La Grèce au régime sec

 |   |  487  mots
(Crédits : Reuters)
Voici le détail des nouvelles mesures d'austérité annoncées ce dimanche par le gouvernement grec en échange du déblocage d'une aide du Fonds monétaire international (FMI) et l'Union européenne estimée à plus de 100 milliards d'euros.

Après des semaines de tractations, la Grèce, l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI) ont conclu un accord ce week-end sur un plan de sauvetage. Le Premier ministre grec, George Papandréou, l'a présenté et souligné les sacrifices que ce plan nécessitait. En voici le détail.

 

Ce nouveau plan devrait faire tomber le déficit budgétaire à 8,11% du Produit intérieur brut (PIB) en 2010 contre 13,6% en 2009. Il ne reviendra pas sous la barre des 3% avant 2014. En outre, le Ministère des Finances prévoit désormais un baisse du PIB de 4% cette année et une contraction de 2,6% l'année prochaine. Le retour à la croissance est prévu en 2012 pour atteindre 2,1% en 2014. Quant à la dette, elle revrait représenter 133,3% du PIB en 2010 et monter jusqu'à 149,1% en 2013, puis redescendre à 144,3% l'année suivante.

Economies substantielles dans le secteur public

-Salaires gelés jusqu'en 2014

- Primes du 13e et 14e mois (Noël et Pâques) supprimées pour les salaires supérieurs à 3.000 euros par mois et plafonnées à 1.000 euros pour les salaires inférieurs à 3.000 euros par mois. Rappelons que ces primes avaient déjà été réduites de 30% dans le cadre des précédentes mesures d'autérité annoncées en mars.

-Réduction de 8% des diverses indemnités dont bénéficient les fonctionnaires, lesquelles représentent une part importante de leur revenu. Elles avaient déjà été diminuées de 12% lors des dernières mesures d'austérité annoncées en mars.

Fiscalité augmentée

- Le taux principal de TVA est de nouveau relevé, de 21% à 23%. En mars, il était déjà passé de 19% à 21%.

- Les taxes sur les carburants, l'alcool et le tabac sont augmentées de 10% supplémentaires.

- Impôt exceptionnel sur les sociétés les plus rentables

- Hausse de la fiscalité immobilière

Le secteur privé pas épargné

- Révision de la législation interdisant aux sociétés de licencier plus de 2% de leurs effectifs totaux par mois.

- Modification des règles régissant les indemnités de départ

- Mise en place d'un nouveau salaire minimum  applicable aux jeunes et aux chômeurs de longue durée

Age de la retraite sensiblement retardé

- Lier l'âge légal de la retraite à l'espérance de vie moyenne. Il est actuellement de 65 ans pour les hommes et de 60 ans pour les femmes.

- Retraite pleine à partir d'une durée de travail de 37 ans, puis de 40 ans en 2015.

-Réduction du nombre de départs anticipés à la retraite. Objectif à terme : interdire les départs avant 60 ans.

-Révision de la base de calcul des retraites, la référence devenant le salaire moyen de la totalité des années travaillées et non plus le dernier salaire

Réformes structurelles engagées

- Libéralisation des marchés des transports et de l'énergie

- Ouverture des professions fermées

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2010 à 8:28 :
ce plan me paraît très lourd pour certains et très injuste car des taux de tva élevés vont toucher les plus humbles et que les très riches semblent épargnés !
la consommation risque encore de baisser et je ne vois pas venir de bons "résultats" il fallait retarder l'âge de la retraite et réguler certains avantages mais
pas augmenter autant la tva !
a écrit le 03/05/2010 à 5:42 :
Quand je lis que "-Réduction de 8% des diverses indemnités dont bénéficient les fonctionnaires, lesquelles représentent une part importante de leur revenu. Elles avaient déjà été diminuées de 12% lors des dernières mesures d'austérité annoncées en mars" et sachant que ces indeminités sont données "soit pour travail sur ordinateur, soit pour arriver a l'heure au bureau, etc.....!" je me demmande si vraiment ces reformes vont ds la bonne direction??????????????????,,,,

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :