L'amnistie fiscale a permis à l'Italie de rapatrier 95 milliards d'euros

Alors que le date butoir fixée initialement à la mi-décembre a été retardé à la fin avril 2010, Rome estime désormais à 125 milliards d'euros le montant total des fonds rapatriés dans le cadre de l'amnistie offerte aux fraudeurs.

1 mn

(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

L'amnistie fiscale séduit les Italiens. Ou du moins ceux d'entre eux qui ont placés en toute illégalité leurs économies à l'étranger. Selon le ministère de l'Economie italien, 95 milliards d'euros ont déjà repassé la frontière et le gouvernement table sur 30 milliards d'euros de plus d'ici la fin avril, date à laquelle la mesure prendra fin. Rome avait d'abord fixé l'échéance au 15 décembre avant d'ofrir un délai supplémentaire aux contribuables pénitents. Les fonds rapatriés font l'objet d'une taxation de 5%.

"Le temps des paradis fiscaux est définitivement révolu" assure le ministère de l'Economie dans son communiqué. Et de prévenir les contribuables récalcitrants ou hésitants : "placer ou conserver de l'argent dans des paradis fiscaux n'est plus une solution en termes économiques comme en termes fiscaux. Les retours sont faibles, les risques élevés".

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 30/12/2009 à 10:14
Signaler
J'avais raison: l'argent n'a pas d'odeur.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.