L'Irlande passe à la rigueur extrême

 |   |  301  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dublin annonce 6 milliards d'euros d'économies en 2011. Cela correspond à une baisse de 10% des dépenses de l'Etat.

Le gouvernement irlandais envisage d'économiser 6 milliards d'euros en 2011, pour son quatrième budget de rigueur en deux ans. Cela représente le plus dur plan de rigueur présenté jusqu'à présent, réduisant de plus de 10% les dépenses de l'Etat.

Dans une déclaration destinée à rassurer les marchés, le ministère des finances a détaillé ce jeudi ses grands objectifs d'économies pour les quatre années à venir. Afin de revenir à un déficit de 3% d'ici 2014, il veut réaliser 15 milliards d'euros d'économies, deux fois plus qu'il n'envisageait début 2010. L'essentiel de l'effort sera donc fait la première année, suivi d'environ 3 milliards d'économies par an les trois années suivantes.

Dublin ne donne pour l'instant pas le détail des économies qu'il compte faire, et il doit l es dévoiler dans les semaines qui viennent. Mais ces premières indications sont destinées à éteindre l'incendie : les taux obligataires irlandais ont atteint ce jeudi un nouveau record, à 7,69% pour les obligations à 10 ans. L'inquiétude des investisseurs fait suite au plan de sauvetage bancaire présenté le mois dernier : celui-ci provoque un déficit historique, à 32% du PIB. La dette du pays, qui était historiquement très basse avant la crise, frôle désormais les 100% de PIB.

Le risque pour l'Irlande est désormais de se retrouver dans un cercle économique vicieux. Malgré les trois plans de rigueur précédents -dont une baisse des salaires des fonctionnaires de 10 à 15%- les rentrées fiscales pour les dix premiers mois de l'année sont baisse par rapport à l'an dernier. Le pays n'est pas sorti de la crise (il a connu un seul trimestre de croissance au premier trimestre, avant de replonger) et, de l'aveu même du gouvernement, la consommation devrait encore reculer en 2011.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :