Crise financière : Greenspan s'exonère de toute responsabilité

 |   |  327  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
L'ancien président de la Réserve fédérale estime que sa politique de taux d'intérêt extrêmement bas n'est pas à l'origine de la crise. Il accuse en revanche l'administration Bush d'avoir jouer un rôle.

Ce n'est pas l'accès plus facile des Américains les moins fortunés au crédit immobilier qui a plongé les Etats-Unis dans la crise, mais la tendance de Wall Street à transformer les prêts en produits financiers opaques, a déclaré mercredi l'ancien président de la Réserve fédérale Alan Greenspan.

Le texte qu'il devait lire devant la commission d'enquête du Congrès sur les causes de la crise financière reprend les arguments qu'il utilise depuis 2008 pour défendre son action à la tête de la Fed, en réfutant la thèse selon laquelle la banque centrale a favorisé l'envolée des prix immobiliers en pratiquant des taux d'intérêt extrêmement bas.

"La bulle des prix immobiliers, la plus importante bulle du monde depuis des générations, a été causée par la baisse des taux d'intérêt mais (...) ce sont les taux du crédit immobilier à long terme qui ont galvanisé les prix, et pas les taux au jour le jour des banques centrales, contrairement à une opinion désormais largement répandue", a-t-il dit.

"La progression du marché du subprime s'étale sur des années," a-t-il poursuivi, en raison de "l'impulsion globale de ce gouvernement était de développer la propriété immobilière, en particulier dans les groupes à revenus faibles et moyens". "La politique officielle - qui a fixé les critères pour Fannie et Freddie - a été d'augmenter considérablement leur participation dans ces types de prêts".

Il a cependant reconnu que les autorités avaient sous-estimé les risques liés à la montée des prix immobiliers durant les années 2000. "Dans un climat d'euphorie croissante, les dirigeants des institutions financières comme les régulateurs, qui incluent la Réserve fédérale mais pas seulement celle-ci, ne sont pas parvenues à mesurer l'ampleur sous-jacente, la longévité et l'impact potentiel" des risques pour les marchés, a-t-il expliqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2010 à 15:16 :
Parce que bien sûr les taux du crédit immobilier à long terme n'ont aucun rapport avec les taux de base? Que le fait que les banques gagnent moins avec des taux bas n'a rien à voir avec fait qu'elles aient consenti des crédits à des gens qui ne pouvaient les rembourser (subprimes) ? Et que M. Greenspan était complètement indépendant du gouv. Bush, et ne savait rien de tout cela? Est-ce qu'il ne nous prend pas pour des idiots?

Et les journalistes de la Tribune ne savent pas écrire le français: "d'avoir jouER"...
a écrit le 08/04/2010 à 7:29 :
Maintenant ce personnage n'a aucune responsabilité et accuse l'administration Bush!!! donc ou l'indépendance de la FED??? la corruption ou le mensonge propagandiste sur cette indépendance?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :