Obama veut mettre les fonctionnaires fédéraux à la diète

 |   |  510  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le président américain propose de geler les salaires des fonctionnaires fédéraux pendant deux ans, pour contribuer à réduire le déficit abyssal des finances publiques. Il cherche à couper l'herbe sous les pieds des républicains, vainqueurs des dernières élections.

Voilà une initiative qui pourrait inspirer certains pays européens ! Barack Obama a proposé ce lundi soir de geler le salaire des fonctionnaires fédéraux pendant deux ans et s'est engagé à travailler à réduire le déficit budgétaire américain. Cette initiative traduit la volonté du président des Etats-Unis de prendre l'initiative face aux républicains qui, après leurs succès aux dernières élections, ont juré de réduire les dépenses intérieures. Ces derniers accusent l'administration démocrate de dépenses inconsidérées et dénoncent son plan de relance de 814 milliards de dollars et sa réforme du système de santé.

Le gel proposé par le président permettrait d'économiser 2 milliards de dollars (1,5 milliard d'euros) durant l'année budgétaire 2011 en cours, 28 milliards durant les cinq prochaines années et plus de 60 milliards sur dix ans, selon la Maison blanche. Une telle décision nécessite l'approbation du Congrès.

Tout en exhortant républicains et démocrates à un meilleur contrôle des dépenses fédérales et à faire baisser les déficits, Barack Obama a fait valoir qu'une réduction trop brusque des dépenses publiques pourrait fragiliser la reprise économique. "Nous ne pouvons nous permettre aucune mesure qui risquerait de faire dérailler notre reprise", a déclaré le président américain.

Une commission spéciale chargée par Barack Obama de faire des propositions à long terme pour réduire le déficit budgétaire doit publier son rapport mercredi. Le "trou" des finances publiques a atteint 1.300 milliards de dollars (990 milliards d'euros) pour l'exercice clos en septembre.

Un test des nouvelles relations de Barack Obama avec ses adversaires politiques aura lieu dès mardi à la Maison blanche, où leurs entretiens devraient être dominés par un débat sur les réductions d'impôts. Les républicains veulent que toutes les baisses d'impôts des années Bush, qui expirent fin 2010, soient prolongées à titre définitif. Barack Obama et nombre de démocrates souhaitent rendre ces avantages définitifs pour les familles gagnant moins de 250.000 dollars par an mais relever l'imposition des foyers plus riches.

Eric Cantor, numéro deux républicain de la Chambre des représentants, s'est dit "encouragé" par la proposition de gel des salaire s du président.  "Comme les dernières élections l'ont montré, les Américains en ont assez d'un gouvernement qui dépense trop, emprunte trop et grossit trop", a déclaré le député de Virginie dans un communiqué.

Les républicains ont tenté sans succès plusieurs fois cette année de faire voter un gel des salaires dans la fonction publique mais les démocrates, majoritaires alors à la Chambre comme au Sénat, s'y sont chaque fois opposés. Or, le camp républicain doit prendre le contrôle de la Chambre des représentants en janvier après y avoir gagné 63 sièges aux élections de mi-mandat du 2 novembre. Les républicains ont aussi progressé au Sénat, sans toutefois y devenir majoritaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/11/2010 à 21:46 :
On veut faire payer les fonctionnaires, dans l'objectif de maintenir des avantages fiscaux délirants aux américains touchant plus de 250 000$/an : bravo Obama , tout pour les riches; est-ce vraiment pour cela que le peuple t'a élu ? Yes we can, mon oeil, you can nothing.
a écrit le 30/11/2010 à 18:27 :
Il a raison s'ils sont obèses. Plus de donut, plus de baggles. A la diète et vite... On pourrait faire de même avec nos parlementaires et nos sénateurs
a écrit le 30/11/2010 à 11:05 :
Ce qui étonne, c'est qu'il restait des fonctionnaires fédéraux... Vu tous les postes déjà supprimés. 60 milliards sur dix ans... 6 petits milliards par an lorsque l'on voit les 850 milliards qui vont être injectés juste pour avoir un PIB croissant... Ridicule.
a écrit le 30/11/2010 à 8:19 :
Il est urgent que Nicolas Sarkaozy fasse de même ! Visiblement ce n'est pas peanuts, l'économie ainsi réalisée !!!
Réponse de le 30/11/2010 à 11:50 :
Je suis d'accord avec Eiffel, il faut tout geler, surtout en période de froid ;-)
Blague à part, OUI.
Réponse de le 30/11/2010 à 13:49 :
@ Eiffel: vieille recette que de réduire les salaires du bas pour épargner les banques. Le chiffre est commensuré à la taille de l'administration en question. Si on devait réduire nos dépenses de la même somme, ce serait le budget entier de la France que l'on devrait économiser :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :