Pékin réexamine ses réserves en dette européenne

 |   |  320  mots
La Chine est préoccupée par les problèmes budgétaires de la zone euro. Le niveau de ses réserves en obligations souveraines de la zone euro est sur la sellette.

En raison de la hausse des déficits de certains pays européens comme la Grèce et le Portugal, la Chine est à son tour inquiète. Elle s'interroge sur le montant de ses réserves en obligations souveraines de la zone euro rapporte mercredi soir  le quotidien économique Financial Times.

Selon le quotidien, des représentants de l'Administration d'Etat des changes, qui gèrent les réserves du pays, ont rencontré des banquiers étrangers à Pékin ces derniers jours pour discuter de cette question.

Les informations rapportées par le quotidien ont provoqué un renversement de tendance à Wall Street qui a clôturé dans le rouge après avoir évolué une bonne partie de la séance en territoire positif.

L'Administration d'Etat des changes, qui détient selon les estimations 630 milliards de dollars (517 milliards d'euros) d'emprunts d'Etat de la zone euro dans ses réserves, a exprimé des inquiétudes à propos de son exposition aux marchés grec, irlandais, italien, portugais et espagnol, indique le journal.

La composition exacte des 2.400 milliards de dollars de réserves de changes chinoises est un secret d'Etat mais les analystes estiment qu'elles sont constituées pour les deux-tiers d'actifs libellés en dollars et pour le reste d'actifs en euro, en yens et livres sterling.

Le ministère chinois du Commerce a exprimé sa préoccupation ces derniers jours sur l'impact de l'affaiblissement de l'euro sur les exportations. Le Premier ministre Wen Jiabao a déclaré de son côté que la Chine était prête à apporter son soutien aux plans de l'Union européenne et du Fonds monétaire international pour stabiliser la région.

Les craintes de turbulences sur les marchés financiers rendent très improbable une initiative rapide des autorités chinoises, visant par exemple à réduire leurs réserves en euros, ce qui pourrait effectivement réduire leur exposition mais provoquer des dommages collatéraux bien plus graves.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2010 à 19:01 :
Qu'un journal américain titre ce genre d'annonce c'est une chose. Les USA ont tout intérêt à la fin de l'Euro mais être journaliste c'est vérifier ses sources avant de publier. Le N° de téléphone de l'ambassade de Chine doit se trouver dans les pages jaunes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :