L'Espagne mise sous surveillance par Standard and Poor's

 |   |  366  mots
L'agence de notation Standard & Poor's a abaissé ce mercredi à "négative" sa perspective sur la note souveraine de l'Espagne en soulignant que le royaume risquait de voir cette note abaissée d'ici deux ans faute de mesures radicales pour assainir les finances publiques.

Après la Grèce, l'Espagne ? Dans un communiqué, l'agence de notation Standard & Poor's explique ce mercredi qu'elle abaisse à "négative" sa perspective sur la note souveraine de l'Espagne, et que les finances publiques du pays sont menacées d'une détérioration plus profonde et d'une période de ralentissement économique plus longue que prévu lorsqu'elle a abaissé, en janvier, la note souveraine du pays à AA+ contre AAA.

"De notre point de vue, la correction des importants déséquilibres budgétaires et économiques de l' Espagne nécessite des mesures fortes, qui ne se sont pas encore matérialisées", estime l'agence de notation.

Les actions des banques espagnoles étaient en baisse après la publication du communiqué de S&P, qui entretient la nervosité des marchés financiers après la dégradation par Fitch de la note de la Grèce mardi. Vers 15 h GMT, Santander perdait 3,5% et BBVA 3,4% alors que l'indice DJ Stoxx paneuropéen des banques abandonnait 1,5%. L'indice de la Bourse de Madrid cédait 2,2% au même moment tandis que l'écart de rendement entre les emprunts publics espagnols à 10 ans et les titres allemands de même échéance, qui traduit la prime de risque exigée par le marché pour détenir des emprunts espagnols, se creusait à 69 points de base, son plus haut niveau depuis juillet.

Le ministère de l'Economie espagnol n'a fait aucun commentaire dans l'immédiat sur la décision de S&P. Malgré son avertissement, l'agence de notation reconnaît que le gouvernement espagnol dispose encore d'un certain temps pour prendre des mesures aptes à éviter une dégradation de la note souveraine.
"Si le gouvernement annonce des mesures budgétaires concrètes que nous jugeons crédibles pour atteindre un excédent primaire annuel de 2% ou plus d'ici la fin de la période de prévisions en 2012, la pression à la baisse sur les notes pourrait diminuer", a expliqué Trevor Cullinan, analyste crédit de S&P.

Le déficit budgétaire espagnol devrait avoisiner 10% du produit intérieur brut (PIB) cette année et le ratio dette publique/PIB pourrait atteindre 67% l'année prochaine, selon Standard & Poor's.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2010 à 12:07 :
C'est bien beau d'encourager la consommation,mais un endettement excessif conduit à la catastrophe!A quand le tour de la France?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :