de 277 morts et 2,5 millions de personnes touchées.

Ketsana s'est ensuite transformé en typhon et s'est dirigé vers le Vietnam. Ce jeudi, les autorités vietnamiennes dénombrent 92 morts et 19 disparus, tandis que le Cambodge estime le nombre de ses victimes à 14 et au Laos, pays particulièrement démuni, les victimes d'inondations sont encore à dénombrer.

La panique revient car la région est encore sous les eaux et qu'un typhon potentiel pointe le bout de son nez au large des Philippines. Baptisé Parma, il avance à vive allure vers l'archipel, où 700.000 personnes sont encore réfugiées dans les centres d'urgence. Selon les autorités, il pourrait se transformer en "super typhon", avec des vents compris entre 175 et 200 km/h. Il pourrait frapper le pays dès samedi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
On espère qu'avec la saison sèche, les catastrophes qui se suivent mais ne se ressemblent pas s'arrêtent.

Ben du Cambodge
http://www.kambody.com
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tu as raison kambody !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :