Michel Barnier va proposer de limiter les produits de spéculation sur la dette des pays

 |   |  280  mots
Le commissaire européen au marché intérieur, qui chapeaute aussi les services financiers, va proposer "un texte pour recadrer les ventes à découvert purement spéculatives, et notamment lorsqu'elles portent sur les credit default swaps (CDS) souverains".

Après les tensions sur la dette grecque, le commissaire européen au marché intérieur qui chapeaute aussi les services financiers, le français Michel Barnier, a annoncé ce mercredi qu'il va proposer "un texte pour recadrer les ventes à découvert purement spéculatives, et notamment lorsqu'elles portent sur les credit default swaps (CDS) souverains".


Les CDS (couvertures de défaillance) sont des produits financiers dérivés, destinés au départ à se couvrir contre le défaut d'un émetteur de dette sur le principe des assurances. La crise des subprime a prouvé toutefois qu'elles pouvaient se révéler inefficientes. Elles sont devenues le symbole de la spéculation, notamment après de forts mouvements sur les CDS liés à la dette grecque. Mais la spéculation esr directement liée à leur fonctionnement puisque face à l'investisseur qui veut se couvrir doit figurer une contre-partie.


Mis sous pression par plusieurs capitales européennes, dont Paris et Berlin, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, avait promis il y a une dizaine de jours d'examiner la possibilité d'interdire les opérations purement spéculatives et à découvert sur des CDS liés à de la dette souveraine.

Un paquet de réforme plus vaste concernant l'ensemble des marchés de dérivés est prévu pour juin mais cet encadrement spécifique des CDS devrait n'être discuté qu'ensuite.

Michel Barnier a évoqué Ie volume "considérable" de ces marchés : "nous parlons de 600.000 milliards de dollars sur les échanges de ces produits, dont 80% échappent à toute forme de contrôle, de transparence, de standardisation ou d'enregistrement. Nous devons faire basculer cette proportion dans l'autre sens".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2010 à 17:17 :
Qu'attend t'on pour autoriser les pays européens en difficulté à venir se financer auprès de la Banque Centrale Europeenne à des taux calculés au plus juste , Sinon permettez moi de poser la question suivante ; à quoi sert la banque européenne?
Laisser l'avenir d'un pays aux mains de cette vermine que sont les fonds spéculatifs type "golden sachs"est un véritable scandale que doivent traiter en grande priorité nos politiques de toute confession.Ce serait là une belle preuve de leur non soumission aux lobbys financiers,et la meilleur preuve de leur probité qui depuis quelque temps est battue en brèche par une très grande part des citoyens européens.

.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :