L'économie chinoise peine à freiner l'inflation

 |   |  670  mots
Les banques chinoises ont fait pour 588 milliards de yuans (64,3 milliards d'euros) de nouveaux prêts en octobre, bien plus qu'attendu.
Les banques chinoises ont fait pour 588 milliards de yuans (64,3 milliards d'euros) de nouveaux prêts en octobre, bien plus qu'attendu. (Crédits : Reuters)
L'inflation en Chine a atteint en octobre un plus haut de 25 mois et le crédit bancaire a dépassé les attentes, illustrant les difficultés de Pékin à juguler la pression sur les prix. De nouvelles mesures de resserrement du crédit sont ainsi attendues. En raison des "performances solides de l'économie", Moody's a relevé la note de la dette souveraine du pays.

L'inflation en Chine a atteint en octobre un plus haut de 25 mois. La hausse des prix de détail, selon les données publiées jeudi par le Bureau national des statistiques, est ressortie à 4,4% en octobre sur un an, à son plus haut depuis septembre 2008. En septembre, l'inflation était ressortie à 3,6%.

La hausse d'octobre est surtout imputable au renchérissement des produits alimentaires et des biens de consommation. Hors alimentation, l'inflation n'a été que de 1,6%, et l'inflation des biens de consommation a atteint 5,0%.

Par ailleurs, la production industrielle chinoise est restée forte, en croissance de 13,1% sur un an, en légère baisse par rapport aux 13,3% enregistrés en septembre. Les investissements en actifs fixes dans les zones urbaines ont augmenté de 24,4% sur les dix premiers mois de l'année par rapport à la même période de 2009.

Le nombre de nouveaux prêt plus élevé que prévu

En matière de crédit, les banques chinoises ont fait pour 588 milliards de yuans (64,3 milliards d'euros) de nouveaux prêts en octobre, alors que 450 milliards de yuans étaient attendus en moyenne. Quant à la croissance de la masse monétaire M2, elle a atteint 19,3% sur un an, un plus haut de cinq mois.

"La forte croissance du crédit et le rebond de la masse M2 suggèrent que, après le QE2 (l'assouplissement quantitatif de la Réserve fédérale américaine) il va y avoir un gros volume de liquidités aggravant la liquidité excessive ici", a déclaré Isaas Meng, économiste de BNP Paribas à Pékin.

Durcissement attendu de la politique monétaire

L'inflation comme la hausse du crédit bancaire illustre la difficulté que Pékin éprouve à juguler la pression sur les prix.

Ces données expliquent pourquoi la banque centrale a relevé cette semaine le coefficient des réserves obligatoires des banques, pour la quatrième fois cette année. Elles augurent également de nouvelles mesures de resserrement du crédit - hausse des taux d'intérêt, appréciation du yuan - dans les mois à venir après la hausse de taux intervenue en octobre.

"Ces statistiques témoignent d'une croissance économique très forte. Combinée à un risque inflationniste élevé, elles vont déclencher un durcissement de la politique monétaire", a estimé Dong Xian'an, économiste en chef d'Industrial Securities, à Pékin.

Relèvement de la note de la Chine par Moody's

En raison "des performances solides de l'économie chinoise" et de ses fortes perspectives de croissance, l'agence de notation Moody's a rendu un avis positif sur la santé de l'économie chinoise en relevant jeudi sa note souveraine.

Cette note, qui était de A1, a été relevée d'un cran à Aa3, avec perspective positive. Les obligations chinoises avaient été relevées de A2 à A1 en novembre. "La réponse de la Chine à la crise de 2008 a été efficace", a déclaré dans un communiqué Tom Byrne, vice-président de Moody' s.

"Nous avons en particulier basé notre décision sur la capacité des autorités chinoises à assurer la stabilité de son système face aux menaces sous-jacentes dérivant de l'extraordinaire hausse des volumes de crédits accordés depuis 2009", a précisé le communiqué.

Selon Moody's, l'économie chinoise devrait se stabiliser autour de 10% en 2010 et de 8% à 9% en 2011 ; le plan de relance n'a que "modestement affecté les finances du gouvernement" et le déficit public sera probablement dans la limite de 3% du PIB en 2010 et 2011, estime l'agence.

Par ailleurs, toujours selon Moody's, l'énorme excédent des comptes courants chinois et les non moins gigantesques réserves de devises étrangères du pays le protègent des turbulences des marchés financiers.

Moody' s a également relevé la note à long terme des trois plus grandes banques chinoises, China Development Bank, Export-Import Bank of China et Agricultural Development Bank of China, à Aa3 contre A1, avec perspective positive.

La Chine, a prévenu l'agence, devra toutefois gérer les tensions existant avec ses partenaires commerciaux sur la valeur du yuan, notoirement sous-évalué.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :