Etats-Unis : la conjoncture est "moins favorable à la croissance" selon la Fed

 |  | 286 mots
Lecture 1 min.
La Réserve fédérale américaine a maintenu ce mercredi son taux directeur à son plus bas niveau historique, faisant également état d'une détérioration des perspectives de l'économie américaine.

La crise dans la zone euro devrait peser sur la croissance américaine. "D'une manière générale, la conjoncture financière est devenue moins favorable à la croissance, ce qui reflète largement l'évolution de la situation à l'étranger", explique la Réserve fédérale américaine dans le communiqué final de son Comité de politique monétaire (FOMC), alors qu'a été dévoilé ce mercredi un nouveau mauvais indicateur immobilier aux Etats-Unis.

La reprise économique, entamée au troisième trimestre 2009, se poursuit et le "marché du travail s'améliore progressivement". Mais "le rythme de la reprise économique devrait rester lent pendant un certain temps", notamment parce que "les dépenses des ménages augmentent mais restent entravées par un chômage élevé, une croissance modeste des revenus, une baisse de la valeur du patrimoine immobilier et la difficulté à obtenir des crédits."

Du côte de l'inflation, "les prix de l'énergie et d'autres matières premières ont quelque peu baissé ces derniers mois, et l'inflation sous-jacente a eu tendance à être tendantiellement plus basse", estime la Réserve fédérale. "La considérable sous-utilisation des ressources continuant à limiter les pressions sur les coûts et les attentes d'inflation à long terme étant stables, l'inflation devrait rester faible pendant quelque temps".

Dans ces conditions, les banquiers centraux américains ont sans surprise maintenu le taux directeur de la Fed à son plus bas niveau historique, dans une fourchette de fluctuation comprise entre 0 et 0,25%. L'institution a réaffirmé sa volonté de poursuivre sa politique monétaire accommodante pendant une période prolongée, malgré les voix discordantes de plusieurs des membres du FOMC. Thomas Hoening a de nouveau voté contre ce statu-quo.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :