La pression monte sur la note des Etats, Fitch dégrade la Grèce

 |   |  580  mots
Fitch Ratings a annoncé mardi avoir abaissé la note long terme en devises et la note d'émetteur en monnaie locale de la Grèce à BBB+ contre A-, avec une perspective négative. Le dossier nourrit les interrogations sur les menaces qui pèsent sur les notes de la dette souveraine des Etats dont l'endettement a bondi avec la crise et les plans de relance.

Les nuages s'accumulent sur la Grèce. Fitch Ratings a annoncé mardi avoir abaissé la note long terme en devises et la note d'émetteur en monnaie locale de la Grèce à BBB+ contre A-, avec une perspective négative. La note court terme d'Athènes a été rétrogradée à F2 contre F1.

Ces décisions, explique-t-elle, reflètent ses préoccupations sur l'évolution à moyen terme des finances publiques en raison du manque de crédibilité des institutions et du contexte politique en Grèce , des éléments "exacerbés par l'incertitude sur les perspectives d'une reprise équilibrée et soutenue".
Fitch s'attend à ce que la dette publique grecque atteigne plus de 120% du produit intérieur brut (PIB) l'an prochain et 125% en 2011.

Lundi, c'est l'agence Standard & Poor's qui avait mise sous surveillance négative la note de la Grèce, préparant à un abaissement dans les prochaines semaines et venant alimenter la question de l'éventuelle solidarité financière entre pays de la zone euro en cas de problème d'un de ses membres.

Le dossier grec - le Portugal est aussi menacé - nourrit les interrogations sur les menaces qui pèsent sur les notes de la dette souveraine des Etats dont l'endettement a bondi avec la crise et les plans de relance. Certes, les obligations des Etats américain, français ou allemand se vendent encore très bien (voir la Tribune de ce mardi). Mais l'agence de notation financière Moody's estime ce mardi que les Etats bénéficiant de la meilleure note d'endettement possible, AAA, ne sont certes pas menacés immédiatement d'une dégradation de celle-ci à court terme, mais que la pression commence à monter pour qu'ils redressent leurs finances.


La crise économique et financière "arrive peut-être à son terme, mais la crise budgétaire dans plusieurs des pays +AAA+ va probablement durer des années", a prévenu Moody's dans son deuxième rapport trimestriel sur ces Etats bénéficiant de sa note suprême (seule l'Irlande l'a perdue)?
Un seul Etat a été déchu de cette catégorie cette année par Moody's, l'Irlande, qui est l'un des pays développés les plus affectés par la crise.
 

Mais Moody's lance un avertissement : "en 2010, les gouvernements notés AAA dont les finances sont tendues seront sous pression pour annoncer des plans budgétaires crédibles, et si les marchés financiers se mettaient à perdre patience, commencer à les appliquer", ce qui va "compliquer la reprise" et "tester leur cohésion", explique l'agence.
 

L'agence a défini  trois sous-catégories au sein du club des pays AAA, en fonction de l'impact de la crise sur leurs finances publiques et de leur capacité à y réagir. Elle a classé le Royaume-Uni et les USA dans les pays dits "résilients", dont les finances publiques se détériorent considérablement et pourraient donc venir "tester les frontières de la note AAA", mais sont en mesure de rebondir.
 

Les 15 autres Etats notés AAA, dont la France et l'Allemagne, sont qualifiés de "résistants", avec une situation plus solide et une dette qui augmente mais dans des proportions contrôlées.
 

Pour l'heure, aucun Etat AAA n'appartient à la catégorie la plus sombre, celle des pays dits "vulnérables", dont les finances publiques risquent de déraper et de perdre la note suprême. C'était le cas de l'Irlande avant qu'elle ne glisse encore plus bas.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2009 à 12:45 :
Naturellement les banques françaises vont nous dire qu'elles n'ont aucun engagement sur la Grèce, ni sur l'Irlande, ni sur le Portugal. Mais alors quel type de papiers les banques françaises apportent au refinancement gratuit de la BCE ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :