La Grèce se tourne vers les Etats-Unis pour ses besoins en financement

 |   |  243  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
La Grèce lancerait un emprunt obligataire de plusieurs milliards de dollars aux Etats-Unis ce mois-ci, afin de faire face à ses besoins en financement. Par ailleurs, le pays souhaiterait amender l'accord européen de sauvetage trouvé le 25 mars afin d'échapper aux conditions trop contraignantes imposées par le FMI.

Selon le Financial Times, la Grèce lancerait un emprunt obligataire de plusieurs milliards de dollars aux Etats-Unis ce mois-ci, afin de faire face à ses besoins en financement. Son objectif est de lever de 5 à 10 milliards de dollars auprès des investisseurs américains dans le cadre de la couverture de ses besoins d'emprunt de mai. Il est prévu que le ministre grec des Finances, Georges Papaconstantinou, effectue une tournée aux Etats-Unis après le 20 avril.

De plus, selon Market News International (MNI), qui s'appuie sur des sources gouvernementales grecques non identifiées, Athènes souhaiterait amender l'accord de sauvetage signé lors du dernier conseil européen fin mars dans le but de contourner le Fonds monétaire international (FMI), de crainte qu'il n'impose des conditions trop dures en échange d'une aide.

Depuis le sommet européen du 25 mars, "le Premier ministre [George Papandréou, Ndlr] a reçu des informations du FMI au sujet des mesures et réformes éventuelles qu'il demanderait en échange d'un soutien financier", a-t-on déclaré à MNI. "Les mesures sont difficiles et pourraient entraîner de l'agitation sociale et politique. Après cela, plusieurs membres du gouvernement ont exprimé leur opposition à une contribution du FMI", a-t-on ajouté.

Le quotidien britannique Daily Telegraph montre par ailleurs ce mardi que les banques grecques voient leurs gros clients, particuliers comme entreprises, déplacer leurs fonds vers des banques internationales ou à l'étranger en raison de la crise de la dette.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2010 à 15:33 :
Un vrai camouflet à l'Allemagne qui comme toujours a voulu tout diriger et donner des leçons. Ce que je comprends, c'est que les USA sont toujours une superpuissance vers laquelle on se tourne quand il y un problème, et que le nain europe n'a aucune crédibilité, même en demandant de l'aide au FMI.
a écrit le 06/04/2010 à 12:48 :
Il faut lire "LA GRECE DEMANDE A GOLDMAN SACHS" de rapatrier du business , de l'arnaque, du vol, du mensonge ... ! Les conditions du FMI trop dures ? Tiens un petit vent de révolte souffle sur le pays alors on va piquouser le pays avec une nouvelle dette et comme au final tout le monde s'en fou totalement et que l'économie c'est bidon alors pourquoi ce faire du soucis ! Je conseille la version 2010 d'un adage bien connu "qui NE payent PAS ses dettes, s'enrichie" !
a écrit le 06/04/2010 à 10:39 :
Tiens, tiens. L'UE et l'euro se fissureraient-ils face au risque d'agitation sociale et politique? A qui le tour?
a écrit le 06/04/2010 à 10:31 :
Le meme premier ministre Grec menacait l'UE de faire appel au FMI si aucun accord n'etait trouve rapidement. Maintenant, il change de position ? Le probleme de la dette grecque est liee aussi a la confiance des marches envers la politique de redressement de la Grece, ces revirements continuels ne peuvent pas mettre en confiance et deservent la Grece. Un vrai homme d'etat devrait donner un ligne de conduite ferme et s'y tenir...
a écrit le 06/04/2010 à 9:24 :
Le monde de la finance le malheur des uns le bonheur des autres,très bien décrit dans l'article du Daily Telegraph.
a écrit le 06/04/2010 à 7:19 :
Demander le mode d'emploi à l'Angleterre qui est inféodée aux Etats Unis depuis bien longtemps et qui préfère largement ce type de relation à l'Europe

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :