Le taux de chômage américain au-delà de la barre des 10%

Le taux de chômage américain est monté à 10,2% en octobre. C'est son plus haut niveau depuis avril 1983. Le mois dernier, la première économie mondiale a enregistré 190.000 suppressions d'emploi, un chiffre plus élevé que les prévisions des économistes.

Malgré la reprise économique qui semble s'amorcer, le marché de l'emploi reste sinistré aux Etats-Unis. Le taux de chômage a ainsi dépassé la barre symbolique des 10% en octobre, montant à 10,2% de la population active en octobre. C'est son plus haut niveau depuis avril 1983. Sur un mois, il a grimpé de 0,4 point, après s'être établi à 9,8% en septembre. Cette hausse est bien plus importante que celle anticipée par les économistes qui misaient sur une progression de seulement 0,1 point.

Le mois dernier, la première économie mondiale a encore supprimé 190.000 emplois alors que les marchés en attendaient 175.000. Le nombre de pertes d'emplois de septembre a été révisé à la baisse, passant de 263.000 en estimation initiale à 219.000. Les chiffres d'août ont également été abaissés, à 154.000 contre 201.000, tandis que ceux de juillet ont été confirmés à 304.000.

Les pertes d'emploi ont touché la quasi-totalité des secteurs professionnels en octobre, avec en particulier 61.000 emplois en moins dans l'industrie et 62.000 retranchés dans le BTP. Les services ont aussi perdu 61.000 emplois (soit 42% de moins qu'en septembre). En revanche, l'éducation et la santé ont gagné 45.000 emplois, tandis que l'emploi public n'a pas varié.

Cela fait désormais vingt-deux mois d'affilée que des emplois sont détruits aux Etats-Unis. Depuis le début de la récession en décembre 2007, 7,3 millions de personnes se sont retrouvées sans travail. Si le rythme de destruction des postes a nettement ralenti, il faudra bien encore attendre plusieurs mois avant que l'économie américaine se remette à créer des emplois.

Par ailleurs, le crédit à la consommation aux Etats-Unis a diminué de 14,80 milliards de dollars en septembre, selon les chiffres publiés vendredi par la Réserve fédérale. L'encours de crédit à la consommation a baissé de 7,19% sur un an pour tomber à 2.460 milliards de dollars. Les chiffres d'août, révisés, font ressortir une baisse de 9,86 milliards de dollars, au lieu de 12 milliards.

Les analystes interrogés par Reuters attendaient un recul de 10 milliards de dollars pour septembre. Il s'agit du huitième mois de baisse du crédit, la plus longue période de recul depuis le début de cette série statistique en 1943, souligne la Fed.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 07/11/2009 à 8:11
Signaler
Ne rèvons pas: nous vivons dans une crise perpétuelle mais nous nous rapprochons du paradis: comparons notre niveau de vie à celui de nos ancètres d'il ya quelques millénaires. Ce qui est choquant, c'est que nos brillants économistes aient des compte...

à écrit le 07/11/2009 à 7:48
Signaler
La crise est finie pour les traders, pour les autres ça ne fait que commencer. Rendez vous à la prochaine bulle !

à écrit le 06/11/2009 à 17:28
Signaler
On est dans l'effet d'annonce permanent avec la presse. La crise n'est ni terminée, ni ne "semble" terminée, ni en voie de résorbsion. Nous sommes sur une tendance très longue de crise plus ou moins larvée des économies occidentales. Nous en avons po...

à écrit le 06/11/2009 à 16:19
Signaler
Bonne nouvelle on vire tout le monde mais il y a une reprise quie "SEMBLE" s'amorcer ! Avec des millions de consommateurs à la rue j'imagine que la reprise sera "spéculative" donc complètement bidon. C'est vrai qu'il serait temps d'arrêter cette prop...

à écrit le 06/11/2009 à 14:29
Signaler
"Malgré la reprise économique qui "SEMBLE" s'amorcer..." Tiens tiens...Semble ? La réalité vous la connaissez cessez cette propagande svp.

à écrit le 06/11/2009 à 13:42
Signaler
IL ne fallait pas rêver. Obama super héro sauvant l'américain in extremis de la catastrophe, c'est utopique. La crise est loin d'être terminée, alors l'occident compte sur la croissance chinoise pour maintenir le cap. Problème : les chinois ont beauc...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.