Le constat alarmiste du Congrès américain

 |   |  641  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La Commission budgétaire du Congrès américain estime que l'économie américaine va au-devant de jours sombres du fait du niveau élevé du chômage et de la faible production industrielle qui entravent la reprise.

L'économie américaine va au-devant de jours sombres du fait du niveau élevé du chômage et de la faible production industrielle qui entravent la reprise, a estimé jeudi le chef de l'Office budgétaire du Congrès.

L'avertissement lancé par le "Congressional Budget Office", organisme non-partisan, s'ajoute à la publication de statistiques négatives qui renforcent les inquiétudes relatives à un retour de la récession.

La crainte d'une reprise en "W", qui verrait une nouvelle phase de récession succéder à la fragile reprise en cours, risque aussi de peser lourd sur l'issue des élections de mi-mandat de novembre prochain.

Les 435 sièges de la Chambre des représentants et un tiers des sièges du Sénat seront renouvelés et Barack Obama est sous la menace d'un Congrès qui basculerait dans le camp républicain.

D'après ses dernières projections, le CBO s'attend à ce que le déficit budgétaire atteigne 1.342 milliards de dollars cette année, un chiffre un peu moins élevé que les 1.368 milliards projetés en mars dernier.

Le CBO attribue pour l'essentiel cette différence à une réduction attendue du coût du programme TARP, le plan de sauvetage sur fonds publics des institutions financières lancé en 2009.

Mais les projections détaillées jeudi par le CBO tendent à montrer qu'à moins de changements significatifs dans les dépenses et recettes de l'Etat, l'administration Obama aura du mal à s'engager sur la voie d'une résorption du déficit budgétaire.

CHÔMAGE ÉLEVÉ JUSQU'EN 2014

Pour Douglas Elmendorf, directeur du Congressional Budget Office, la reprise de l'économie après la récession ne sera pas tâche aisée, même si l'organisme qu'il dirige s'attend à une croissance de 3% cette année.

"Le nombre considérable de logements vacants et les usines et bureaux qui tournent au ralenti resteront un frein continu sur la construction résidentielle et l'investissement des entreprises; de même, la faible progression des revenus ainsi que les richesses détruites freineront les dépenses des consommateurs", a-t-il dit jeudi.

Selon le CBO, le taux de chômage ne repassera pas sous la barre des 5% avant 2014. Il devrait s'établir à 9,5% cette année, baisser à peine en 2011 pour revenir à 9% et se maintenir à un niveau moyen de 6,7% sur la période 2012-2014.

Il faut remonter à avril 2008 pour retrouver un taux de chômage inférieur à 5% de la population active aux Etats-Unis. C'était juste avant que l'économie américaine ne plonge en récession.

L'accumulation de ces statistiques fournit un angle d'attaque de premier ordre pour les républicains, qui espèrent priver Barack Obama de majorité au Congrès lors des élections du 2 novembre.

"Les prévisions livrées ce jour par le CBO ne font que souligner ce que nous savions déjà: le rythme actuel des dépenses publiques est intenable et, sans changement de direction, notre pays va vers une calamité budgétaire", a réagi le républicain Judd Gregg, qui siège à la commission budgétaire du Sénat.

Pour leur défense, les démocrates affirment que le déficit budgétaire est un héritage de l'administration Bush et que l'attitude politicienne des républicains au Congrès bloque les efforts visant à lutter contre le chômage et aider les PME.

"Les républicains portent une grande part de responsabilité pour avoir dilapidé les excédents dont ils avaient hérité en 2001 (ndlr, l'année de l'investiture de George W. Bush) et créé ces déficits", a dit Thomas Kahn, rattaché à la commission budgétaire de la Chambre des représentants.

"Et quelle solution prônent-ils aujourd'hui ? Quelque 4.000 milliards de dollars de nouvelles réductions d'impôts qui bénéficieront largement aux plus privilégiés. Cela ne ferait que creuser davantage le trou du déficit", a-t-il ajouté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :