Pour la première fois, une femme reçoit le prix Nobel d'économie

 |  | 323 mots
Elinor Ostrom, prix Nobel d'économie 2009.
Elinor Ostrom, prix Nobel d'économie 2009.
Elinor Ostrom est la première femme lauréate du prix Nobel d'économie. Elle a été récompensée en même temps qu'Oliver Williamson, pour leurs travaux "sur la gouvernance économique".

Le prix Nobel d'économie a été attribué ce lundi aux Américains Elinor Ostrom et Oliver Williamson pour leurs travaux sur "la gouvernance économique", a annoncé ce lundi le comité Nobel.

Née en 1933, Elinor Ostrom, de l'Université d'Indiana (centre), "a démontré comment les copropriétés peuvent être efficacement gérées par des associations d'usagers", précise le comité qui pour la première fois donne ce prix à une femme.

Oliver Williamson, de l'Université californienne de Berkeley (ouest) et né en 1932, "a montré que les marchés et les organisations hiérarchiques, à l'image des entreprises, ont des structures de gouvernance alternatives qui diffèrent dans leur façon de résoudre les conflits d'intérêt".

Chasse gardée américaine

Officiellement dénommé "prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel", le Nobel d'économie est le seul à ne pas avoir été prévu dans le testament de l'industriel et philanthrope suédois.  Décerné depuis 1969 et financé par la banque centrale suédoise, il fonctionne comme les autres prix avec un comité et une dotation de 10 millions de couronnes (970.000 euros) à partager entre les lauréats.

Le Nobel d'Economie est une chasse gardée américaine, avec 45 lauréats sur un total de 64. Cette année aura également vu beaucoup d'Américains récompensés, avec onze lauréats sur treize venant des Etats-Unis, la surprise étant venue vendredi à Oslo du Nobel de la Paix attribué à Barack Obama.

C'est la première fois que le comité Nobel attribut autant de prix à des lauréates, cinq en tout. Jeudi, l'Allemande d'origine roumaine Herta Müller avait été récompensée du prix de Littérature. Lundi dernier, deux femmes, l'Australo-américaine Elizabeth Blackburn et Carol Greider des Etats-Unis ont reçu le prix de médecine. Mercredi c'était au tour de l'Israélienne Ada Yonath d'être lauréate en chimie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/10/2009 à 15:57 :
Le prix nobel d'économie n'existe pas. On l'appelle abusivement "Nobel" or son réel intitulé est "Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel". La "nobelisation" de cet initulé n'est pas anodine pour un prix qui a été très majoritairement décerné au tenants du libéralisme le plus ultra, il s'agit d'habiller de respectabilité scientifique un discours idéologique. Nobel n'a créé de prix de sciences que pour les sciences "dures" où la subjecivité et les intérêts humains n'ont pas place. Les termes ont leur importance et leurs conséquences.
a écrit le 12/10/2009 à 11:55 :
C'est bizarre tous ces Nobel discernés sur des critères dont on du mal à saisir la logique.
Le Nobel pour Obama est une bizarrerie car a récompensé le pays le plus belliqueux de la planète !
a écrit le 12/10/2009 à 11:03 :
Tiens ce n'est pas Obama ? Il a pourtant aussi fait des promesses économiques :-)))
a écrit le 12/10/2009 à 10:05 :
une telle quantité de nobelisés américains amène à se poser 2 questions :
- Leur système est-il tellement plus efficace que celui de tous les autres pays ?
ou
- N'y aurait-il pas une sorte americanophilie exacerbée assez coutumière dans les pays anglo-saxons et scandinaves, et de l'ancienne Europe de l'Est ?

Probablement un peu des deux, le récent prix Nobel de la paix décerné à Obama milite pour le deuxième cas.
a écrit le 12/10/2009 à 10:01 :
Lionel JOSPIN fait partie du jury?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :